Economie

L'Europe est-elle trop riche pour avancer?

Gilles Bridier, mis à jour le 28.09.2011 à 15 h 39

L’Union européenne, région du monde la plus puissante économiquement, a des atouts si elle veut se rassembler. Mais plus elle tarde à les utiliser, plus le redressement sera difficile. Car les perspectives sont mauvaises.

3 D / M4D Group via FlickrCC License by

3 D / M4D Group via FlickrCC License by

Qui, dans le monde, affiche le produit intérieur brut (PIB) le plus élevé? L’Union européenne, avec plus de 16.100 milliards de dollars en 2010 selon le Fonds monétaire international (FMI), contre 14.600 milliards pour les Etats-Unis. Et, derrière, 5.700 milliards pour la Chine qui devance maintenant le Japon à 5.400 milliards de dollars. Le PIB correspond à l’ensemble des valeurs ajoutées de toutes les entreprises d’un pays; il mesure donc la création de richesse.

Focalisés que nous sommes sur la crise de la dette, on en oublierait presque cette vérité qui laisse supposer que l’Union européenne, fournissant un quart du PIB mondial, doit pouvoir trouver en elle-même des leviers pour juguler la crise économique.

Une mécanique grippée

Bien sûr, si on considère isolément les pays qui composent l’Union, l’Allemagne arrive à la quatrième place mondiale avec 3.300 milliards de dollars, suivie par la France à 2.600 milliards et le Royaume-Uni à 2.200 milliards, puis l’Italie à 2.000 milliards… Un peu moins convaincant.

A l’inverse, si on considère l’UE dans sa globalité, elle était encore en 2010 la première puissance commerciale du monde. Certes, si la balance commerciale de la zone euro est bénéficiaire grâce à l’Allemagne, celle de l’Union à 27 est déficitaire. Malgré tout, les exportations européennes devancent encore celles de la Chine, indique la Banque mondiale.

Tout cela pour combien de temps? La question est posée car la mécanique est grippée, à l’image du spectacle donné par les ministres des Finances européens réunis à la mi-septembre en Pologne à Wroclaw, incapables d’avancer sur le règlement de la dette de la Grèce. Pourtant, ce pays ne représente pourtant que 2% du PIB des Vingt-Sept. L’affaire ne devrait pas être insoluble.

Une façon de faire l’autruche

On ne niera pas la complexité du problème vis-à-vis des opinions publiques des pays membres appelés à la rescousse des Grecs défaillants. Mais le temps passant, l’effet domino pour les pays de la zone euro se développe, entraînant l’Italie dans la spirale après l’Espagne et avant la France. Malgré tout, l’Europe continue de se comporter comme si elle espérait un miracle, comme si elle n’envisageait qu’avec fatalisme le recul ressenti comme irréversible de sa place sur la scène internationale. Qui dirait, à constater son inertie, que le trio de tête de l’Union figure dans les six premières places du classement mondial pour le PIB… Une sacrée locomotive économique pour le «vieux continent», si on veut bien raccrocher les wagons!

Mais l’Europe piétine, tergiverse, comme si elle voulait donner quitus aux souverainistes qui prônent la fin de l’Union mais qui, avec des propositions économiques en forme de slogans de campagne, n’offrent aucune alternative dynamique dans un monde globalisé. Pendant ce temps qui joue contre elle, les clignotants sont au rouge.

L’Europe veut-elle s’en sortir?

Par le hasard du calendrier, au lendemain de cette réunion de Wroclaw, le FMI dans son rapport d’automne 2011 a tiré un nouveau coup de semonce. La croissance mondiale tomberait à 4% jusqu’à fin 2012, à cause notamment de la zone euro qui ne progresserait que de 1,6% en 2011 et 1,1% en 2012. Une révision à la baisse de l’ordre d’un demi-point, à cause entre autre d’une croissance américaine anémique. Le FMI souligne notamment le risque «que la crise de la zone euro échappe aux gouvernants» s’ils ne tiennent pas leurs engagements.

Autrement dit, l’Europe n’a pas de joker: si elle n’utilise pas avec volontarisme ses atouts pour sortir de la crise de la dette, elle s’y embourbera. La vraie question a déjà été posée: veut-elle en sortir?

Améliorer l’emploi, le reste suivra

L’enjeu n’est pas de figurer en tête des classements. L’économie n’est rien d’autre que permettre à une population de vivre le mieux possible. Pour l’Union européenne, un demi-milliard de personnes est concerné. Et la croissance économique est bien le seul moyen de pouvoir espérer procurer un emploi à toutes ces personnes, même dans le cadre d’une population en progression.

Une démographie en hausse est d’ailleurs un paramètre positif pour l’économie, n’en déplaise à certain ministre français trop focalisé sur des règles de trois superficielles pour approfondir l’analyse. Loin de toute démarche malthusienne, un pays a besoin de régénérer sa base de population active pour créer de la demande, de la consommation et de l’emploi pour répondre à cette demande, et générer de la richesse qui serve à toutes les générations.

Or, si le nombre de personnes au travail a augmenté en Europe de 0,2% au deuxième trimestre 2011, le taux de chômage était encore de 9,5% en juillet. Et même de 10% pour la zone euro, à cause notamment de l’Espagne particulièrement touchés (21%).  

Ne pas mourir riche sans le savoir

Le Bureau international du Travail (BIT) alerte:

«55% de la hausse totale du chômage mondial entre 2007 et 2010 sont survenus dans la région des économies développées et de l’Union européenne, alors que cette région ne compte que pour 15% de la population active mondiale.»

Le chômage de longue durée s’incruste, met en garde l’OCDE. Et surtout, les jeunes sont les plus touchés, avec un taux de chômage des 15-24 ans de 21% dans l’Union européenne contre 18% aux Etats-Unis et 9% au Japon. La France n’est pas dans une bonne posture, qui a vu en juillet le nombre de personnes sans emploi augmenter de 2,8% sur un an et le nombre de chômeurs de plus d’un an de 1,7%.

Il n’y a pas de fatalité. Il n’est question que de volonté pour mettre en œuvre des politiques fiscales adaptées, de réviser la distribution des richesses, et surtout de coordonner le tout dans le cadre de l’Union. Car c’est à ce niveau que se trouvent les leviers. A condition d’avoir une vision pour l’Europe (harmonisation fiscale, supervision budgétaire, coopération industrielle…) et de savoir l’expliquer pour déclencher l’adhésion à des programmes qui bousculeront forcément le confort et les traditions. Afin de ne pas avoir à regretter la fin d’une Europe trop riche pour réagir à la crise.

Gilles Bridier

Gilles Bridier
Gilles Bridier (663 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte