Culture

Bonne étoile pour Toni Morrison

Temps de lecture : 2 min

La prix Nobel revient avec un nouveau roman, «le don».

«Elle est un peu le Barack Obama de la littérature américaine», «une personne gigantesque», «un être humain très vaste», «une très grande étoile». De son vrai nom, Chloe Anthony Wofford. Toni Morrison, «dans toute sa gloire» annonce le journal Le Monde. Prix Nobel de littérature en 1993, lauréate du Pulitzer traduit en 50 langues, Toni Morrison, femme noire de 78 ans peut être considérée comme un modèle de société.

Elle a soutenu Barack Obama pendant les élections, après avoir longtemps pris le parti d'Hilary Clinton, dont elle était proche; «il y a plein de noirs pour qui je n'aurais pas voté: dans son cas, la couleur était un cadeau, pas une nécessité. Je l'ai soutenu parce que c'était le meilleur, le plus intelligent, le plus sage».

Son nouveau roman, «le don», nous plonge dans l'Amérique du 17ème siècle, dénuée de dogmes racistes. Interviewée par l'Express, Toni Morrison confie, «je cherchais à dissocier racisme et esclavage et à revenir vers un temps, où la servitude, sur ce continent, était semblable à celle qui existait ou avait existé, ailleurs, à Rome, à Athènes ou en Egypte...»

Lire l'intégralité des articles sur Le Monde et l'Express

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

«The Terror», la série fantastique sur une expédition perdue dans l’Arctique

«The Terror», la série fantastique sur une expédition perdue dans l’Arctique

En 1845, deux navires britanniques disparaissaient dans les glaces de l’Arctique. Le mystère entourant l'expédition a inspiré Dan Simmons, dont le roman «The Terror» a été adapté en série.

Clip au Louvre: Beyoncé et Jay-Z imposent leur propre culture dans un des temples mondiaux de l’art

Clip au Louvre: Beyoncé et Jay-Z imposent leur propre culture dans un des temples mondiaux de l’art

Le clip laisse penser que le R&B pourrait être de l’art au même titre qu’une toile du XVIe siècle.

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

C’est la vision que l’art contemporain m’a donnée du football à travers l’exposition «Par amour du jeu» aux Magasins généraux.

Newsletters