Monde

Norvège: la chronologie des attaques

Slate.fr, mis à jour le 26.07.2011 à 14 h 46

Interrogé par la police, Anders Behring Breivik, le tireur, reconnaît être responsable de l'attentat à la bombe d'Oslo et de la tuerie d'Utoya.

Hommage aux 93 victimes de l'attentat d'Oslo et de la fusillade d'Utoya, le 24 juillet à Oslo. REUTERS

Hommage aux 93 victimes de l'attentat d'Oslo et de la fusillade d'Utoya, le 24 juillet à Oslo. REUTERS

Le point sur la situation: Une bombe a explosé le 22 juillet à Oslo à 15h206, près du siège du gouvernement, faisant au moins sept morts et de nombreux blessés. «J’ai été en Afghanistan j’ai déjà vu des explosions, mais jamais rien de pareil», nous a confié un journaliste norvégien.

Quelque temps après, un homme se présentant comme un policier dans un rassemblement de jeunes travaillistes qui se tenait sur l’île d’Utoya a ouvert le feu.

Le bilan de la fusillade, qui aurait duré entre une demi-heure et une heure, serait désormais de 86 morts, soit 93 tués en tout (7 à Oslo), selon la police et les médias.

Un jeune homme grand, blond et de nationalité, Anders Behring Breivik, a été arrêté dès vendredi soir, et inculpé pour les deux attaques.

L'homme, connu pour ses sympathies pour les thèses d'extrême droite, a reconnu être responsable de l'attentat et de la tuerie, mais pas «coupable». Il avait posté une vidéo et un manifeste de 1.500 pages expliquant ses théories.

Anders Behring Breivik dit avoir agi seul, mais la police norvégienne cherche encore à vérifier s'il n'a pas eu de complices.

Voici la chronologie des faits, telle qu'établie par le site VG.no:

Vendredi 22 juillet
15h26 Une bombe explose dans le centre-ville d'Oslo
 
17h27 Les policiers sont informés que des tirs ont lieu à  Utøya
17h52 La patrouille de police locale arrive mais doit attendre un bateau pour accéder à l'île 
 18h09 Le peloton d'urgence arrive sur le continent
 18h25  Le peloton d'urgence débarque à Utøya
18h27 Anders Behring Breivik est arrêté

» À regarder: Oslo frappée au cœur, notre grand format des premières photos de l’attentat.

Dimanche

[VG.no] Les copiés-collés d'Anders Behring Breivik

Des parties du manifeste d’Anders Behring Breivik sont des copiés-collés du manifeste de Theodore Kaczynski, dit Unabomber, terroriste américain qui a fait a fait l’objet de la chasse à l’homme la plus coûteuse de l’histoire du FBI, révèle ce dimanche VG.no.

Le site norvégien donne un exemple.

Le texte de Kaczynski :

Une des manifestations les plus répandues de la folie de notre monde est le gauchisme, alors une discussion sur la psychologie du gauchisme peut servir d'introduction à la discussion des problèmes de la société moderne en général.

7. Mais qu’est-ce que le gauchisme? Durant la première moitié du XXe siècle le gauchisme aurait pu pratiquement être identifié avec le socialisme. Aujourd'hui, le mouvement est fragmenté et ce qui peut être appelé un gauchiste n’est pas clair. Quand nous parlons de gauchistes dans cet article, nous avons à l'esprit essentiellement les socialistes, les collectivistes, les gens «politiquement correct», les féministes, les militants gays et les personnes handicapées, les militants des droits des animaux, etc. Mais tous ceux qui sont associés à l'un de ces mouvements ne sont pas des gauchistes. Ce que nous essayons d'obtenir en discutant du gauchisme n'est pas tant de dresser un type psychologique d’un mouvement ou d’une idéologie, mais plutôt une collection de types connexes. Ainsi, ce que nous entendons par «gauchisme» apparaîtra plus clairement au cours de notre discussion de la psychologie gauchiste

Ce qu’écrit Anders Behring Breivik

Une des manifestations les plus répandues de la folie de notre monde est le multiculturalisme, donc une discussion sur la psychologie des multiculturalistes peut servir d'introduction à la discussion sur les problèmes de l'Europe occidentale en général.

Mais qu’est-ce que le multiculturalisme ou le communisme culturel? Le mouvement est fragmenté et ce qui peut être appelé un marxiste culturel n’est pas clair. Quand on parle de marxistes culturels dans cet article, nous avons à l'esprit principalement des individus qui sont partisans du multiculturalisme; les socialistes, les collectivistes, les gens «politiquement correct», les féministes, les militants gays et les personnes handicapées, les droits des animaux, des écologistes etc.

Mais tous ceux qui sont associés à l’un de ces mouvements ne sont pas partisans du multiculturalisme. Ce que nous essayons d'obtenir en discutant des marxistes culturels n’est pas tant de dresser un type psychologique d’un mouvement ou d’une idéologie, mais plutôt une collection de types liés.

[NRK] Nouveau bilan de 93 morts: un des blessés d'Utoya est décédé

13h30: Le bilan de la tuerie d'Utoya s'aggrave ce dimanche. Selon la radio NRK, l'un des blessés est mort ce dimanche à l'hôpital, portant à 86 le nombre de morts consécutifs à la tuerie d'Utoya. Sept personnes sont mortes dans l'attentat d'Oslo.

66 personnes ont été blessées à Utoya. Quatre ou cinq personnes sont encore portées disparues.

30 personnes ont été blessées dans l'attentat d'Oslo et la police est encore à la recherche d'éventuels disparus dans les ministères.

 

[VG.no] Une descente de police à Oslo

12h30 La police a confirmé avoir envoyé une équipe armée à une adresse dans Oslo, dans le cadre de l'enquête sur l'attentat à la bombe de vendredi. Un périmètre de sécurité a été installé et la presse est tenue à l'écart à quelques centaines de mètres de là.

 

[VG.no] Conférence de presse de la police: Anders Berhing Breivik reconnaît les faits mais ne s'estime pas «coupable»

La police norvégienne a tenu une conférence de presse dimanche à 10h.

Anders Behring Breivik affirme avoir agi seul, mais le chef adjoint de la police d'Oslo a précisé que les policiers continuaient à vérifier ce point, notamment parce que des témoignages de jeunes présents laissent penser à des angles de tirs différents.

Samedi, les médias avaient annoncé que la fusillade avait duré une demi-heure, mais ce serait plutôt une heure, ont déclaré ce dimanche les policiers, tout en précisant que tout reste encore très flou.

Selon les autorités, Anders Behring Breivik reconnaît être responsable, mais pas «coupable», rapporte Aftenposten. Selon lui, rien de ce qu'il n'a fait ne mérite d'être puni: il aurait à plusieurs reprises expliqué lors des interrogatoires que ce qu'il avait fait était «horrible mais nécessaire», selon NRK. 

Anders Behring Breivik avait posté (ou fait poster) une vidéo juste avant l'attentat à la bombe, ainsi qu'un document manifeste de 1.500 pages comprenant son journal de bord qui détaille par le menu le plan de préparation des attentats du 22 juillet. Dans la vidéo postée sur Youtube, d'une durée de 12 minutes et divisée en quatre parties (1. L'émergence de la culture du marxisme, 2. Colonisation islamique, 3. Espoir 4. Un nouveau départ), il affirme que les marxistes ont imprégné la société européenne depuis que le drapeau soviétique fut hissé sur le parlement allemand (Reichstag) en 1945. La période 1968-2011 est décrite comme «le viol culturel marxiste de l'Europe» et l'Europe occidentale comme «une dictature culturelle marxiste où les écoles et les entreprises de médias sont dirigées par des personnes ayant une vue multiculturelle du monde».

Vidéo assez effrayante, dans laquelle on voit le tireur présumé apparaître en uniforme, puis en tenue de combat:

Samedi

[Aftenposten] La fusillade a duré une demi-heure

18h20: Le site norvégien fait le point sur l'interrogatoire du principal suspect pour la fusillade d'Utoya et l'attentat d'Oslo, Anders Behring Breivik. La fusillade aurait duré une demi-heure. Le suspect n'a pour l'instant pas donné de raisons à son geste. La police cherche toujours à établir s'il a agit seul.

[Guardian] Un nouveau bilan fait état de 92 morts

Un nouveau corps a été retrouvé sur l'île d'Utoya. Le nombre de victimes est désormais de 85 morts après la fusillade d'Utoya et de sept morts suite à l'attentat d'Oslo. La police n'exclut pas de trouver de nouvelles victimes.

[NRK] Un jeune homme avec un couteau interpellé

Un homme a été arrêté à Sundvollen devant l’hôtel, où de nombreuses victimes de la fusillade d’Utoya et leurs familles sont accueillies. Il était en possession d’un couteau. Selon la radio NRK,le jeune homme aurait déclaré au moment de son arrestation: «Je suis membre des jeunes du Parti travailliste, j’avais un couteau parce que j’avais peur !»
Le jeune homme aux cheveux de couleur foncée pourrait avoir entre 16 et 20 ans, selon AP cité par la BBC ou le site d'information Dagbladet.no. Il a déclaré être membre des jeunesses du parti travailliste norvégien, qui se réunissaient vendredi à Utoya.
Avant l’arrestation, il semblait détendu et souriant. Rien n’indique toutefois qu’il soit lié à la fusillade ou à l’attentat de vendredi.

[VG.no] Anders Behring Breivik aurait acheté 6 tonnes d’engrais

Le suspect dans l’attentat d’Oslo et la fusillade d’Utoya aurait reçu une livraison de 6 tonnes d’engrais le 4 mai 2011, selon les médias norvégiens. C’est l’entreprise de produits agricoles qui a prévenu la police quand le nom du suspect a été diffusé dans la presse.

Anders Behring Breivik dirige une exploitation agricole. Il n’est donc pas spécialement surprenant qu’il commande de l’engrais et les quantités semblent normales au responsable de la communication de l’entreprise. Mais le site norvégien rappelle que les engrais peuvent être utilisés dans la conception des bombes. Cela avait été par exemple le cas lors de l’attentat d’Oklahoma City, le 19 avril 1995.

[VG.no] Un ou deux tireurs?

Des témoignages de jeunes gens qui se trouvaient sur l'île d'Utoya font état de deux tireurs. La police «craint qu'il y ait encore un coupable en liberté après la fusillade d'Utoya», précise le site norvégien.

«Nous avons eu plusieurs témoignages identiques faisant état de deux tireurs. Nous travaillons à clarifier la situation depuis hier soir et encore maintenant, nous travaillons dur pour préciser s’ils étaient deux ou non», a déclaré un inspecteur de police au site norvégien VG.no.

[VG.no] Le bilan s'alourdit

La police confirme ce samedi matin 84 morts sur l'île d'Utoya et 7 morts à Oslo. Néanmoins, vu la force de l'explosion dans la capitale norvégienne, ce nombre pourrait également augmenter.

9h30: Anders Behring Breivik est inculpé pour les deux attaques, selon VG.no.

[VG.no] Anders Behring Breivik, un suspect aux sympathies pour les thèses d'extrême droite

Après les pistes islamistes évoquées immédiatement après les attentats —la présence de la Norvège en Afghanistan, sa participation à la coalition en Libye, les menaces de groupes extrémistes kurdes et d’al-Qaida étaient à l’appui de ces théories— c’est la piste du terrorisme intérieur qui est désormais privilégiée par les autorités. Le suspect arrêté est de nationalité norvégienne, mais, comme le note la BBC, le choix des cibles —un immeuble du gouvernement et un rassemblement politique— font davantage penser à la piste politique intérieure qu’au modus operandi d’al-Qaida, qui privilégie de faire le maximum de victimes.

Selon le grand quotidien populaire VG, le suspect s’appellerait Anders Behring Breivik et serait inconnu des services de police, en dehors d’une simple contravention pour non-respect du code la route. Il n’aurait aucune expérience dans l’armée, même s’il a effectué son service militaire. Toutefois, il aurait enregistré un pistolet de marque Glock, une carabine et un fusil à pompe dont il se serait servi pour tirer dans la foule.

Selon un de ses amis contacté par VG, Anders Behring Breivik se serait senti proche de l’extrême droite il y a quelques années, et affiché une série d’opinions controversées sur un profil Facebook qu’il aurait effacé, avant d’en ouvrir un autre pour poster des liens vers des vidéos musicales et affiché son admiration pour Churchill et le célèbre résistant anti-nazi Max Manu.

Breivik aurait posté de nombreux posts très conservateurs sur Document.no, un site anti-Islam. Se définissant lui même comme un nationaliste, il exprimait son rejet du multiculturalisme, et estimait qu’aujourd’hui la politique ne tournait plus autour des notions de socialisme contre capitalisme, mais de nationalisme contre internationalisme.

Il y a six jours, il a publié son premier et seul message sur Twitter, paraphrasant une citation du philosophe  anglais John Stuart Mill («One person with a belief is a social power equal to 99 who have only interests») : «One person with a belief is equal to the force of 100 000 who have only interests».

Retourner au début du live

[Aftenposten] 80 tués sur la seule île d'Utoya

4h00 - Le bilan s'est brutalement alourdi dans la nuit, comme les autorités l'avaient prévu: selon les sites d'informations norvégiens, le bilan dépasserait les 80 tués rien que dans l'île où se tenait le rassemblement de jeunes.

Vendredi

[BBC] La piste politique intérieure ou al-Qaida?

23h30 Après les pistes islamistes évoquées immédiatement après les attentats —la présence de la Norvège en Afghanistan, sa participation à la coalition en Libye, les menaces de groupes extrémistes kurdes et d’al-Qaida étaient à l’appui de ces théories— c’est la piste du terrorisme intérieur qui est désormais privilégiée par les autorités. Le suspect arrêté est de nationalité norvégienne, mais, comme le note la BBC, le choix des cibles — un immeuble du gouvernement et un rassemblement politique — font davantage penser à la piste politique intérieure qu’au modus operandi d’al-Qaida, qui privilégie de faire le maximum de victimes.

[BBC / CNN] : le suspect arrêté de nationalité norvégienne

Le ministre norvégien de la justice confirme qu’un suspect a été arrêté. De type scandinave, et de nationalité norvégienne, il a 32 ans.

22h45 - Conférence de presse du Premier ministre norvégien, Jens Stoltenberg:

«J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur. Nous sommes un petit pays, mais nous sommes fiers de ce pays. Aucune bombe ne nous fera taire. Aucun tir ne nous fera taire. Personne ne nous réussira à nous faire craindre d’être norvégien.»

«Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.»

22h25, BBC: le maire d’Oslo a déclaré que les autorités ne savaient pas si les attaques étaient l’œuvre d’une seule personne ou d’un groupe.

BBC / Reuters, bilan confus.  

La police norvégienne estime que neuf personnes auraient été tuées sur l’île. Au total, entre l’attentat à la bombe dans le centre d’Oslo et les tirs, un bilan provisoire fait état de 16 tués.

[BBC] [Al Jazeera] Pourquoi la Norvège?

Jorn Madslien analyse la situation sur BBC News.

Il relève que la Norvège est sûrement en train de vivre son 11-Septembre et que c’est son innocence qui vient d’être volée.

Le journaliste, né à Oslo, rappelle que la Norvège avait jusqu’à présent été préservée de ce genre d’attaques, pas parce que le pays sait plus particulièrement se protéger, mais parce qu’il était resté en dehors des grands conflits internationaux. Bien que membre de l’Otan, ce n’est que récemment que la Norvège a accru sa participation dans les opérations en Afghanistan ou en Libye.

Vu de France comme un pays calme, la Norvège fait tout de même partie des cibles potentielles des islamistes. Al-Jazeera relève qu'un procureur norvégien a lancé, mardi 19 juillet, des poursuites contre le Mollah Kekar, chef du groupe islamiste kurde Ansar al-Islam. Il y a un an, le magazine américain The Atlantic se demandait «Pourquoi la Norvège a-t-elle un problème avec al-Qaida?» Aucune autre piste n'est toutefois à écarter.

Jorn Madslien rappelle lui combien la société norvégienne est une société ouverte. Là-bas, les numéros de téléphone sur liste rouge sont extrêmement rares, par exemple. La famille royale se balade tranquillement.

«Pour eux, vivre dans une société ouverte a été non seulement un privilège, mais aussi une déclaration pour le reste du monde; un affichage de la façon dont il est possible de vivre ensemble en paix.»

Jorn Madslien s’interroge: les événements de ce vendredi vont-ils faire changer d’habitude la Norvège ?

«Si c'est le cas, un objectif possible des attaquants pourrait bien avoir été atteint, en ce sens qu'ils ont volé à la Norvège son innocence.»

 

19h50: Des attaques concertées selon la police

Selon Reuters, cité par LeFigaro, la police norvégienne penche pour des attaques concertées. 

«Il y a des bonnes raisons de croire qu'il y a un lien entre les événements. Il y a des témoignages qui renforcent cette idée», a déclaré le commissaire Sveinung Sponheim lors d'une conférence de presse à Oslo vendredi soir.

Retourner au début du live

19h20 : [NRK] Un homme arrêté après la fusillade

Bjorn Erik Jacobsen, responsable de la communication de la police dans le nord de Buskerud, a déclaré à la radio NKR qu’une personne avait été arrêtée pour la fusillade au camp d’été des jeunes travaillistes à Utoya.

Les policiers n'ont aucune idée de combien de personnes ont été blessées. Des témoins interrogés par NKR ont parlé d’au moins cinq personnes tuées, mais le bilan n’est pas confirmé.  

Retourner au début du live


19h10 Des précisions sur les coups de feu dans un rassemblement politique rassemblées par le grand quotidien populaire VG:

AP a parlé avec plusieurs personnes par téléphone qui sont à Utøya, où se déroule un rassemblement des jeunes travaillistes (AUF), regroupant plus de 700 personnes. «Nous sommes attaqués», a déclaré une personne qui a contacté l'AP avant de raccrocher. Des sources policières ont déclaré à l'AP que des secours sont sur le chemin d’Utoya en hélicoptère. Trois personnes auraient été touchées par les tirs.

Selon certains témoins cités par AP, le déroulement des faits serait le suivant:

«Une personne se présentant comme étant de la police a déclaré qu’il s’agissait d'un contrôle de routine dans le cadre de l'attaque terroriste à Oslo. Soudain, nous avons entendu beaucoup de tirs. Les gens ont dû courir et se cacher. On nous a dit de quitter l'île.»

D’autres témoins ont raconté également à AP que les jeunes se cachent, n’osant plus parler au téléhone, de peur d’être découverts. Certains se seraient jetés à l’eau.

Retourner au début du live

18h22 Des coups de feu auraient été tirés sur des jeunes du parti travailliste rassemblés à Utoya [une île au milieu du lac Tyrifjorden] après l'explosion à Oslo. U n correspondant du Guardian raconte: «Un homme déguisé en agent de police a ouvert le feu sur un rassemblement du parti travailliste à Utoya auquel participait le premier ministre Jens Stoltenberg.» Un tweet de Reuters a confirmé l'information  mais ce serait le précédent Premier ministre qui aurait participé à cette réunion. Stoltenberg était attendu demain samedi.

18h14 La police norvégienne demande à la population de quitter le centre-ville d'Oslo (BBC) car il pourrait y avoir d'autres bombes. Les recherches continuent.

17h54 La police d'Oslo confirme un premier bilan de deux personnes tuées et plusieurs blessés.

17h36 Un attentat

Le ministre des affaires étrangères suédois Carl Bildt réagit sur Twitter : «Le terrorisme a frappé. La police confirme une bombe. Nous sommes tous des Norvégiens.»

Retourner au début du live

17h35 De nouvelles images apparemment filmées avec un téléphone portable juste après l'explosion ci-dessous:

 

17h34 Plusieurs personnes seraient bloquées dans le bâtiment du gouvernement, selon Hans Kristian Amundsen interrogé par la BBC.

17h28 La radio publique norvégienne parle désormais de «plusieurs morts» selon l'AFP.

17h23 Un journaliste suédois vient de publier le message suivant sur son compte Twitter:

«La police arrête des reporters de l’Aftenposten norvégien: «parce qu’il y a encore deux bombes et nous ne savons pas où elles sont» #Oslo»

17h19 Selon des sources officielles américaines citées par ABC News, l’explosion est due à une bombe placée dans un véhicule.

Au moins un mort

16h59 On peut voir sur certaines photos de ce diaporama des personnes apparemment mortes sur le sol, le visage recouvert par des bouts de tissu. Selon l'AFP, qui cite la radio publique norvégienne, le premier mort a été confirmé par la police d'Oslo.

16h54 Selon Le Figaro, l'explosion s'est produite à proximité du ministère des Finances et du bâtiment du journal VG, le plus grand tabloïd norvégien tout proche des bâtiments officiels.

16h46 Les premières images disponibles sur YouTube d'un des bâtiments endommagés ci-dessous:

 

Un témoin raconte la scène à Slate.fr

16h42 Slate.fr a contacté le journaliste norvégien Benjamin Figved, qui se trouvait dans les bureaux en face du bâtiment qui a explosé. Il affirme que l’explosion était extrêmement puissante: «tout le devant de mon bâtiment a été détruit, les vitres des immeubles ont été soufflées sur plusieurs pâtés de maisons alentour.» D’après lui, il ne peut s’agir que d’une bombe étant donné la force du choc. «On a ressenti la secousse dans un rayon de 15 kilomètres.»

Si des personnes étaient à l’étage qui a explosé, elles devraient selon lui être mortes. «J’ai été en Afghanistan j’ai déjà vu des explosions, mais jamais rien de pareil.» En sortant de son immeuble de travail, Benjamin Figved a vu plusieurs personnes «étendues au sol, blessées».

Retourner au début du live

16h40 Suivez ici les images en direct du site Internet norvégien VG TV.

16h30 Des photos circulant sur Internet montrent les vitres de bâtiments entiers qui ont été soufflées par le l’explosion. Sur une vidéo mise en ligne par un témoin sur place, on peut voir que le souffle a endommagé des bâtiments dans un rayon important.  

Dans les médias norvégiens

16h25 Voilà ce qu’explique le site norvégien VG, dont les locaux se trouvent dans le quartier où a eu lieu l’explosion (traduction assurée à l’aide de Google Trad):

«Une violente explosion a frappé à 15h20 heures aujourd'hui le quartier du gouvernement, dans le centre-ville d'Oslo.

Le bâtiment qui abrite, entre autres choses, le bureau du Premier ministre a subi des dommages majeurs.

Beaucoup de gens ont été blessés par l'explosion.

Des ministères sont entièrement dévastés. L'ensemble du bâtiment est détruit de fond en comble.

Jarle Brenna, journaliste de VG, était au palais de justice d’Oslo lorsque la bombe a explosé.

«Quand je suis arrivé dans près du bâtiment de VG, il y avait un grand nombre de personnes blessées sur le trottoir. Il n'y avait pas encore d'ambulances ou de police sur le site. Un certain nombre de personnes choquées marchaient autour et il était difficile de comprendre ce qui s'était passé.» On ignore encore ce qui a causé l'explosion.»

16h15 Une puissante explosion s’est produite dans le centre d’Oslo, en Norvège, aux alentours de 15h20. Selon un journaliste de Reuters, elle a endommagé plusieurs bâtiments publics dans le centre d'Oslo, y compris les bureaux du Premier ministre Jens Stoltenberg, faisant plusieurs blessés. Le Premier ministre Jens Stoltenberg est en sécurité, selon VG. «La seule chose que je peux dire c'est que le Premier ministre est en sécurité», a expliqué le conseiller politique Sindre Fossum Beyer à VG Nett.

Le site du journal norvégien Aftenposten décrit des gens courant dans la rue, des alarmes incendie hurlant, le reporter parle d'odeur «d'émanations de soufre».
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte