Economie

Accord sur l'euro: et la croissance?

Eric Le Boucher, mis à jour le 29.10.2011 à 11 h 27

L'accord des dirigeants de la zone euro ne s'attaque pas au fond du problème de la croissance: l'union monétaire ne suffit pas, et surveiller n'est pas coordonner.

A Lisbone, en juillet 2011. REUTERS/Rafael Marchante

A Lisbone, en juillet 2011. REUTERS/Rafael Marchante

Les bravos du jour pour saluer l'accord de 4 heures du matin à Bruxelles laisseront place, demain, à des questions. Notamment sur le Fonds européens de stabilité financière (FESF). Il paraît bricolé autour de l'idée d'assurer une tranche des obligations des pays surendettés dont on peut douter de l'efficacité.

Et il est d'une puissance de feu, 1.000 milliards, qui reste au bas de la fourchette imaginée. En outre, l'autre idée de créer un deuxième fonds, un «véhicule spécial», ouvert aux capitaux de la Chine et des émergents est très critiquée non sans raison: faut-il se mettre directement entre les mains de la Chine? N'est-ce pas s'interdire d'agir contre la valeur du yuan ou, plus largement, de dénoncer telle ou telle politique chinoise?

Une politique commune macroéconomique

Mais venons-en à l'essentiel. A ce qui manque. La croissance. Il reste à s'attaquer aux deux racines du mal. L'absence de politique commune macroéconomique et la divergence entre pays membres.

Le premier sujet est largement abordé dans l'accord de Bruxelles, mais uniquement sous l'angle de la surveillance. Les chefs d'Etat et de gouvernement ont pris deux sortes de décisions. D'abord renforcer l'existence d'une gouvernance de la zone euro au risque assumé de créer une fracture avec les pays membres de l'Union hors zone euro et au risque, non assumé, de bâtir une usine à gaz supplémentaire.

A cet effet, est créé un «eurosommet» présidé par les chefs d'Etat et de gouvernement, et non plus par les ministres des Finances. On monte d'un cran. Est créé également un secrétariat permanent (au nom fumeux d'Eurogroup Working Group), dont la coordination avec la Commission n'est pas claire: entre l'intergouvernemental et le fédéral, la balance hésite.

Une loi «règle d'or»

Ensuite, et c'est plus engageant, la surveillance des budgets des Etats membres est encore renforcée. Depuis le début de cette année, un mécanisme de coordination a été mis en place au nom (moins fumeux mais toujours jargonnant de «semestre européen»). Il impose à chaque Etat d'inscrire sa loi budgétaire dans un cadre pluriannuel discuté au préalable à Bruxelles. L'Europe cadre ainsi les budgets nationaux avant leur vote.

L'accord de jeudi matin va plus loin. Il impose d'introduire avant la fin 2012 une loi «règle d'or» au niveau constitutionnel (notons au passage que les socialistes français sont mis au pied du mur). Il indique que les budgets doivent être bâtis sur des perspectives de croissance «indépendantes», premier pas très important vers un comité budgétaire indépendant à l'anglo-saxonne. Il précise que toute initiative budgétaire qui a un impact potentiel sur les autres pays doit être soumise à une consultation de la Commission.

Pour les pays qui dérapent hors de Maastricht et sont placés «sous surveillance», la discipline frôle la mise sous tutelle: la Commission est appelée à gérer («monitor») l'exécution de leur budget.

Surveiller n'est pas coordonner

Reste que surveillance n'est pas coordination. L'Allemagne gagne, elle impose une discipline obligatoire. Ce n'est pas un mal. La France qui rêve d'un gouvernement économique en est pour ses frais: rien sur la politique économique d'ensemble de la zone. Rien sur le risque pour la croissance d'imposer une austérité à tous en même temps. Rien sur le besoin pour les pays excédentaires (en clair l'Allemagne) de maintenir, en compensation, une demande forte chez eux.

Même pauvreté concernant l'autre racine du mal: la divergence. C'est la grande déception de l'euro: au lieu de converger sous l'influence de l'euro, les économies ont fait le contraire: les écarts de productivité, de coût du travail et de commerce extérieur se sont accrus. La fracture entre l'Europe excédentaire, située pour schématiser au Nord (Allemagne, Pays-Bas, Danemark, République tchèque, Hongrie), et celle déficitaire du Sud (Grèce, Italie, Espagne, Portugal mais aussi France) s'est creusée.

L'union monétaire ne suffit pas

Là est le problème central: ces pays fabriquent et vendent de moins en moins de biens industriels et de services. Ils vivent de plus en plus au-dessus de leurs moyens.

Quels emplois en Grèce dans dix ans? Voilà la question essentielle posée par la crise de la zone euro, question qui s'élargit à l'ensemble des pays du Sud. L'union monétaire n'a pas suffi, au contraire. L'Allemagne a ici tort. Des transferts financiers ont eu lieu, il en faudra d'autres, mais ils ne suffisent pas.

Que faire d'autre? Quelle mobilité, quelle compétitivité, quelle spécialisation? L'accord de Bruxelles se borne à demander à Herman van Rompuy de faire des propositions avant la fin de l'année. Le doute subsiste que l'Europe accepte le nécessaire.

Eric Le Boucher

Chronique également parue dans Les Echos

Eric Le Boucher
Eric Le Boucher (543 articles)
Cofondateur de Slate.fr
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte