Le jour où la République tchèque a abdiqué la présidence de l’Union

Slate.fr, mis à jour le 24.04.2009 à 15 h 34

L'échec de Durban II

En théorie, la République tchèque préside l'Union européenne et devait proposer une déclaration commune pendant Durban II.

En théorie. Après les propos antisémites du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, « l'ambassadeur de la République tchèque annonce à ses partenaires européens, consternés, qu’il a reçu instruction de Prague de se retirer de la conférence », raconte Jean Quatremer sur son blog.

Et de continuer: «les 23 États membres de l’Union européenne présents sont sidérés: «vous ne pouvez pas faire ça unilatéralement, vous exercez la présidence de l’Union», lui font-ils valoir».

L'ambassadeur part et les autres sont donc obligés de se tourner vers l'ambassadeur de Suède, prochain pays qui présidera l'Union. Pour Jean Quatremer, «en pleine crise politique, Prague semble donc avoir renoncé à exercer son rôle».

Avec le boycott de l'Allemagne, de la Pologne, des Pays-Bas et de l'Italie à la dernière minutes, les couacs se sont multipliés. Dommage car «sur le fond, Durban II est un véritable succès de la diplomatie européenne».

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte