Life

Pub Mégane Renault: Französisch Qualität sans Komplexes

Hugues Serraf, mis à jour le 24.10.2011 à 12 h 04

Renault se moque d’Opel à la télé. Opel réplique dans les journaux. Ah, si seulement ça pouvait dégénérer, qu’on rigole un peu…

Capture d'écran de la pub Renault.

Capture d'écran de la pub Renault.

» Vroum! Retrouvez toutes les chroniques auto d'Hugues Serraf

Les spots de Renault à la télé ne sont guère réputés pour leur humour. Non pas que Publicis, l’agence qui les élabore, manque particulièrement d’esprit (la pub dans Le Monde via laquelle son PDG Maurice Lévy demande à Nicolas Sarkozy d’augmenter les impôts des riches est hilarante), mais c’est une question de positionnement marketing.

En France, «la marque au losange», comme on dit pour ne pas répéter cinquante fois Renault dans le même article (là, c’est un peu loupé puisque j’ai déjà gaspillé trois Renault en à peine deux paragraphes…), est une «institution» se devant de fédérer le public le plus large possible sans choquer personne.

Et sachant que l’on ne peut pas rire de tout avec n’importe qui, autant ne prendre aucun risque.

D’où ces pubs essentiellement factuelles, insistant sur la consommation de carburant, les performances, l’esthétique ou le prix des modèles et ne tutoyant le second degré que lorsqu’il est aussi plat et insignifiant qu’un solide premier degré.

Avec Volkswagen, par comparaison, c’est la marrade permanente. Mais c’est logique, puisque le mastodonte teuton est chez nous un challenger et peut se prendre pour le Canal+ de la bagnole sans déconcerter la Hausfrau francfortoise de moins de fünfzig ans pour laquelle il est à son tour une institution…

Vous suivez?

Le baratin technique en allemand qui épate le gogo

Opel est également simple challenger de ce côté-ci du Rhin, mais n’y jouit pas du même prestige que l’inventeur de la Golf (disons qu’il fabrique des voitures très convenables mais ennuyeuses, sur lesquelles nous sommes invités à nous faire une «idée neuve» depuis des années mais bof…).

Du coup, il doit constamment rappeler qu’il est allemand aux gogos que ces choses-là impressionnent encore lorsqu’il fait la réclame de sa Meriva à la téloche:

Bon, en réalité, Opel est «as american as apple pie» depuis 1929 (l’Insignia, par exemple, n’est jamais qu’une Buick Regal immatriculée à Rüsselsheim), mais il ne faut pas le répéter trop souvent parce que ça brouille le message.

C’est pourtant sur son dos que Renault se lâche un peu depuis une semaine en parodiant la pub de la Meriva pour promouvoir sa propre Mégane.

Renault fait du Volkswagen pour se moquer d’Opel, quoi… Et ça marche, puisque c’est effectivement aussi rigolo que si c’était une pub pour une Polo, si vous voyez ce que je veux dire:

Piqué au vif, Opel a immédiatement réagi par voie de presse avec une pleine page à «caractère comique», mais on sentait bien que c’était un poil forcé:

On attend maintenant que Renault reprenne la main puisqu’il a initié l’échange, mais on n’est pas certain qu’il soit suffisamment gonflé pour se lancer dans une bagarre à l’américaine (ces matchs de ping-pong sont monnaie courante de l’autre côté de l’eau):

De fait, on n’y croit guère parce que trop de pubs décalées pourraient  finir par déboussoler la ménagère de moins de 50 ans qui achète des Mégane et des Meriva. Et puis, de toute manière, chez nous les pubs vraiment rigolotes, c’est Volkswagen qui les fait…

Hugues Serraf

Hugues Serraf
Hugues Serraf (165 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte