Life

Les bonnes affaires des foires aux vins

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 11.09.2011 à 8 h 49

Une sélection de vins à boire ou à conserver, de 2,49 euros à 297 euros.

Des bouchons / dawgbyte77 via FlickrCC License by

Des bouchons / dawgbyte77 via FlickrCC License by

Inventées par Édouard Leclerc en Bretagne, développées par son fils Michel-Édouard dans les 548 centres de l’Hexagone –80 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2010 pour 134 millions de bouteilles vendues– les foires aux vins coïncident avec la rentrée, la reprise des activités et la nécessité de remplir les caves de flacons des AOC françaises: le Bordelais reste la région privilégiée, plus de 50% des ventes chez Cash and Carry, deux entrepôts dans la banlieue parisienne. Les millésimes 2008 et surtout 2009 font leur apparition dans les rayons, ce dernier considéré comme une notable réussite –il y a des crus d’exception comme la Demoiselle de Sociando Mallet 2009 à guetter.

Voici une sélection de vins à boire ou à conserver de 2,49 euros à 149 euros pour le Château d’Yquem, et 297 euros pour le Haut-Brion 2007, deux joyaux de la viticulture française.

Carrefour

  • Jusqu’au 18 septembre, 680 références, et pas mal de 2009.

Fleur Haut-Gaussens 2009, proche de Fronsac, un bordeaux supérieur généreux et gras d’une excellente année, bon prix, 6,50 euros. Château Marjosse 2010, le bordeaux tout simple de Pierre Lurton, vinificateur d’Yquem et de Cheval Blanc, splendide millésime, 6,99 euros. Château Maucaillou, un classique de Moulis, rond, frais et long en bouche, 15,50 euros. Château Lynch Bages 2009, un vin star de Pauillac dans une année de rêve, pour les fêtes, à conserver sept à dix ans, 86,75 euros. Château Montus 2008, le noble madiran d’Alain Brumont, leader de l’appellation, pour la garde de trois à cinq ans, 16,95 euros.

Cash and Carry

  • Jusqu’au 17 septembre, en direct des propriétés, TVA offerte.

Marquis de Bordeaux 2008, un vin de marque assemblé autour du merlot et du cabernet, cépages classiques en Gironde, bon prix, 6,27 euros. Haut Médoc de Maucaillou 2007, le second vin d’un Moulis charpenté et coulant dans un millésime à boire, 7,11 euros. Château Chasse Spleen 2008, un vin d’œnophile, encore marqué par les tanins, bouquet raffiné, à conserver deux à quatre ans, 22,57 euros. La Sirène de Giscours 2008, le second vin d’un cru classé de Margaux d’une constante finesse, bon prix, 17,98 euros. Les Fiefs de Lagrange 2007, le second vin d’un cru classé de Saint-Julien, un must pour de bons connaisseurs, 15,47 euros. Croix de Beaucaillou 2007, le second vin d’un beau saint-Julien, très proche du premier par son élégance, à boire pour un joli repas. 25 euros. La Réserve de la Comtesse 2008, le second vin de Pichon Lalande, superbe Pauillac, à boire d’ici quatre ans, à carafer, 29,26 euros. Mâcon Villages du Comte Lafon, fraîcheur, bouquet, longueur d’un chardonnay de classe, bon prix, 12,12 euros. Champagne Pierre Gimonnet, 1er cru à Cuis, le vin blond floral et minéral d’un Champenois expert, excellent rapport prix plaisir, 19,65 euros.

  • Chais: 137 avenue du Président Wilson 93210 Saint-Denis (01 55 93 40 90) et 166, avenue Pierre Brossolette 92240 Malakoff (01 46 54 47 89).

Monoprix

  • Jusqu’au 18 septembre, sélection plus riche en bourgogne et beaujolais qu’en bordeaux.

Domaine de la Charmoise, le gamay 2010 fruité, coulant et frais d’Henry Marionnet, 5,90 euros. En Alsace, le Sylvaner bio du grand domaine Zind-Humbrecht, une rareté pour connaisseurs, 14,95 euros. Château Larrivet Haut-Brion 2009, un Pessac-Léognan issu d’une magnifique vendage, déjà équilibré, à conserver cinq à huit ans, 24,90 euros. Beaune 1er cru 2009, le pinot noir au fruité aromatique et profond de Chantal Lescure, à laisser vieillir cinq ans, 24,90 euros. Champagne Deutz extra brut, la cuvée non dosée d’une excellente marque d’Aÿ, fraîcheur et minéralité. 29,50 euros.

E. Leclerc

  • Jusqu’au 21 septembre. La sélection de Jean-Luc Roché, propriétaire de magasins et viticulteur.

Château Cambon La Pelouse 2009, un Haut Médoc de Macau dans un millésime de rêve, à laisser mûrir en cave, bouqueté et puissant, bon prix, 13,90 euros. Château La Garde 2009, un Pessac-Léognan en pleine renaissance, un rouge corsé, charnu, à oublier en cave cinq ans au moins, une affaire, 19,70 euros. Pouilly Fuissé, le grand Saint-Vincent de Dubœuf 2008, toute la finesse, le fruité, l’allonge d’un chardonnay rare, une aubaine, 11,70 euros.

Auchan

  • Jusqu’au 1er octobre, superbe choix de bordeaux pour les 125 hypermarchés de l’enseigne.

Les Parcelles de Stéphane de Renoncourt 2010, un maître œnologue à l’œuvre sur un millésime déjà légendaire, 3,90 euros. Château Citran 2009, un Haut Médoc racé qui ne déçoit jamais, à conserver trois ans, 11,95 euros. Château Fombrauge 2009, le Saint-Émilion grand cru de Bernard Magrez, souple et séduisant, à laisser mûrir cinq ans au moins, 20,90 euros. Château Branaire Ducru 2008, un noble Saint-Julien bien construit, charmeur, harmonieux, à faire vieillir. 32,50 euros. Château Malartic Lagravière 2009, un Pessac-Léognan très réussi, plein, rond, du plaisir, à laisser en cave cinq à dix ans, 26,95 euros. Château Pradeaux 2008, un solide Bandol de forte constitution, à carafer, 17,95 euros. Château d’Yquem 1998, le plus extravagant liquoreux du Sauternais, un nectar envoûtant, inoubliable pour une fête des sens, 149 euros.

Repaire de Bacchus

  • Trente boutiques de vins dans Paris et sa périphérie, large sélection du patron Dominique Fenouil, un fin palais.

Château Hostens Picant 2004, le rouge séveux, profond, de cette propriété bien tenue de Sainte-Foy Bordeaux, bon prix, à boire, 12,70 euros. La Dame de Montrose 2007, le second vin d’un puissant cru classé de Saint-Estèphe, à carafer, 22,40 euros. Château Phélan Ségur 2002, un cru bourgeois, élevé comme un cru classé à Saint-Estèphe, profond et aromatique, à ouvrir, 34,70 euros. Les Hauts de Pontet 2005, le second vin d’un Pauillac mûr, à point, à carafer, 49,50 euros. Château Haut-Brion 2007, le seul premier cru des foires annuelles, un sommet dans la galaxie bordelaise, finesse et longueur, pour un grand soir, 297 euros. Corton Grancey 1998, une exclusivité de la maison Latour, l’expression majeure du pinot noir dans un grand terroir, à boire, le vin a treize ans, 44 euros. Château de Beaucastel 2003, le Châteauneuf du Pape impérial d’une admirable famille de viticulteurs, à boire, 55,40 euros.

Leader Price

  • Jusqu'au 18 septembre, parmi les 122 bouteilles sélectionnées par l’œnologue Aude Rebourcet-Rabah, 16 ont eu un coup de cœur de Jean-Pierre Coffe.

Minervois 2009, joli fruité, de bon prix, 2,49 euros. Château Laforêt 2009, un simple bordeaux au goût de violette, bon millésime, 2,99 euros. Champagne Jean-Michel, finesse et vive effervescence, 15,99 euros.

Magasins U

  • Jusqu’au 8 octobre, excellent rapport prix plaisir pour les crus de Bordeaux 2009, très recherchés.

Château Deson 2009, un bordeaux Médaille d’Or pour la souplesse et les fruits rouges, 3,55 euros. Château Barrié 2009, un Côtes de Bourg suave et persistant, 4,99 euros. Les Demoiselles de Sociando Mallet 2009, le second vin du beau blanc Médoc de Jean Gautereau, un génial vinificateur, attendre trois ans, 15,90 euros. Goulée 2009 by Cos d’Estournel, élaboré par l’équipe technique du grand cru classé Saint-Estèphe, un Médoc ample et voluptueux, 19 euros. Château Beychevelle 2009, un magnifique cru de Saint-Julien très recherché par les bordeauxphiles pour son élégance et son équilibre, grande réussite en 2009, à faire mûrir cinq ans, 54,90 euros.

Lavinia

  • Jusqu’au 3 octobre, offre remarquable tant dans les grands crus que dans les vins de terroir et les bouteilles d’autres pays.

Château Haut-Grignon 2008, un Médoc savoureux et dense, 7,36 euros par six. L’Héritage de Chasse Spleen 2008, le second vin d’un Moulis de réputation, souple et franc, 11,70 par six. Château Potensac 2006, un Médoc classique qui ne déçoit jamais, 19 euros par six. Château Fourcas-Borie 2009, signé du propriétaire de Ducru Beaucaillou, un Listrac Médoc velouté et mûr, 16,65 euros par six. La Parde de Haut-Bailly 2007, le second vin d’un château de Pessac-Léognan qui rivalise avec les meilleurs. 17,60 euros par six. La Grande Neuve de Figeac 2004, le second vin d’un superbe Saint-Émilion, convoité par les œnophiles, 19 euros par six. Château La Croix des Templiers 2008, un Pomerol né sur un petit domaine riche en vieilles vignes. 17,93 par six. Le Rosé des Riceys 2006 de Serge et Olivier Horiot, un vin non pétillant de champagne aux saveurs délicates, à découvrir, 26,51 par six. Coudoulet de Beaucastel 2009, les jeunes vignes du grand Beaucastel dans ce Côtes du Rhône plein d’arômes. 15,10 par six.

Nicolas de Rabaudy

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (464 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte