Monde

Pourquoi les émeutiers britanniques s’arment de battes de baseball, et pas de cricket?

Brian Palmer, mis à jour le 12.08.2011 à 16 h 56

Quand la violence populaire utilise des équipements de sport…

Exaspéré, un joueur de baseball des Philadelphie Phillies jette sa batte Joe Giza / Reuters

Exaspéré, un joueur de baseball des Philadelphie Phillies jette sa batte Joe Giza / Reuters

Les émeutes en Grande-Bretagne ont dopé les ventes de battes de baseball sur Internet. Les acheteurs sont-ils de potentiels pillards ou des gens qui veulent se protéger contre le pillage? Difficile de le savoir. Toujours est-il que les Britanniques préfèrent la batte de baseball à la batte de cricket pour se battre. Pourquoi?

 L’imaginaire collectif

C’est peut-être à cause du cinéma. Beaucoup de britanniques semblent associer la batte de baseball à la violence. C’est peut-être dû au fait que des films américains véhiculent depuis longtemps cette image: par exemple, dans Les Guerriers de la nuit (The Warriors), dans des séries télé comme Les Soprano  ou encore dans des jeux vidéo, tels que Grand Theft Auto Grand Theft Auto. 

Le concept de bagarre liée au baseball est devenu si courant en Angleterre que les troupes de théâtre louent régulièrement des battes auprès de BaseballSoftballUK, l’organisme de développement du baseball et du softball au Royaume-Uni, pour les scènes de passage à tabac. D’ailleurs, une femme travaillant pour cet organisme a un jour été interpelée à bord d’un bus par un policier. Ce dernier a exigé qu’elle lui montre une balle de softball  pour lui prouver qu’elle ne se servirait pas de sa batte comme arme. Le fait de privilégier une batte de baseball pour se défendre répond peut-être à une certaine logique. En général, celles faites d’aluminium sont 40% plus légères que les battes de cricket; elles sont, par conséquent, plus faciles à manier.

Si la batte de baseball tient un rôle de premier plan au cinéma, sa cousine du cricket a au moins une fois occupé une place de choix.  Shaun of the Dead comporte une célèbre scène où le protagoniste repousse une bande de zombies à coups de batte de cricket. Il semble que cela fonctionne parfaitement bien contre les vivants (et dans la vraie vie aussi). 

Cricket criminel!

Ces derniers jours, de nombreux londoniens ont sorti leur fidèle batte de cricket pour maintenir les pillards à distance de leur maison ou de leur bureau/magasin. Par le passé, de jeunes britanniques ont brandi des battes de cricket au cours d’émeutes raciales. De même, des foules enragées (ainsi que leurs opposants) se sont servies de battes de cricket comme armes en Australie et au Pakistan.

Autrefois, la violence et la criminalité faisaient autant partie du cricket que les pulls à col en v. Dominic Malcolm décrit la brutalité du cricket au début de l’histoire de ce sport dans son ouvrage Sport: Critical Concepts in Sociology. Au 18ème siècle, les décisions des arbitres occasionnaient beaucoup de duels et de bagarres, à tel point que les officiels anglais ont envisagé d’interdire le cricket. En 1775, les meurtres (oui les meurtres!) lors des matchs de cricket s’étaient tellement banalisés qu’un certain William Waterfall s’est vu infliger une sentence plus légère, pour avoir massacré plusieurs joueurs de cricket, que des voleurs de moutons ou des bigames condamnés la même semaine. (William Waterfall a passé 9 mois en prison, et on a gravé le «M» de meurtrier sur sa main.)

La violence du cricket s’est même exportée hors de Grande-Bretagne. En 1993, en Inde, la balle de cricket d’un enfant hindou a heurté un passant de religion musulmane. L’incident a déclenché une émeute qui a fait 3 morts et 26 blessés.

Baseball et hockey: instruments de violence

Les battes de baseball ont, elles aussi, une abominable histoire. Lors de la Grande grève des cheminots en 1877 – qui a commencé en Virginie occidentale avant de s’étendre à plusieurs autres Etats (Maryland, Pennsylvanie Illinois et Missouri) –, on raconte que les émeutiers ont eu recours à des battes de baseball  . Des prisonniers s’en sont également armés en 1892, lors d’un soulèvement à la prison de Deer Island  située près de Boston et sur Randall’s Island en 1895 (New York), à une époque où les caractéristiques standard (dimension et composition) de la batte de baseball n’avaient pas encore été définitivement établies.

Au Canada, des crosses de hockey ont été utilisées à des fins violentes . Il semble que des émeutiers s’en soient également servis en Inde  (Difficile de savoir, en revanche, s’il s’agissait de crosses de hockey sur glace ou de hockey sur gazon, sachant que le hockey sur gazon est un sport extrêmement populaire en Inde).

A sport rare, batte rare

Une autre explication possible de la subite hausse des achats en ligne de battes de baseball par les Britanniques est que cet équipement est difficile à trouver dans les magasins de Grande-Bretagne. Dans ce pays, à peine plus de 3.000 personnes jouent au baseball dans un club; quelque 12.000 britanniques pratiquent le softball. Certaines équipes de baseball, à l’image des Enfield Sidewinders, sont essentiellement composées d’immigrés de première et deuxième génération, originaires de pays où l’on pratique le baseball.

Dans le plus grand des magasins de sport britanniques, vous aurez de la chance si vous tombez sur une batte de baseball – et encore, il s’agira souvent d’un kit pas très pro comprenant une batte, un gant et une balle bon marché. En ce qui concerne les accessoires, la plupart des joueurs de baseball, en Grande-Bretagne, doivent se rabattre sur ceux commercialisés au départ pour le cricket, comme les coquilles de protection . (Pour des raisons que L’Explication ne peut raisonnablement comprendre, les joueurs de cricket portent une coquille de protection des testicules plus large et moins allongée  que celle des joueurs de baseball et de hockey).

Brian Palmer

Traduit par Micha Cziffra

Brian Palmer
Brian Palmer (157 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte