France

Chronique de la Sarkozie

Temps de lecture : 2 min

Le président a vraiment du mal avec la langue de Shakespeare.

C'était il y a quelques jours, aux vœux de l'ambassadeur de Grande-Bretagne en France. Tony Blair était de passage. D'une petite phrase, avec cet humour so british qui fait tout passer, il a salué en public les progrès linguistiques de «Nicolas Sarkozy, avec qui je parle en français et qui répond maintenant en anglais!».

Nicolas Sarkozy est président de la République française, il est (assez) jeune, et il ne parle pas (bien) la langue la mieux partagée du monde. Nicolas «l'Américain», lorsqu'il rencontrera Barack Obama, aura besoin d'un interprète, reconnaissent, un peu gênés, ses conseillers. Nicolas Sarkozy, lorsqu'il côtoie les «grands» dans les sommets, est privé de «small talks». Nicolas Sarkozy doit renoncer, contrairement à sa nouvelle épouse ou... à Jacques Chirac, à se produire sur CNN ou ailleurs.

Carla Bruni-Sarkozy s'en moque régulièrement. Il y a quelques semaines, lors d'une raclette-party à l'Elysée, elle imite à table l'accent français de son mari. «Quand même!, rétorque son président de mari, maintenant ça va mieux en anglais, j'arrive à parler et à me faire comprendre!». Et Patrick Balkany, ami et convive du soir: «C'est pas un exploit, ça fait trente ans que tu prends des cours particuliers!».

C'est le cas depuis 1995, en effet. Il faut dire qu'il revenait de loin: étudiant, il avait raté son diplôme de Sciences-Po à cause de notes éliminatoires en anglais, a raconté sa biographe, Catherine Nay.

Il faudra dire au Président que les temps ont changé. Lorsque son conseiller en communication Pierre Giacometti est venu il y a peu plancher devant les étudiants de cette même école, décortiquant pour eux les leçons de la dernière «net-campagne» américaine, tout l'amphi Boutmy a éclaté de rire lorsque ... on a osé leur proposer de leur traduire les discours d'Obama.

A suivre

Newsletters

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

Avec Monique Villemin, un personnage-clé de l'affaire Grégory disparaît

La grand-mère du petit garçon est décédée le 19 avril à l'âge de 88 ans. A-t-elle emporté le secret dans sa tombe?

Ensemble

Ensemble

Lentement mais sûrement pas

Lentement mais sûrement pas

Newsletters