France

Qu'a fait le PS de ses pièces de 1 euro?

Grégoire Fleurot, mis à jour le 12.10.2011 à 16 h 30

Combien ça pèse? Comment les transporter? Quelques questions pratiques autour de la participation financière des électeurs à la primaire socialiste.

Dans un bureau de vote lors de la primaire socialiste le 9 octobre 2011 à Strasbourg, REUTERS/Vincent Kessler

Dans un bureau de vote lors de la primaire socialiste le 9 octobre 2011 à Strasbourg, REUTERS/Vincent Kessler

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici.

Le premier tour de la primaire socialiste a été un succès financier: le parti a déjà remboursé les dépenses liées à l’organisation du scrutin grâce aux dons des 2,64 millions des personnes qui se sont déplacées pour voter.

Contacté par Slate.fr, Régis Juanico, le trésorier du Parti socialiste, souligne que 2,2 millions d’euros ont déjà été déposés dans le compte «Primaire 2012» ouvert pour l’occasion à la Banque postale mardi 11 octobre à la mi-journée. Il estime qu’une fois tous les dons déposés, le total s’élèvera à entre 3,5 et 3,8 millions d’euros.

Une somme qui ne devrait pas trop évoluer lors du second tour (les personnes ayant déjà voté dimanche n'auront pas à donner une nouvelle participation), mais qui suffira à couvrir les frais d’organisation de la primaire, estimés à un peu plus de 3,5 millions d’euros. L'excédent éventuel sera utilisé pour la campagne présidentielle du candidat socialiste qui sera désigné dimanche 16 octobre.

Comment le parti a-t-il géré les centaines de milliers de pièces et de billets qui lui ont été remis le même jour? Le PS a-t-il rassemblé 3,8 millions de pièces d’un euro dans une grande piscine comme celle de Picsou avant de les apporter à la banque? Et, comme se le demandait Alain Feau, un lecteur de Slate, combien pèse une telle quantité de pièces?

2,64 millions, ça fait beaucoup?

Une participation aux frais d’organisation du scrutin d’un euro était demandée aux électeurs au moment de la remise de leur bulletin dans le bureau de vote, mais il ne s’agissait que d’un minimum. Ils avaient la possibilité de verser jusqu’à 7.500 euros, le maximum autorisé par la loi pour les financements privés. A partir de 150 euros, la participation devait se faire par chèque, même si les chèques étaient aussi acceptés pour des sommes plus faibles.

2,64 millions d’électeurs, ça fait beaucoup? Pour donner un ordre d’idée, ce chiffre équivaut au nombre de chômeurs en France métropolitaine au deuxième trimestre 2011 (loin de nous l’idée de suggérer que tous les électeurs de ce premier tour étaient des chômeurs), ou encore à un peu plus que le nombre de personnes qui avaient manifesté à travers la France le 29 janvier 2009 contre les réformes menées par le gouvernement de Nicolas Sarkozy selon la CGT (encore une fois, toutes les personnes qui ont voté à la primaire n'ont peut-être pas manifesté contre Sarkozy en 2009).

En prenant le haut de la fourchette de l’estimation du trésorier (3,8 millions d’euros récoltés), les 2,64 millions de votants au premier tour de la primaire ont donné en moyenne 1,44 euro chacun, et près de 2 euros chacun dans les grandes villes comme Paris et Lyon, tandis que la moyenne de dons récoltés par bureau de vote (9.502 dans toute la France) est de 400 euros. On notera que plus 11.000 personnes se sont acquittés de la somme d'au moins 1 euro mais ont voté blanc ou nul.

28 tonnes en pièces d'un euro

3,8 millions d’euros représentent en pièces d’un euro (qui pèsent 7,5 grammes chacune) 28,5 tonnes de fonte, soit un poids légèrement inférieur à celui de cette grue de chantier automotrice télescopique. Mais le poids total de l’argent récolté par le PS est moins important que cela: les bureaux de vote n’ont pas reçu que des donations en pièces d’un euro.

Dans le bureau de vote D du 3e arrondissement de Paris, 1.137 euros ont été récoltés auprès de 517 votants, une moyenne de 2,2 euros par électeur bien supérieure à la moyenne nationale. Si aucun chèque n’a été encaissé, la majorité de l’argent est arrivé sous forme de pièces de un et deux euros et de billets de cinq euros, avec quelques billets de 10 et de 20 euros. Le président du bureau, Pascal Dodin, était allé chercher des rouleaux à la poste pour ranger les pièces collectées, et est allé lui-même remettre l’argent à la Banque postale dans une mallette de travail le lendemain du scrutin à midi.

Dans le bureau de vote du canton rural et agricole de Ville-en-Tardenois à l’ouest de Reims, la présidente du bureau Laurence Delvincourt parle de «plus d’argent que de votants», qui étaient un peu plus de 330. Le bureau a enregistré deux donations par chèque (20 et 23 euros) et quelques-unes en pièces de centimes, mais «90% étaient des dons d’une pièce d’un euro». Laurence Delvincourt a apporté la récolte de son bureau dans un carton prévu à cet effet à la fédération locale qui a centralisé les dons, et qui s’est chargée de les amener à la banque.

Casse-tête à la banque?

Dernier exemple, rapporté par le site Paristribune.fr, celui des bureaux de vote n°16 et 17 du 6e arrondissement de Paris, où 808 personnes ont voté sur 6.121 inscrits. Bilan comptable:

«Plusieurs billets de 50 euros sont versés. Les frais, couverts, laissent apparaître une participation de 2 euros environ par votant. Côté chèque: 3 chèques ont été déposés, d'un montant de 4 €, 5 € et 10 €. Côté espèces, 1.766,45 euros ont été comptabilisés, dont 101 pièces de 1 centime, 1 pièce de 2 centimes et 820 euros en billets.»

Impossible donc de connaître le poids total exact de l’argent récolté par le PS. Une chose est sûre, il est inférieur à 28 tonnes (s’il n’y avait que des pièces d’un euro) et supérieur à 456kg (le poids de 3,8 millions d’euros en billets de 5 euros).

Le dépôt d’une telle quantité a-t-il représenté un casse-tête pour la Banque postale? A priori non. La somme a en effet été déposée dans de nombreux bureaux de postes parmi les 10.000 répartis sur le territoire, et les banques sont habituées à gérer des flux très importants d’argent liquide déposé par les particuliers et les commerçants notamment.

Grégoire Fleurot

Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte