Monde

Norvège: Anders Behring Breivik considère «l'usage du terrorisme comme un moyen d'éveiller les masses»

Slate.fr, mis à jour le 26.07.2011 à 14 h 38

La presse norvégienne dresse le portrait du suspect dans les deux attaques de vendredi.

Anders Behring Breivik, photo diffusée par les médias norvégiens.

Anders Behring Breivik, photo diffusée par les médias norvégiens.

Qui est cet homme qui s’est fait passer pour un policier vendredi après-midi sur l’île d’Utoya, assurant aux jeunes travaillistes réunis là-bas qu’ils n’avaient «rien à craindre»? Celui qui a tué 86 personnes sur l’île (93 victimes en tout, avec l’attentat d’Oslo, bilan de dimanche 13h30), vérifiant méthodiquement les corps inertes à terre en leur donnant des coups de pieds et en leur tirant à nouveau dessus pour s’assurer qu’ils sont bien morts?

Le portrait du suspect dans les deux attaques qui ont frappé vendredi la Norvège se fait de plus en plus précis à mesure que des informations sur lui et ses idées sont diffusées dans la presse norvégienne. Arrêté vendredi sur l’île d’Utoya, Anders Behring Breivik, 32 ans, a été inculpé samedi pour les deux attaques. Selon son avocat Geir Lippestad, «il reconnaît les faits» mais ne se considère pas «coupable», rapporte Aftenposten. Selon lui, rien de ce qu'il n'a fait ne mérite d'être puni: il aurait à plusieurs reprises expliqué lors des interrogatoires que ce qu'il avait fait était «horrible mais nécessaire», selon NRK. Il revendique «l'usage du terrorisme comme un moyen d'éveiller les masses». Il encourt une peine de 21 ans de prison.

Le trentenaire blond aux cheveux mi-longs et aux yeux clairs, comme on peut le voir sur la photo utilisée pour son profil Facebook, est présenté par la police comme un «fondamentaliste chrétien», proche des thèses d’extrême droite et très critique à l’égard du multiculturalisme de la société norvégienne. Il aurait utilisé son profil Facebook pour afficher une série d’opinions controversées qu’il aurait finalement effacées avant d’ouvrir un nouveau profil pour poster des liens vers des vidéos musicales et afficher son admiration pour Churchill et le célèbre résistant anti-nazi Max Manu. Selon la chaîne TV2, Anders Behring Breivik aurait également été membre d'une loge maçonnique -Den Norske Frimurerorden- comme le montre une photo de lui sur laquelle il figure en tenue. L’information est issue du bulletin des loges maçonniques norvégiennes datant de 2008.

Un document manifeste de 1.500 pages et une vidéo qu’Anders Behring Breivik a mis en ligne (ou fait mettre en ligne) indiquent par le menu le plan préparatoire des attentats du 22 juillet. Dans ce manifeste, l’homme, qui vivait encore chez sa mère à Oslo en mai dernier, explique comment se procurer des armes ou fabriquer de l’explosif.

Anti-marxiste, anti-islam, anti-multiculturalisme

Photo de Anders Behring Breivik provenant d'un document posté sur le forum www.freak.no et intitulé «2083 - A European Declaration of Independence».

Ce manifeste a aussi été un support pour développer ses théories contre l’islam et le multiculturalisme. La tête froide, il fait mention de ses projets planifiés depuis deux ans, expliquant: 

«Je serais perçu comme le plus grand monstre depuis la Seconde Guerre mondiale.»

Dans la vidéo postée sur Youtube (elle dure un peu plus de 12minutes) et divisée en quatre parties (1. L'émergence de la culture du marxisme, 2. Colonisation islamique, 3. Espoir 4. Un nouveau départ), il affirme que les marxistes ont envahi la société européenne depuis que le drapeau soviétique fut hissé sur le parlement allemand (Reichstag) en 1945. La période 1968-2011 est décrite comme «le viol culturel marxiste de l'Europe» et l'Europe occidentale comme «une dictature culturelle marxiste où les écoles et les entreprises de médias sont dirigées par des personnes ayant une vue multiculturelle du monde». L’auteur présumé de la tuerie d’Utoya apparaît en uniforme, puis en tenue de combat armé d’un fusil à lunette:

 

 

Sa prose est classique de la rhétorique d'extrême droite, explique à Aftenposten Kari Hélène Partapuoli, qui préside le Centre anti-raciste norvégien. Se définissant lui-même comme un nationaliste, il estime, entre autre, que la politique aujourd’hui ne tourne plus autour des notions de socialisme contre capitalisme, mais de nationalisme contre internationalisme. «Malheureusement, il y a encore beaucoup stigmatisation attachée au mot “nationalisme” donc j’ai l’habitude d’utiliser l’expression “culture conservatrice”», écrit-il le 31 décembre 2009 sur Document.no, un site réputé anti-islam et anti-immigration dont Breivik se serait servi pour poster de nombreux billets très conservateurs. Le site a publié samedi tous les messages attribués à Breivik. Il semblerait qu’il n’ait plus rien posté depuis le 29 octobre 2010, mais rien ne dit qu'il n'a pas utilisé un nouveau pseudo par la suite.

Dans les textes envoyés sur Document.no, Anders Behring Breivik se montre virulent envers l’islam, le nazisme et le communisme. Par exemple, le 17 février 2010, il écrit:

«L'islam(isme) a historiquement mené à 300 millions de morts
Le communisme a historiquement mené à 100 millions de morts
Le nazisme a historiquement mené à 6-20 millions de décès
Toutes les idéologies de haine devraient être traités également»

Le 31 décembre 2009, il exprime sa réversion pour le «multiculturalisme»:

«Pouvez-vous nommer un pays où le multiculturalisme est un succès, dans leque l'islam est impliqué? Le seul exemple historique est celui d’une société sans Etat-providence, avec seulement des minorités non musulmanes (US).» 

Le 5 décembre 2009, il interpelle également une personne avec qui il correspond visiblement sur le forum:

«Donnez-moi un pays où les musulmans ont vécu en paix avec les non-musulmans (…) Je pourrais citer 40 pays / zones où cela a eu des conséquences catastrophiques pour les non-musulmans. (…) Pourquoi pensez-vous que la Norvège sera le premier pays au monde depuis 1.400 ans à réussir? L'histoire se répète toujours.»

Dans un message du 9 décembre 2009, il se décrit comme protestant. «Mais l'église protestante d'aujourd'hui est une blague. (...) En attendant, je vote pour les candidats les plus conservateurs aux élections à l’église.»

Le 17 juillet, il publiait son premier et seul message sur Twitter, paraphrasant une citation du philosophe anglais John Stuart Mill («One person with a belief is a social power equal to 99 who have only interests»): «One person with a belief is equal to the force of 100.000 who have only interests» («Une personne avec une conviction a autant de force que 100.000 qui n’ont que des intérêts»).

Son engagement politique

Siv Jensen, la présidente du Parti du Progrès, parti d’extrême droite norvégien, a reconnu que Behring Breivik avait été membre de cette organisation, comme il le disait dans des messages envoyés sur Document.no. «C’est terrible», a-t-elle déclaré à Aftenposten. Il aurait rejoint le Parti du Progrès en 1999, payé sa cotisation jusqu’en 2004 puis aurait été rayé des registres en 2006.

Une ferme «idyllique», de grandes quantités d’engrais

L’homme suspecté d’avoir traqué pendant près d’une heure (la police a encore du mal à déterminer précisément la durée de la fusillade) les jeunes militants du parti travailliste norvégien à Utoya et d’avoir perpétré l’attentat à Oslo était propriétaire d’une exploitation agricole spécialisée dans les melons, légumes et tubercules.

Le site Aftenposten va jusqu’à décrire sa ferme en bois comme un lieu «idyllique» dans lequel il vivait seul. Elle se situe à Asta, près de Hedmark, proche de la Glomma. La police est arrivée sur les lieux vendredi soir, à la recherche d'éléments qui auraient pu servir à fabriquer une bombe comme celle utilisée dans le quartier  gouvernemental situé au cœur de la capitale norvégienne.

La ferme de Anders Behring Breivik. REUTERS/Jo E. Brenden/Scanpix 

Le site de la radio NRK relève que cette activité de cultivateur a pu permettre à Behring Breivik d’avoir accès à de grandes quantités d’engrais (il en a acheté 6 tonnes en mai). L’engrais peut-être utilisé afin de fabriquer des explosifs. C’est ce matériel qui avait été utilisé lors de l’attentat d’Oklahoma City, le 19 avril 1995. Selon Aftenposten, il resterait 3.000 kg d'engrais dans la ferme (5 sacs de 600kg).

Les armes

Inconnu des services de police, en dehors d’une simple contravention pour non-respect du code la route. Le suspect n’aurait aucune expérience dans l’armée même s’il a effectué son service militaire. Toutefois, il aurait enregistré deux armes: un pistolet de marque Glock et une mitrailleuse dont il se serait servi pour tirer et tuer 86 personnes (nouveau bilan enregistré dimanche à 13h30 après le décès à l’hôpital d’une personne blessée lors de la fusillade) à Utoya. Il serait également membre d'un club de tir d'Oslo, selon NRK.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte