Monde

Libération de neuf hommes condamnés pour homosexualité

Temps de lecture : 2 min

Neuf Sénégalais qui avaient été condamnés en janvier à huit ans de prison ferme pour homosexualité ont été remis en liberté lundi, sur ordre de la cour d'appel de Dakar qui a annulé la procédure judiciaire.

Les neuf hommes, âgés de moins de 30 ans, avaient été condamnés le 7 janvier pour «acte impudique et contre nature et association de malfaiteurs» après avoir été arrêtés en décembre à Mbao, à la périphérie de Dakar.

Pour la presse sénégalaise, les «pressions internationales» sont pour beaucoup dans l'annulation de la procédure judiciaire.

L'homosexualité au Sénégal est interdite et punie par la loi. Selon le Code pénal, elle est passible de 1 à 5 ans d'emprisonnement et de 100.000 à 1,5 million de FCFA (de 150 à 2.300 euros) d'amende. Le Sénégal est un pays laïc, mais à 90% musulman, et la loi islamique condamne l'homosexualité. Les Sénégalais homosexuels vivent dans des conditions qui empirent avec une radicalisation de la religion.

En novembre 2008, dans la banlieue populaire de Dakar, des jeunes avaient profané le corps d'un homosexuel, qui se trouvait dans la morgue d'une mosquée. En août 2008, un jeune chanteur sénégalais demandait asile aux Etats-Unis, persécuté en raison de ses orientations sexuelles.

crédit: Reuters- Manifestants fuyant les gaz lacrimogènes de la police lors d'une manifestation anti-gay près de Dakar, février 2008.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

En Irlande, «celles qui n’ont pas d’argent ont des bébés»

Ce 25 mai, les Irlandaises et Irlandais sont appelés aux urnes pour le référendum sur la révision du huitième amendement de la Constitution, qui rend l’IVG illégale dans quasiment tous les cas.

La vraie recette du populisme

La vraie recette du populisme

Lignes et esthétiques japonaises

Lignes et esthétiques japonaises

Entre 2004 et 2016, Emily Shur s'est rendue plus de quinze fois au Japon. «J'ai fait un effort conscient pour concentrer ma photographie uniquement sur l'expression de mon point de vue individuel, raconte la photographe. Je ne pense pas que mon...

Newsletters