Monde

La démocratie, combien de divisions?

Jacques Attali, mis à jour le 18.07.2011 à 15 h 30

Les nations sont aujourd'hui à la merci des marchés. Si on ne fait rien, la démocratie n’aura été qu’une façon d’organiser la transition entre deux formes de dictature: de celle des princes à celle des marchés.

Une femme vote à Lisbone, le 5 juin 2011. REUTERS/Rafael Marchante

Une femme vote à Lisbone, le 5 juin 2011. REUTERS/Rafael Marchante

ÉTRANGE IRONIE: 2012 sera, dans de très nombreuses démocraties, à commencer par la nôtre, une année électorale très importante. Et dans tous les autres pays encore soumis à des dictatures, les peuples aspirent à des élections libres. L’humanité toute entière semble donc prendre en main son destin.

En réalité, il n’en est rien: les marchés sont partout, au contraire, en train d’imposer leurs lois; et les peuples ne vivent de la démocratie que l’illusion et les apparences.

Dans les pays émergents, quels qu’en soit les régimes, les gouvernements et les citoyens sont de plus en plus à la merci des fluctuations des prix des matières premières, des produits agricoles et des cours des grandes monnaies, sur lesquels ils n’ont aucune prise: à quoi servent des élections quand le destin du pays peut être remis en cause à chaque instant par des décisions prises à des milliers de kilomètres?

Des élections sans influence

De même, les pays développés, plus endettés que jamais, sont de plus en plus à la merci de leurs prêteurs, qui peuvent décider de continuer ou non de leur permettre de vivre au dessus de leurs moyens. Et ces prêteurs se font chaque jour plus pressants.

Les démocraties n’ont donc presque plus de moyens d’influer sur leur sort; elles ne savent ni maîtriser leurs dépenses, ni augmenter leurs recettes; de plus, elles ont transmis leurs principales responsabilités à des autorités indépendantes; enfin, elles n’ont pas su mettre en place les moyens de contrebalancer les forces des marchés, dont les acteurs se meuvent de plus en plus librement à l’échelle du monde.

Aussi, les élections à venir n’auront pas beaucoup d’influence sur l’avenir des électeurs. Les peuples le devinent, qui s’accrochent plus que jamais aux symboles nostalgiques de la puissance, tels les défilés militaires (même si, en France, le 14 juillet, un soldat sur trois a défilé à crédit).

Chacun sait, chacun devine, qu’à force de vivre au-dessus de ses moyens, les marchés imposeront aux Etats des décisions très difficiles, que chacun connaît, mais dont personne ne veut entendre parler. Pas seulement des décisions budgétaires, mais aussi des modes de vie, des façons de penser, d’apprendre, de se soigner, de s’assurer.

Pour y échapper, les nations n’auront bientôt plus d’autre choix que d’imprimer de la monnaie (ce qui finira par de l’inflation, la ruine des classes moyennes, et la fin de la démocratie formelle) ou de fermer les frontières, ce qui conduira au même résultat.

La démocratie n’aura alors été qu’une façon d’organiser la transition entre deux formes de dictature: de celle des princes à celle des marchés.

Que faire?

Pourtant, il est encore possible d’échapper à cette pente tragique. En particulier, l’Europe a encore les moyens de rester un continent démocratique. Il faut pour cela mettre en place des moyens puissants face aux marchés. En particulier, décider, dès le prochain sommet européen, de doter le Fonds européen de garantie de 2.000 milliards d’euros, qui peuvent aisément être rassemblés par l’Union, sous forme de garanties et d’euro bonds.

Si une telle somme pouvait être annoncée, les marchés sauraient que toute spéculation est vouée à l’échec et les Etats n’auraient même pas besoin de la réunir. Naturellement, pour être vraiment pris au sérieux, il faudrait qu’un tel Fonds soit placé sous le contrôle d’un véritable gouvernement européen, responsable devant les peuples et garant du sérieux de chaque pays membre.

La démocratie n’est rien sans les moyens de l’exercer.

Jacques Attali

Chronique également parue sur L'Express

NDLE: Il s'agit bien de 2.000 milliards. Dans une première version, j'avais , par erreur, converti les trillions (le terme initialement employé par Jacques Attali) en millier de millions, alors que cela représente des milliers de milliards. Toutes mes excuses à l'auteur et aux lecteurs. CC

Jacques Attali
Jacques Attali (175 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte