Monde

Dix questions pour les cent prochaines années

Moisés Naím, mis à jour le 07.11.2011 à 12 h 11

Imaginer quel pourrait être le monde en 2100 est sûrement illusoire. En revanche, on peut se poser et réfléchir aux points-clé qui, de toute façon, joueront sur notre avenir.

A Téhéran. REUTERS/Raheb Homavandi

A Téhéran. REUTERS/Raheb Homavandi

Ces derniers temps, le futur est comme asphyxié par les diverses situations d’urgence. L’angoisse provoquée par la crise économique européenne, les batailles politiques aux Etats-Unis, les convulsions sociales simultanées dans de nombreux pays et la possible décélération de la croissance chinoise ne sont que quelques-uns des sujets préoccupants à propos du futur immédiat, qui nous empêchent de nous projeter au-delà des prochaines semaines ou mois.

C’est quelque chose de naturel, d’inévitable et de très humain. La Fondation Carnegie pour la paix internationale, le think tank pour lequel je travaille, vient de fêter ses 100 ans. Ce centenaire était l’occasion d’imaginer les différents scénarios qui modèleraient le monde sur les cent prochaines années. Le genre d’exercice que beaucoup considèrent comme banal, et ils n’ont pas tout à fait tort: il est peu probable que nos analyses s’avèrent exactes. Par ailleurs, nous ne serons plus ici-bas pour confirmer ou infirmer ces scénarios –ni pour en vivre les conséquences.

Dans ces circonstances, pourquoi se livrer à cet exercice? Eh bien, parce qu’il favorise une réflexion constructive faisant la synthèse des choix qui s’offrent à nous dans divers domaines d’une importance cruciale. Le seul fait d’envisager des scénarios plausibles à l’avenir, et les facteurs qui les déterminent, nous permet de mieux cerner notre situation, la direction que nous pouvons prendre et de préciser les efforts nécessaires pour nous rapprocher davantage des scénarios positifs. En tout état de cause, il s’agit de questions qui méritent notre attention et notre réflexion –en tant qu’humanité. Nous devrions nous y pencher bien plus que nous le faisons pour la crise grecque ou les frasques sexuelles de Silvio Berlusconi.

Voici ces dix questions, qui ne sont pas classées par ordre d’importance et dont plusieurs sont bien évidemment interconnectées.

1 Réussirons-nous à empêcher une hausse de la température du globe supérieure à 3 degrés Celsius? Ou cette température augmentera-t-elle de 8°C ou plus? Si la température moyenne mondiale atteint ou dépasse les 8°C, la planète et ses habitants seront confrontés à des réalités climatiques sans précédent. Et ce n’est plus un débat. Ces 50 dernières années, la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 0,911°C.

Une hausse supplémentaire de 3°C est désormais inévitable. Il s’agit maintenant de nous efforcer à ne pas dépasser ce seuil critique.

2 La Terre abritera-t-elle 16 milliards d’humains ou seulement 6 milliards?

Selon l’ONU, la population mondiale devrait se situer quelque part dans cette fourchette en 2100, en fonction des taux de fécondité et d’autres facteurs.

Danica Camacho, le bébé choisi par les Philippines comme symbolique sept-milliardième être humain, à la maternité de Manille le 31 octobre 2011. REUTERS/Erik De Castro

3 Combien de pays seront-ils dotés de l’arme nucléaire en 2100? Aucun? 25? Les experts estiment que pas moins de 25 pays pourraient posséder des bombes atomiques ces prochaines décennies, s’ils s’obstinent à mener à terme un programme d’armement nucléaire. Et si le reste de la communauté internationale le permet. Aujourd’hui, le monde compte neuf puissances nucléaires.

4 Quel sera le modèle de gouvernement le plus répandu à l’avenir: les démocraties, à l’image de l’Europe, des Etats-Unis, de l’Inde ou du Brésil?

Ou des régimes autoritaires qui ressemblent davantage à celui de Pékin ou de Moscou?

 

Une parade militaire à Moscou en 2010. Denis Sinyakov / Reuters

5 L’expansion rapide qu’ont connue les classes moyennes ces dix dernières années va-t-elle se poursuivre dans les pays les plus pauvres et les plus peuplés du monde? Ou, au contraire, pauvreté, inégalité économique et exclusion sociale seront-elles les tendances dominantes?

6 L’islam se renforcera-t-il en tant que source de tensions et de conflits? Ou se rénovera-t-il pour devenir une force agissant en faveur de la paix et du développement? En outre, cette religion offrira-t-elle une meilleure place à la femme?

7 Internet et l’espace cybernétique se développeront-ils comme force bénéfique?

Ou s’avéreront-ils au contraire une source constante de déstabilisation et de nouvelles menaces?

 

Unplugged / photosteve101 via FlickrCC License by

8 Le XXe siècle s’est caractérisé, entre autres, par l’apparition d’un grand nombre de nouvelles nations. Le XXIe siècle sera-t-il marqué par la défaillance des Etats et l’extinction de certaines nations?

 

9 La mondialisation continuera-t-elle de se renforcer au moyen de technologies permettant de «raccourcir» les distances et de diminuer les coûts des communications et du transport, et de politiques publiques stimulant l’intégration internationale? Ou les déséquilibres et troubles sociaux découlant de la mondialisation nourriront-ils les nationalismes et le protectionnisme –faisant obstacle à la circulation des personnes, des produits, de l’argent et des idées?

10 Le pouvoir économique, politique, militaire et social sera-t-il plus ou moins concentré qu’aujourd’hui?

 

Bien sûr, il ne s’agit pas d’une liste exhaustive des facteurs qui façonneront notre avenir; certains éléments font défaut. Aussi, je laisse le soin à tout un chacun de répertorier les autres défis que nous devrons relever.

Toujours est-il que ces dix questions doivent figurer sur la liste. Elles constituent le point de départ d’un débat indispensable et peut-être plus urgent qu’il n’en a l’air aujourd’hui.

Moisés Naím

Traduit par Micha Cziffra

Moisés Naím
Moisés Naím (203 articles)
Editorialiste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte