France

Vous allez devoir oublier les médicaments à base de Ginko biloba

Jean-Yves Nau, mis à jour le 07.11.2011 à 10 h 38

L’Afssaps va avertir l’ensemble des médecins français que tous les médicaments fabriqués à partir de cette plante n’ont plus leur place sur le marché. Ils y étaient commercialisés (et remboursés) depuis… 1974.

Gingko biloba en Chine Jason Lee / Reuters

Gingko biloba en Chine Jason Lee / Reuters

C'est la fin d’une époque: celle des médicaments qui, «s’ils ne faisaient pas de bien ne pouvaient pas faire de mal» et qui étaient remboursés par la collectivité.  Au terme de sa réunion du 3 novembre, la Commission d’autorisation de mise sur le marché (AMM) de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a enfin tranché: «Après examen des données d’efficacité et de sécurité d’emploi», elle a conclu que le rapport «bénéfice/risque» des six médicaments à base de la plante Ginko biloba était «défavorable». Ce type de médicament était commercialisé en France depuis 1974.

Il s’agit des spécialités suivantes: Tanakan®, Tramisal®, Vitalogink®, Ginkogink®, Ginkgo Biogaran®, Ginkmongo®. Commercialisés notamment par les firmes Ipsen Pharma ou Mylan. Officiellement présentés comme des «vasodilatateurs périphériques», ces médicaments continuaient d’être pris en charge à 15% par la collectivité.

Ils étaient «préconisés» comme «traitement d'appoint» dans différentes  indications concernant  de très nombreuses personnes âgées: déficit pathologique cognitif et neurosensoriel chronique du sujet âgé (officiellement à l'exclusion des démences), certaines artériopathies chroniques des membres inférieurs, baisses d'acuité ou auditives, syndromes vertigineux et/ou acouphènes présumés d'origine vasculaire

L’Afssaps va adresser dans quelques jours une information aux professionnels de santé pour leur faire part de cette décision. On indique de bonne source que celle-ci précède celle du gouvernement consistant à procéder à leur déremboursement et assortie d’une interdiction de commercialisation.

Une première alerte avait été lancée  en 2008, avec la publication (dans le Jama, déjà) d'une étude financée par le National Center for Complementary and Alternative Medicine et le National Institute on Aging: Ginkgo biloba for prevention of dementia, a randomized controlled trial. Ce travail portait sur 3.069 personnes et avait duré six ans (à raison, soit de 120 mg deux fois par jour, soit d'un placebo). Conclusion: une absence totale d'effet sur l'évolution de la maladie d'Alzheimer et de la démence en général.

Jean-Yves Nau

A lire, à cette occasion, un article publié le 30 décembre 2009 à l’occasion de la démonstration scientifique de l’inefficacité du Gingo biloba dans les pertes de mémoire.

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (803 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte