Désinvolture de Dati: c'était pour «rire»

Slate.fr, mis à jour le 24.04.2009 à 11 h 52

Pour la garde des Sceaux Rachida Dati, «la politique, c'est aussi rire». Interrogée jeudi soir sur France Info, la candidate aux Européennes tentait de justifier son attitude de la soirée de la veille lors de la convention sur l'Europe organisée par les jeunes militants UMP, où elle s'était montrée à la fois confuse et hilare face à des questions sur l'Europe et le nucléaire.

«La politique c'est aussi rire, c'est la vie. Hier on avait un moment de détente avec les Jeunes Populaires, on avait fait une parodie, moi je ne vais pas changer de tempérament; j'aime la vie, j'aime rire», a déclaré la ministre sur France Info. «Quand il s'agit d'être sérieux, d'argumenter sur le fond, je le fais également», a poursuivi Rachida Dati. «Parmi ceux qui polémiquent il y a quelques parlementaires européens dont j'aimerais bien savoir ce qu'ils ont fait au Parlement européen. Là ce n'est pas drôle, je pense».

L'affaire avait débuté jeudi matin, lorsque Europe 1 avait rendu compte de cette soirée. Selon la radio, la garde des Sceaux est arrivée avec une heure de retard à la réunion des jeunes UMP. Son colistier, Michel Barnier et le chef de file des députés UMP, Xavier Bertrand, n'auraient pas attendu la retardataire qui, une fois à la tribune, s'est livrée à quelques gaffes et approximations. Une intervention qui laisse penser à ses détracteurs qu'elle ne prendrait pas son rôle de numéro 2 sur la liste UMP d'Ile-de-France très au sérieux.

(Voir la vidéo)


Interrogée sur le nucléaire, elle lâche «ça, on avait répété un peu» déclenchant des rires dans le public. Puis s'emmêle: «Alors je récite. 77% de notre énergie... provient du nucléaire, c'est ça?». On lui souffle: «électricité.» «Electricité? Oh ben, vous m'avez dit énergie», pouffe-t-elle avant de tenter un rattrapage hésitant: «Donc, le nucléaire oui, mais il faut quand même se mobiliser pour développer les énergies renouvelables qui sont les éoliennes. C'est ça?»

Nouvelle gaffe lorsqu'on lui demande si l'Europe «s'occupe trop des affaires nationales», avec une réponse pour le moins embrouillée. «Elle s'occupe de ce qu'on lui donne à s'occuper avec les personnes qui peuvent porter ses affaires à s'occuper... Donc nous, en l'occurrence. Je l'ai bien fait là ?» «Ouais , c'est pas mal», lui répond, pas contrariant, le président des Jeunes pop', Benjamin Lancar.

Alors que le PS et le MoDem y ont immédiatement vu l'illustration de sa légèreté et de son manque d'intérêt pour l'Europe, l'UMP a invoqué «un moment de détente» face aux jeunes de son mouvement. Michel Barnier s'est efforcé jeudi de dégonfler la polémique, replaçant la prestation de celle-ci dans le contexte de la soirée des Jeunes UMP. «Il faut vous remettre dans l'ambiance», a plaidé le ministre de l'Agriculture, sur RTL. «Rachida Dati était dans cette ambiance-là: conviviale et décontractée. Prenez ses réponses de cette manière-là, sans dramatiser.»

(Photo: Rachida Dati lors d'un déplacement à Bordeaux, Regis Duvignau / Reuters)

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

 


Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte