Monde

La CIA a utilisé le «waterboarding» 266 fois sur deux suspects

Temps de lecture : 2 min

Les agents de la CIA ont utilisé le «waterboarding», une méthode d'interrogatoire qui simule la noyade et décrite par l'administration Obama comme de la torture illégale, à 266 reprises sur deux militants présumés d'Al Qaïda, rapporte le New York Times.

Selon une note de service du Département de la Justice, Abu Zubaydah, décrit comme un agent d'Al Qaïda, a subi ce traitement au moins 83 fois en aout 2002. Un ancien agent de la CIA avait assuré en 2007 qu'il avait suffit de 35 secondes de «waterboarding» pour que Zubaydah révèle tout ce qu'il savait.

Le même document révèle que la CIA a utilisé la méthode183 fois sur Khalid Shaikh Mohammed, l'homme qui se décrit comme le cerveau des attentats du 11-Septembre.

La publication de ces chiffres va alimenter le débat autour de la moralité des méthodes d'interrogatoire légalisées par le Département de la Justice sous l'administration Bush, alors qu'elles étaient traditionnellement considérées comme de la torture.

En juillet 2008, l'écrivain et journaliste Christopher Hitchens (contributeur de Slate.com) a accepté, à la demande du magazine Vanity Fair, de se soumettre à une session de «waterboarding» pour pouvoir s'exprimer en connaissance de cause sur ce sujet.

«Cela m'agace maintenant de lire dans la presse ou d'entendre le congrès dire que le waterboarding simule la sensation de noyade», a témoigné Hitchens après son expérience. «Le waterboarding ne simule pas la noyade, vous êtes lentement noyé. C'est une impression à la fois d'étouffement et de noyade.»

GF

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Reuters)

Newsletters

Dans la tête de ces Écossais qui ont voté pour le Brexit

Dans la tête de ces Écossais qui ont voté pour le Brexit

Grâce au discours politique du gouvernement Sturgeon, l'Écosse est souvent associée à l'europhilie. Mais au sein de la population, l'Union européenne est de plus en plus mal vue.

Aux origines de l'affaire Griveaux, la culture russe du «kompromat»

Aux origines de l'affaire Griveaux, la culture russe du «kompromat»

En Russie, la récupération de vidéos à caractère sexuel est utilisée pour faire chanter ou discréditer les personnalités politiques et économiques depuis les années 1930.

Bernie Sanders fait paniquer les éditorialistes démocrates

Bernie Sanders fait paniquer les éditorialistes démocrates

Un journaliste a comparé la victoire du candidat dans le Nevada à la défaite française contre les nazis en 1940.

Newsletters