Économie

Apple ne connaît pas la crise

Temps de lecture : 2 min

La firme réalise un chiffre d'affaires de 8,16 milliards de dollars au premier trimestre 2009.

La maladie de Steve Jobs, le PDG d'Apple, et le contexte économique global n'ont pas empêché la firme de connaître un nouveau trimestre de croissance. Apple a encore une fois défié la récession et annoncé une augmentation de plus de 15% de son bénéfice au premier trimestre 2009.

Avec les très bonnes ventes de ses iPhones et iPods, la firme de Cupertino réalise un chiffre d'affaires de 8,16 milliards de dollars sur les trois premiers mois de l'année 2009, qui se traduit par un bénéfice net de 1,21 milliard de dollars. Sur le trimestre en effet, Apple indique avoir vendu 11,01 millions de baladeurs iPod (+3%). La vente d'iPhone a, elle, plus que doublé par rapport à l'année précédente, avec 3,79 millions de téléphones vendu, soit +123%. En revanche, pour la première fois en presque six ans, les ordinateurs de la marque à la pomme se sont moins bien vendus que l'année précédente: 2,22 millions d'unités vendues, soit -3% sur un an.

L'effort porté sur la baisse du prix de certains composants clés — comme les microprocesseurs et les cartes mémoire — ont contribué à augmenter le bénéfice d'Apple.

Parti en congé maladie en janvier, Steve Jobs garderait toujours la main sur les stratégies d'Apple. Il a annoncé qu'il reprendrait les rênes de la companie au mois de juin prochain.

(Photo: Flickr Victor Svensson)

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Les gens sont prêts à payer plus cher pour avoir une cocaïne éthique

Les gens sont prêts à payer plus cher pour avoir une cocaïne éthique

Une enquête mondiale met en lumière le souhait de développer un marché de la cocaïne réglementé et plus équitable.

«Si on veut parler d'une success story européenne, on pourrait choisir l'Irlande»

«Si on veut parler d'une success story européenne, on pourrait choisir l'Irlande»

À l'approche des élections européennes, l'île d'Émeraude n'oublie pas les bienfaits de son intégration et figure parmi les plus enthousiastes à l'idée de rester dans l'Union.

Les logos de Netflix et de Red Bull ne sont pas très bien choisis

Les logos de Netflix et de Red Bull ne sont pas très bien choisis

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les visuels non symétriques des marques dites «excitantes» ont plus d'impact.

Newsletters