Life

Ordinateurs: la mort du démarrage à rallonge

Farhad Manjoo, mis à jour le 13.08.2011 à 12 h 01

Il n'y a pas si longtemps que cela, il fallait plusieurs minutes pour allumer un ordinateur. A tel point qu'on ne les éteignait plus et que les économiseurs d'écrans ont été inventés. Tout cela appartient heureusement à un passé révolu.

Ordinateurs de bureau Toru Hanai / Reuters

Ordinateurs de bureau Toru Hanai / Reuters

Vous vous souvenez du bon vieux temps du démarrage de l’ordinateur? C’était la première chose que l’on faisait en arrivant au bureau le matin – on attendait deux minutes, trois minutes, parfois plus, que l’ordinateur effectue une série de tests, de chargement d’écran et de traque une erreur ou deux avant de pouvoir enfin l’utiliser. En 2011, une étude montrait que la moitié des ordinateurs professionnels demeuraient allumés la nuit ou le week-end, dépensant ainsi d’importantes quantités d’électricité. C’était toujours mieux que d’attendre que l’ordinateur démarre. Ces longues séquences de démarrage étaient également responsables l’apparition des économiseurs d’écrans au début des années 1990. Les écrans avaient en effet tendance à s’abîmer lorsqu’une image statique restait trop longtemps affichée. Les économiseurs d’écrans servaient donc à maintenir l’ordinateur en activité afin que nous n’ayons pas à les éteindre.

Cette semaine marque le trentième anniversaire du lancement de l’IBM 5150 – le premier ordinateur personnel d’IBM, dont l’architecture fut à ce point copiée qu’elle est devenue la base de toute l’industrie des PC. Comme vous pouvez le voir sur cette vidéo disponible sur Youtube, qui représente le 5150 à côté d’un Compaq du milieu des années 1990, il fallait environ une minute et demie au 5150 pour démarrer. L’ordinateur Compaq, bien plus moderne, mettait le même temps à s’allumer. Jusqu’en 2009, l’histoire demeurait la même: un ordinateur tournant sous Windows mettait en moyenne 80 secondes à démarrer.

Il est donc l’heure de se féliciter que tout ceci appartienne au passé. Aujourd’hui, les ordinateurs peuvent s’allumer en trente secondes et parfois plus vite. Le MacBook Air de Apple s’allume en 16 secondes et les machines tournant sous le système d’exploitation Chrome de Google sont, d’après le fabricant, capables de s’allumer en moins de 10 secondes. Même les ordinateurs qui tourne sous Windows sont rapides: avec les réglages adéquats, votre portable fonctionnant sous Windows 7 peut s’allumer aussi vite qu’un MacBook.

Ce processus de démarrage d’un ordinateur éteint est connu sous le nom de démarrage à froid (cold boot). La vitesse de démarrage d’un ordinateur qui n’a pas été éteinte s’est quant à elle considérablement réduite. Lorsque l’on referme l’écran de son ordinateur portable, il se place en une sorte de veille cryonique qui lui permet de redémarrer là où il a été éteint. Il n’y a pas si longtemps, redémarrer une machine dans de telles conditions prenait également du temps et pouvait s’avérer risqué: parfois, un ordinateur tournant sous Windows passait en veille et ne se rallumait jamais. Mais la sortie de veille est elle aussi devenue facile et instantanée. Les MacBooks, les Chromebooks et même les ordinateurs tournant sous Windows mettent très peu de temps à passer de l’hibernation à la vie. Et ils le font de plus en plus vite: Google vient d’annoncer que sa dernière version du système d’exploitation Chrome voit sa vitesse de sortie de veille réduite de 32%, ce qui paraît impossible:  comment réduire de 32% une vitesse de zéro secondes?

Plusieurs améliorations expliquent la fin du démarrage lent. Intel a fait de grands progrès en réduisant la consommation de ses processeurs et propres à présent plusieurs modes de veilles pour les ordinateurs qui ne sont pas utilisés. Un progrès plus récent est celui des disques solides, qui stockent les informations sur des transistors au lieu de les enregistrer sur des disques magnétiques des disques durs traditionnels (le MacBook Air et les Chromebooks utilisent un tel système). L’an dernier, je m’extasiai devant le fait que ces nouveaux disques durs avaient considérablement accéléré la vitesse d’exécution de mon ordinateur, sans remarquer qu’ils avaient également accéléré le démarrage. Lifehacker affirme qu’installer un SSD est la meilleure façon d’accélérer le démarrage de votre ordinateur: «la différence est stupéfiante.» 

Bien sur, si votre ordinateur est ancien – où s’il utilise un disque dur basique, est pourvu d’une mémoire insuffisante ou de composantes de médiocre qualité – vos souffrances vont continuer. Sachez seulement que vous n’êtes pas seul et que votre prochain ordinateur sera plus rapide. Il est toutefois possible de disposer d’un ordinateur démarrant rapidement et, par une suite d’erreur, de ralentir son démarrage. Vous pouvez par exemple gaver votre PC ou votre Mac de programmes inutiles qui chargent au démarrage, et les virus et chevaux de Troie en tout genre peuvent également ralentir la vitesse de démarrage. Les ordinateurs sous Chrome, qui n’a pas besoin de faire tourner d’autres programmes, ont en ce domaine une longueur d’avance: ils ne peuvent que démarrer rapidement, quelles que soient les avanies que vous pouvez leur faire subir.

Google et Apple conjuguent tous deux des améliorations matérielles (hardware) à des systèmes d’exploitation conçus pour démarrer rapidement. Il s’agit pour partie d’une réponse aux smartphones. Les téléphones nous ont habitués à ce que les machines démarrent instantanément: plus vous utilisez votre iPhone ou votre iPad pour répondre à des mails ou naviguer sur Internet, plus les lenteurs de votre ordinateur portable paraissent insupportables.

D’importantes différences permettent aux téléphones mobiles de s’allumer plus rapidement que les ordinateurs – les téléphones et les tablettes sont pourvus d’un système d’exploitation plus petit et plus rudimentaire, font tourner moins de programmes et n’ont pas de disque magnétique. Mais la raison pour laquelle les téléphones démarrent rapidement est qu’ils ne peuvent pas faire autrement: si votre téléphone met plus d’une fraction de seconde à répondre, il devient inutile.

L’instantanéité de la réponse est une des données fondamentales de l’utilisation des mobiles. À certains égards, le triomphe de ces ordinateurs portables et de bureau s’allumant instantanément semble indiquer que le crépuscule du PC est proche. Les dernières innovations – écrans tactiles, app stores et reconnaissance vocale – sont de plus en plus en vogue sur les mobiles et ne font que timidement leur apparition sur des PC. L’allumage instantané aussi. La prochaine fois que vous appuyez sur le bouton de mise en marche de votre ordi et que vous le voyez s’allumer en un clin d’œil, pensez à dire merci à votre téléphone.

Farhad Manjoo

Traduit par Antoine Bourguilleau

 

Farhad Manjoo
Farhad Manjoo (191 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte