Politique

Sauvons les riches et Jean Sarkozy

Temps de lecture : 2 min

Le diaporama et la vidéo.

«Sauvons les riches» est un collectif de jeunes militants qui cherche à libérer les riches. «Nous interpellons à notre manière nos amis les riches, accros à un mode de vie destructeur, non-généralisable, et finalement tellement triste», expliquent-t-ils. Après Jacques Séguéla, le nouveau libéré fut Jean Sarkozy mardi dernier pendant un repas du Rotary Club. Un «diplôme de fils à papa mention Balkany» lui a été remis. Il l'a accepté avec le sourire.

L'actions, très médiatique, a attiré de nombreux journalistes dont Les Inrocks qui proposent un diaporama de l'action. «L 'entrée du groupe au son de «Dallas ton univers impitoyable» saisit la centaine de convives –en majorité des hommes de plus de 60 ans- et les fourchettes s’immobilisent autour du saumon en sauce.», racontent-ils.«Aujourd’hui en France pour réussir, il faut être le fils de quelqu’un, c’est triste et antidémocratique», note un membre de «Sauvons les riches».

Sur son site Internet, le collectif est un peu déçu. «Nos slogans, «Au Rotary / J’ai vraiment pas d’amis », « Première, deuxième, troisième maison de campagne / La propriété, c’est le bagne » n’ont pas séduit outre-mesure les sommités du Rotary, qui ont repris en cœur durant de longues minutes «Cassez-vous / Bandes de cons».

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

[Tribune] Comment le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pouvait-il défendre ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Direction Londres, qui connaît un mois de janvier mouvementé. À la fin du mois, le 31, nos amis britanniques vont dire bye bye à l'Europe. Des adieux prévus de longue date, maintes fois repoussés. Ceux qu'on n'avait pas vu venir en revanche,...

Newsletters