EconomieLife

L'injuste prix

Bruno Askenazi, mis à jour le 23.04.2009 à 16 h 08

Les Français trouvent les prix des produits alimentaires injustes. Une vision faussée par la valse permanente des étiquettes, à la hausse comme à la baisse.

C'est un sentiment partagé par sept français sur dix: les prix des produits alimentaires sont «injustes». Tel est du moins le résultat d'une enquête dévoilée ce mois-ci par le Crédoc. Déjà échaudés par le passage à l'euro, jugé responsable d'une hausse des prix généralisée, les consommateurs ont très mal encaissé l'inflation des étiquettes, constatée l'an passé dans les supermarchés. La flambée des matières? Pour la majorité des personnes interrogées, elle ne peut justifier à elle seule les hausses. Aucun doute pour eux: industriels et distributeurs ont profité de la situation pour doper leurs marges. Pas de surprise, les produits de grandes marques, très «marketés», sont les plus contestées. Une bouteille de Coca-Cola vendue généralement autour de 1,40 euro le litre? Injuste pour 62% du panel. D'une façon générale, les consommateurs estiment que le surcoût de ces marques mondiales ne se justifie pas par rapport à des marques de distributeurs d'aussi bonne qualité.

Avec le reflux des cours de certaines matières premières, comme le blé ou le pétrole, le scepticisme envers les prix dans les supermarchés ne faiblit pas pour autant. Le Credoc ne l'a pas encore mesuré mais selon cet organisme, il y de fortes chances pour qu'industriels et distributeurs soient très largement soupçonnés de ne pas répercuter pleinement l'allégement de leurs coûts d'approvisionnement.

Pourtant, les derniers chiffres officiels montrent une stabilisation des prix, voire une baisse sur certains produits. D'après une récente étude de l'Observatoire des prix et des marges, les marques nationales ont même fléchi de 0,38% en mars 2009 par rapport à mars 2008. Une baisse qu'on n'avait pas vu depuis longtemps.

Et si les consommateurs avaient une vision faussée de la réalité? C'est probable mais pas vraiment surprenant. Il faut dire que depuis quelques années, le système des prix est devenu illisible sur le marché de la grande consommation. Dans les hypermarchés, les promotions sont devenues quasi permanentes. Toutes les grandes enseignes se livrent à une surenchère à coup de produits gratuits, de bons d'achat ou de lots promotionnels. En trois ans, la part des produits en promotion est passée de 2 à 5% dans les magasins. A ces opérations agressives, se sont ajoutés les dispositifs de cartes de fidélité qui offrent des réductions à toucher en caisse. De quoi semer le trouble dans l'esprit des ménages. Sur Internet, c'est pire, les tarifs jouent au yoyo. Un même produit de consommation courante peut diviser son prix par deux, d'une semaine à l'autre, s'il faut écouler les stocks.

Sans parler du «Low Cost» qui a envahi les rayons après s'être imposé dans l'aérien. Avec la percée des magasins de «hard discount», les prix cassés se sont banalisés. Quand ce n'est pas la gratuité qui est devenu la norme dans certains domaines comme les jeux ou les logiciels en ligne. Déstabilisés par cette avalanche d'innovations commerciales, les consommateurs ne s'y retrouvent plus. Dans le passé, un prix devait refléter la valeur d'une chose. Une routine confortable. Maintenant, tous les repères ont volé en éclat. Le passage à l'euro n'a rien arrangé. La confusion est à son comble, les prix affichés n'ont plus de sens. Par réaction, pas étonnant que les clients regardent leur ticket de caisse à la loupe. Résultat, ils se révoltent contre des prix qu'ils jugent forcément incohérents.

Le sentiment du prix injuste est profond. Même si les étiquettes repartent à la baisse, la crise économique devrait attiser cette défiance, surtout vis-à-vis des grandes marques. Quand on a l'impression de s'appauvrir, on trouve toujours que les produits sont trop chers et que les grands acteurs de l'économie, industriels ou distributeurs, cherchent à vous rouler dans la farine.

Bruno Askenazi

Bruno Askenazi
Bruno Askenazi (25 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte