Monde

Peut-on savoir qui est le sept milliardième Terrien?

Cécile Dehesdin, mis à jour le 02.11.2011 à 10 h 11

Les Philippines, la Russie et l'Inde revendiquent chacun la naissance du sept milliardième être humain. En théorie simple, la question de savoir à quel moment la population dépasse un certain seuil relève en fait du casse-tête.

Danica Camacho, le bébé choisi par les Philippines comme symbolique sept-milliardième être humain, à la maternité de Manille le 31 octobre 2011. REUTERS/Erik De Castro

Danica Camacho, le bébé choisi par les Philippines comme symbolique sept-milliardième être humain, à la maternité de Manille le 31 octobre 2011. REUTERS/Erik De Castro

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici

L'Asie a accueilli en premier, dimanche 30 octobre, le sept milliardième être humain, la petite Danica May Camacho, née deux minutes avant minuit dans un hôpital public de la capitale philippine. Ses parents ont été félicités par des représentants des Nations unies qui ont promis à la famille une bourse pour les études de Danica et une autre pour que ses parents puissent ouvrir un magasin, rapporte l'AFP.

Si les Philippines ont dégainé leur bébé en premier, au moins trois autres régions du monde (deux en Russie et une en Inde) ont revendiqué avoir accueilli l'arrivée du sept milliardième être humain. Peut-on savoir à coup sûr qui est ce sept milliardième terrien?

Pas vraiment. Les Nations Unies ont décidé que le 31 octobre serait la date symbolique de ce passage à 7 milliards d'être humains, mais se sont gardés de désigner officiellement un bébé symbolique.

Pas de compteur en temps réel

«Il n’y a pas de système qui suive instantanément les naissances et les morts qui sont en train de se dérouler», a expliqué à National Geographic Daniel Goodkind, un démographe du bureau américain du recensement.

Même un site comme worldometer.info, qui propose un compteur «en temps réel» des naissances dans le monde (et qui n’était d’ailleurs pas arrivé au sept milliardième bébé à l’heure où l’Onu félicitait les parents de Danica), précise dans sa foire aux questions que «l’algorithme [qui fait fonctionner les compteurs] lui-même et les numéros inclus dans l’algorithme ne sont pas mis à jour en temps réel simplement parce que les sources à partir desquelles les données sont dérivées ne fournissent pas des mises à jour en temps réel, mais seulement des mises à jour périodiques».

Pas de compteur sûr tout court

En fait, on n’arrive pas à plus de précision sur le décompte d’être humain même en sortant de la dictature du temps réel. En théorie, rien de plus simple que d’estimer quand la population mondiale dépassera tel ou tel seuil, rappelle le National Geographic: il suffit de prendre les dernières estimations de population de chaque pays, d’en soustraire le nombre de gens qui sont morts et d’y ajouter le nombre de ceux qui sont nés ou censés naître, et de mâtiner tout ça des flux de migration attendus.

Sauf que cette technique ne serait précise que si tous les gouvernements mondiaux avaient des recensements et des systèmes de statistiques solides et fiables. Or c’est loin d’être le cas (voir sur ce tableau le nombre de pays qui ne font pas de recensement ou n’en communiquent pas le résultat à l’Onu), et des particularités régionales sont en plus à prendre en compte, comme en Chine par exemple, où la politique de l’enfant unique et la préférence culturelle pour les garçons pourraient avoir amené des millions de parents à ne pas déclarer la naissance de leurs filles.

Une estimation à 56 millions près

Le directeur des estimations de population de l’Onu, Gerhard Heilig, affirme ainsi qu’il serait «insensé» de suggérer que quiconque serait capable de dire où le sept milliardième enfant est né, et que l’Onu reconnaît une marge d’erreur d’1 à 2% sur ses chiffres.

Une marge tout à fait honnête, mais qui revient à dire qu’on pourrait être 56 millions de plus ou de moins que sept milliards aujourd’hui, détaille-t-il pour la BBC.  Qui plus est, il y a «une fenêtre d’incertitude d’au moins six mois avant et six mois après» la date symbolique du 31 octobre.

Tout ceci, et les méthodes/ sources différentes utilisées par les organismes qui calculent ces estimations, explique par exemple que pour le bureau du recensement américain, nous atteindrons sept milliards d’êtres humains entre mars et avril 2011, alors que pour l’Institut viennois de la démographie, il y a 95% de chances pour que ce seuil soit atteint entre janvier et juillet 2012…

Le précédent du six milliardième enfant

L’Onu s’est gardé de choisir un enfant en particulier parmi tous ceux en lice dans la course au sept-milliardième bébé, peut-être pour ne pas répéter ses erreurs du six-milliardième, estime ABC News.

Le 12 octobre 1999, l’organisation avait ainsi décrété qu’un petit bosniaque était le six milliardième être humain. Adnan Mevic, ainsi nommé par ses parents en l’honneur de Kofi Annan, qui leur avait personnellement rendu visite à l’hôpital, a aujourd’hui 12 ans, et une vie loin d’être heureuse: son père se meurt d’un cancer du colon, sa mère a perdu son emploi et Adnan a une maladie du cœur. Après l’opération de communication onusienne, «nous n’avons plus jamais eu de nouvelles de l’Onu. Nous n’avons jamais rien reçu d’eux, pas même une carte d’anniversaire», affirme la famille à ABC News.

Interrogé par la chaîne télévisée américaine sur les raisons de ce non-choix d’un bébé symbolique pour le sept milliardième être humain, un porte parole de l’organisation a répondu:

«Nous ne savons pas vraiment le pays et l’heure exacts de cette naissance. La fondation de la population de l’Onu a cependant invité tous les pays à choisir un sept milliardième bébé symbolique le 31 octobre.»

Un symbole de communication

La date du 31 octobre, et cette proposition de choisir un bébé, relève avant tout d’une volonté de marquer le coup et de communiquer sur l’augmentation de la population sur Terre pour l’Onu. Gerhard Heilig explique ainsi à la BBC que cette date «peut concentrer l’attention de gens partout dans le monde sur les défis de la population mondiale».

Cécile Dehesdin

Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte