Life

Tables d'août

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 31.07.2011 à 16 h 11

Fini le temps où il était quasiment impossible de dénicher une bonne table ouverte en août à Paris. Petite sélection.

La Brasserie Thoumieux. DR

La Brasserie Thoumieux. DR

Le Michelin répertorie 150 restaurants dans Paris intra-muros et une trentaine dans le premier cercle. Même des trois étoiles de renommée internationale comme le Bristol (75008), Guy Savoy (75017) et l’Arpège (75007) accueillent gourmets et fins becs. Voici une liste d’établissements récents ou de tradition.

L’Atelier Étoile de Joël Robuchon aux Champs-Élysées

Au sous-sol, dans un décor rouge et noir, vous êtes dans le bar japonisant du maestro français, représenté par ses meilleurs seconds, Philippe Braun, Didier Alvès et le jeune chef japonais Yosuke Suga (deux étoiles). Carte des spécialités en petites ou grandes portions : assiette de jambon Bellota et tartine de tomate au basilic (20 euros), caviar de gelée de crustacés et crème de chou-fleur (45 euros), un chef-d’œuvre, ravioli de langoustines (36 euros), fines côtes d’agneau au thym (28 euros), entrecôte et pommes purée (48 euros), clafoutis à la mangue (13 euros), soufflé au yuzu (citron japonais) à 13 euros, café (3 euros). On choisit les tabourets du bar ou la salle de restaurant, 12 couverts. Menu au déjeuner à 35 euros. Addition variable de 50 à 120 euros.

  • Publicis Drugstore, 133 avenue des Champs-Élysées 75008. Tél. : 01 47 23 75 75. De 11 h 30 à minuit. Pas de fermeture.

Ambassade d’Auvergne

Une maison rustique aux poutres apparentes, nappes à carreaux, chaises en bois où l’on perpétue les cuisines du Cantal et de l’Aveyron : jambon de pays, lentilles du Puy, aligot, blanquette de veau à la fourme d’Ambert, sorbet à la gentiane, tout cela servi avec gentillesse et sourires. Menus à 20 et 28 euros au déjeuner, une affaire. Vins régionaux de Chanturgue et Châteaugay. Une vraie adresse de fins palais. Carte à 40 euros environ.

  • 22 rue du Grenier Saint-Lazare. Tél: 01 42 72 31 22. Pas de fermeture.

Le Caméléon d’Arabian

À Montparnasse, le bistrot de style contemporain d’un grand professionnel de la table qui sait choyer ses clients. Tout l’été, Jean-Paul Arabian a inscrit à la carte la salade de homard breton (de saison à 28 euros), l’épaisse côte de veau aux girolles (43 euros), le turbot de pleine mer en marinière de palourdes (44 euros) et le divin clafoutis aux cerises (10 euros). Menus au déjeuner à 25 et 29 euros, plats du jour à 17 euros. Carte à 60 euros. Bordeaux au verre.

  • 6 rue de Chevreuse 75006. Tél. : 01 43 27 43 27. Fermé du 10 au 18 août.

Citrus Étoile

À deux pas des Champs-Élysées, la table élégante de Gilles Epié qui fut, au début des années 90, Meilleur Chef des États-Unis, pas rien. Tout est goûteux dans l’éventail des plats : le saumon fumé façon hareng, le foie de veau vénitienne aux oignons, le tartare de loup de mer aux asperges, le Saint-Pierre en peau d’olive à la niçoise, le soufflé au chocolat, ces plats sont intégrés dans le menu du déjeuner à 49 euros ou dans celui du soir à 69 euros avec les vins. Un excellent rapport qualité-plaisir dans ce quartier haut de gamme. Accueil glamour d’Élisabeth, l’épouse au physique de star, peut-être la plus belle restauratrice de Paris. Vins de Bourgogne au verre choisis par David, le directeur de salle.

  • 6 rue Arsène Houssaye 75008. Tél. : 01 42 89 15 51. Fermé samedi et dimanche.

Thoumieux

D’une ancienne brasserie corrézienne, Thierry Costes et le chef Jean-François Piège, double étoilé au Crillon, ont fait une brasserie tendance à la décoration un brin chargée, luminaires, miroirs et animation d’un lieu à la mode. Le Tout Paris des fins connaisseurs a pris d’assaut Thoumieux, dès l’ouverture en octobre, et les tables ne sont pas commodes à dénicher, surtout le soir. Quelques plats de l’été : la pizza soufflée à la tomate, le saumon fumé au yaourt, le bouillon de langoustines, les goujonnettes de sole et le burger de bœuf Wagyu sont bien tournés et les « must » restent les calamars à la carbonara et la volaille de Montrevel et sa purée. Clafoutis aux fruits de saison. Vins canailles au verre. Environ 50 euros. Premier étage très gastro fermé en août. Chambres d’hôtel à partir de 250 euros.

  • 79 rue Saint-Dominique 75007. Tél. : 01 47 05 49 75. Pas de fermeture.

Il Vino

Le meilleur restaurant de vins (pas un bistrot) à Paris, le seul étoilé au Michelin, tenu par Enrico Bernardo, Meilleur Sommelier du Monde, qui est aussi cuisinier. Le déjeuner est la bonne affaire, 29 euros pour des assiettes délicates : les ravioli à la crème d’artichaut, les rougets de roche aux courgettes, l’agneau de Lozère aux aubergines, le tiramisu comme il doit être préparé. Magnifique choix de vins de tous pays au verre, le pinot blanc bio d’Albert Mann à 8 euros, l’exquis Barbera d’Alba à 9 euros. Vrai café italien, ambiance conviviale le soir. Dîner à 70 euros.

  • 13 boulevard de la Tour-Maubourg 75007. Tél. : 01 44 11 72 00. Fermé du 14 au 18 août.

Le Violon d’Ingres

Bar pané, vinaigrette aux câpres. Violon d'Ingres

L’une des enseignes préférées des gourmets de Paris, et d’ailleurs. Les bases de la cuisine classique à peine personnalisées par l’Aquitain Christian Constant, ex-chef deux étoiles du Crillon, formidable formateur de bons chefs, épris de vrais produits et de techniques sûres. C’est son bras droit Stéphane Schmidt qui envoie le foie de canard poêlé au pain d’épices (21 euros), le demi homard breton aux champignons et coulis de crustacés (42 euros), les filets de rougets et tarte à la tomate (34 euros), la voluptueuse crème de haricots tarbais soyeux (17 euros), le suprême de bar croustillant aux amandes et câpres (36 euros) et, rarissime, le soufflé à la vanille et son caramel à la fleur de sel (12 euros) : un récital de haut goût. Ambiance de club gourmand et de convivialité pour une addition plus raisonnable qu’on ne le pense. De 50 à 80 euros. Château Grand Ormeau de Lalande de Pomerol au verre.

  • 135 rue Saint-Dominique 75007. Tél. : 01 45 55 15 05. Pas de fermeture.

Flora Danica

Au rez-de-chaussée de la Maison du Danemark sur les Champs-Élysées – le Copenhague très chic à l’étage – ce restaurant à terrasse intérieure s’est spécialisé dans les préparations nordiques, enseigne oblige. Le saumon sous de multiples apprêts est le meilleur de Paris avec celui de Petrossian. Au choix, le tartare de saumon et daurade (18,90 euros), le simplissime saumon finement fumé (29 euros), le saumon cuit à l’unilatéral pour les puristes (24 euros), le pavé de saumon à l’aneth épais comme un steak (26 euros), sans oublier l’assiette de harengs (17 euros) escortée d’un verre d’Aquavit Aalborg et les rares fricadelles de veau (20 euros). Le nouveau chef Joël Veyssière maintient un niveau de qualité régulier.

Toutes ces nourritures venues du froid sont mitonnées avec soin et générosité – pommes de terre à la crème en garniture. Tarte aux airelles, riz au lait à la danoise (10 euros). Rafraîchissante bière danoise à la pression (5,85 euros). Service amical. Joli menu à 36 euros. Brunch le weekend à 39 euros boissons comprises.

  • 142 avenue des Champs-Élysées 75008. Tél. : 01 44 13 86 26. Pas de fermeture.

NoLita

Au bas des Champs-Élysées, à la place du drugstore Matignon, le groupe Fiat a installé le show-room Motor Village pour les fanas de belles cylindrées anciennes et contemporaines. En montant au second étage par l’ascenseur, vous arrivez dans l’enceinte circulaire d’un excellent restaurant italien dont le chef, Vittorio Beltramelli, a été l’élève du premier trois étoiles transalpin, Gualtiero Marchesi, le Robuchon de Milan. De la cucina italiana de ce toqué au regard d’adolescent, on ne peut dire que du bien, exactitude remarquable des recettes : superbe escalope de veau milanaise panée (39 euros), trois risotti dont le plus fin « al onda » est parfumé au vin blanc italien pétillant (24 euros), exquises tagliatelles de calamars (22 euros), et les poissons en direct des côtes, pas du marché de Rungis, dont le turbot du Guilvinec aux morilles et tomates (32 euros). Tous les classiques de là-bas, charcuteries, jambons, pasta artisanale et tiramisu (10 euros). Rien à voir avec la trattoria du coin, une vraie qualité. De 40 à 70 euros. Excellente sélection de vins de la Botte, dont le Tignanello toscan. Brunch italien le dimanche à 39 euros.

  • 1 avenue Matignon 75008. Tél. : 01 53 75 78 78. Pas de fermeture, sauf dimanche soir.

Drouant

Le restaurant historique des académiciens Goncourt (place Gaillon) connaît une seconde vie – jusqu’à 250 couverts par jour – grâce à la créativité, au répertoire, au savoir-faire d’Antoine Westermann, l’ex-trois étoiles de Strasbourg, installé à Paris et qui a ressuscité avec l’aide d’Anthony Clémot l’établissement endormi. Tous les plats sont excitants pour les papilles, et la cuisine ancienne à l’honneur : admirable pâté en croûte au foie gras comme on n’en savoure plus.

Pour l’été, à côté des quatre verrines de hors-d’œuvre, voici la salade de haricots verts aux amandes (15 euros), le tartare de daurade (18 euros), l’épaule d’agneau confite (32 euros), la poitrine de cochon grillée (30 euros), la lotte rôtie, grand plat de Strasbourg (30 euros) et pour terminer en beauté, le clafoutis aux cerises (12 euros) et la glace à la framboise (10 euros). On peut s’asseoir sur l’élégante terrasse, face à la Fontaine Gaillon et au restaurant de Gérard Depardieu, fermé du 1er au 15 août.

  • 16-18 place Gaillon 75002. Tél. : 01 42 65 15 16. Pas de fermeture.

Mori Venice Bar

En face de la Bourse, à côté du Vaudeville, la brasserie du groupe Flo, ce restaurant italien piloté par Massimo Mori, très fin connaisseur des nourritures de la Botte, propose à midi un menu « CAC 40 » à 40 euros pour huit plats au choix et le dessert. Parmi les assiettes de l’été, les tagliatelles aux girolles, les ravioli d’agneau, les sardines in saor comme sur la lagune, les divines linguine vongole, le risotto Vialone, le seul à Paris, et des glaces moelleuses à damner un saint. Au dîner, le service est conduit pas Mori lui-même, véritable Pic de la Mirandole des spécialités de Venise et d’ailleurs. Peut-être la meilleure table italienne de Paris, hors-d’œuvre vénitiens. Dîner de 70 à 90 euros. Menu le dimanche à 50 euros.

  • 2 rue du Quatre Septembre 75002. Tél. : 01 44 55 51 55. Jusqu’à 23 h 30. Fermé du 15 au 23 août.

Nicolas de Rabaudy

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (464 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte