Monde

L'armée sri-lankaise «a tué des civils»

Temps de lecture : 2 min

Les Tigres Tamouls accusent le gouvernement.

Les Tigres Tamouls accusent le gouvernement du Sri Lanka d'avoir tué 1000 civils et d'en avoir blessé 2300 lors de bombardements lundi 20 avril. Le gouvernement a démenti ces accusations, accusant à son tour le groupe rebelle de s'en prendre aux civils, rapporte la BBC.

Près de 50 000 civils ont fui la zone tenue par les rebelles dans le nord du pays. Pendant ce temps, les forces du gouvernement ont annoncé qu'elles avaient fait des incursions dans le territoire étroit toujours contrôlé par les rebelles. La Croix Rouge s'est dite «extrêmement inquiète» pour les populations civiles toujours coincées dans cette zone.« La situation n'est rien moins qu'une catastrophe. Les combats en cours ont tué ou blessé des centaines de civils, qui n'ont qu'un accès très limité à des soins médicaux.»

Le gouvernement avait fixé une deadline à 7h30 ce matin pour que les rebelles se rendent avant de lancer un assaut final, sans réponse des Tigres Tamouls.

Le site Internet rebelle TamilNet affirme que les territoires qu'ils contrôlent encore sont jonchés de cadavres. Une vidéo rendue publique par des sympathisants des Tigres montrent des corps mutilés, mais la date de l'enregistrement n'est pas confirmée.

Hier, une manifestation de Tamouls originaires du Sri Lanka a dégénéré à Paris près de la gare du Nord. 210 personnes ont été interpellées et 164 placées en garde à vue. Plusieurs centaines de personnes s'étaient réunies en début de soirée pour demander un cessez-le-feu.

GF

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: des civils tamouls blessés, Reuters/Ho New)

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters