Partager cet article

Twitter: un classement de la primaire socialiste

REUTERS/Mario Anzuoni

REUTERS/Mario Anzuoni

2012 se jouera aussi sur Twitter. La primaire socialiste offre une expérimentation grandeur nature de la tweet-campagne. Revue d'effectif.

LA PRÉSIDENTIELLE DE 2007 s'était aussi jouée sur Dailymotion où la vidéo de Ségolène Royal sur les profs aux 35h ou la blague sur le "Karcher" de Rachida Dati étaient devenues des sujets de campagne. En 2012, tout porte à croire que le nouveau réservoir à polémiques sera plutôt Twitter, où les principaux candidats devraient avoir un compte. Mais pour la mobilisation de masse, ça risque en revanche d'être un peu juste, le réseau social restant en France marginal par rapport à Facebook.

La primaire socialiste, dont les inscriptions sont closes depuis le 13 juillet, offre un avant-goût de 2012 sur Twitter: les 6 candidats possèdent un compte alimenté régulièrement. Twitter est pour l'instant la seule arène où les candidats peuvent se confronter directement, en attendant un hypothétique débat télévisé. Si les socialistes s'évitent pour l'instant, on relève quand même déjà cinq tweet-clashs. Un classique du réseau, prompt dans le cadre de la présidentielle, à déclencher des rafales de dépêches AFP.

Quand les politiques jouent le jeu et s'occupent vraiment de leur compte comme Benoît Hamon, Nathalie Kosciusko-Morizet ou Cécile Duflot, Twitter est une occasion de les découvrir au naturel, loin de leur équipe de communicants, dans un registre de langage communicationnel. Dans tous les domaines, politique y compris, Twitter fait tomber une partie du vernis professionnel, laissant transparaître la personne privée. 

Revue des différents candidats à la primaire, classés selon leur appétence au tweet.

1. Ségolène Royal

Twitter: @RoyalSegolene
Nombre de followers: 12.900 *
Premier tweet: «Posez moi des questions sur www.désirsdavenir.org», 28 août 2009.

Sur Internet, Royal a toujours eu une longueur d'avance sur ses concurrents socialistes. La segosphère, cette zone autonome de l'Internet mondial au design soigné et remplie de trésors cachés, est en place depuis 2006. Fidèle à sa ligne éditoriale en ligne (un Internet «qui nous ressemble et pas nous qui ressemblons» à l'Internet), Ségolène Royal tweete très naturellement, sans chercher à formater son discours.

Très bavarde, Ségolène Royal a un souci: comment condenser ses habituels statuts Facebook de 400 signes en 140, la limite imposée par Twitter? Une petite astuce: le langage SMS. (même si ses conseillers auraient pu lui souffler d'écrire "dix huit" en chiffres)

La présidente de la région Poitou-Charentes a inventé les chats politique Twitter, un exercice qu'elle réalise à merveille, retweetant les questions de ses interlocuteurs et y répondant ensuite. L'occasion d'introduire l'expression "avoir le seum" (avoir la haine) dans le paysage politique français.

Seul point faible de sa tweet-campagne, Ségolène Royal ne répond jamais à personne, en dehors de ses sessions de chats. 

Le tweet politique

Sur Twitter, Ségolène Royal s'en prend régulièrement aux sondages qui la marginalisent dans la course à l'investiture socialiste. 42 retweets pour cette saillie, un score digne des meilleurs calembouristes du réseau. Ségolène Royal, experte en punchlines.


Le tweet-clash

Dans son dernier chat le 14 juillet portant sur les valeurs de la République, Ségolène Royal a commis une bourde en promettant la suppression de la garden party de l'Elysée alors que Nicolas Sarkozy avait stoppé les frais. Toujours à l'affût, Manuel Valls ne s'est pas privé de le signaler en répondant à Rue89 qui l'avait retweeté.

 


 


2. Manuel Valls

Twitter: @manuelvalls
Nombre de followers:  1.898*
Premier tweet: «Quelle journée ! RTL ce matin, parrainages déposés, rassemblement citoyen dès 18h45 au MK2 Bibliothèque, ça vaut bien un 1er tweet !», 6 juillet 2011.

Arrivé bon dernier sur Twitter, Manuel Valls est devenu un vrai accro du réseau social, tweetant jusqu'à 20 fois par jour depuis son Blackberry et répondant souvent aux internautes qui l'interpellent.

Et pourtant, ce n'était pas gagné. Le 6 juillet, il déclare au micro de RTL, interrogé sur l'affaire DSK, qu'il faut sortir «du temps de Twitter où il faut répondre en permanence à des questions qui aujourd'hui ne se posent pas». Quelques heures plus tard... il ouvre son compte Twitter. Et ne coupe pas à une petite explication de texte.

Twitter est un moyen pour Manuel Valls d'exposer ses vues, alors qu'il ne bénéficie pas de la couverture médiatique des deux principaux candidats, Hollande et Aubry. Ayant complètement apprivoisé l'outil, le maire d'Evry a même fait du LOL (involontaire?) en demandant à Barack Obama de le soutenir. Curieusement, le président américain ne lui a pas répondu. Il faudra repasser en 2017 pour l'envergure internationale, Manuel.

 

Le tweet politique

 

Dans son style caractéristique de quadra donneur de leçons, Manuel Valls a été un des premiers politiques à réagir à la proposition d'Eva Joly de supprimer le défilé militaire du 14 juillet.

Le(s) tweet-clashs(s)

Manuel Valls se perd parfois dans sa volonté d'exister. On ne peut qu'avoir mal au coeur en le voyant interpeller en vain François Hollande, comme un vulgaire "twitto" cherchant à se faire remarquer par les "influents" du réseau. La méthode utilisée d'ordinaire par les villepinistes pour devenir ministre de Sarkozy.

Et Manuel a récidivé dimanche 16 juillet avec son meilleur ami François. L'occasion de se la jouer en précisant qu'il était à Avignon AVANT le président du conseil général de Corrèze.

3. Martine Aubry

Twitter: @martineaubry
Nombre de followers:  10.544*
Premier tweet: «Retrouvons-nous demain à 11h30 sur http://t.co/t5UOEVb. Je compte sur vous. M.A.», 27 juin 2011.

Martine Aubry a débarqué sur Twitter le 27 juin 2011, à la veille de l'annonce de sa candidature, après 2 ans de silence twitterien qui ont ouvert la voie à de nombreux fakes. Comme Barack Obama, Aubry signe ses tweets «M.A.», ce qui ne manque pas de faire sourire la communauté Twitter. En l'absence de paraphe, c'est son équipe de campagne qui parle. Arnaud Montebourg avait tenté un «AM» lors de sa déclaration de candidature, preuve de la solennité présidentielle de la signature de tweet.

Refusant de s'abaisser au niveau des tweet-clasheurs à la Royal ou à la Valls, Martine Aubry affiche clairement la couleur: «Candidate à l'élection présidentielle», déclare t-elle dans sa bio. François Hollande la joue (un poil) plus modeste: «Candidat à l'élection présidentielle via la primaire socialiste». Alors que seul Arnaud Montebourg joue le jeu de la primaire: «Candidat aux primaires présidentielles de la gauche». Les autres évitent le sujet.

Si tout est reglé à la perfection, le gros problème du Twitter d'Aubry est son manque de spontanéité. Ce qui ne surprendra personne, au vu des déclarations en off de la première secrétaire à des journalistes début juillet: «Facebook et Twitter, j’ai horreur de ça… C’est typique de cette société où chacun pense à son nombril… Et puis tous ces faux amis… Ce n’est pas mon truc d’expliquer mes états d’âme». Elle s'est depuis ravisé sur l'antenne du Mouv, trouvant Facebook et Twitter «formidables» mais on sent que le coeur n'y est pas.

Sa couverture de la demi-finale de la Coupe du Monde de football féminin ne restera pas spécialement dans les annales du live-tweet. Face à tant de platitude, on en viendrait presque à préférer les cris d'Alexandre Delpérier sur Direct 8.


Il n'empêche, Barack Obama s'est inspiré de la méthode Martine pour live-tweeter la finale USA-Japon quelques jours plus tard. On reconnaît encore une fois le génie français en matière de campagne numérique.

Le tweet politique

Draguer l'électorat âgé sur Twitter, voilà une grande idée! Les grincheux rétorqueront qu'Aubry aurait pu rajouter une phrase sur le financement de la dépendance, il lui restait encore quelques signes.


Le tweet-clash

Alors que la première secrétaire du PS venait tout juste d'arriver sur Twitter, Ségolène Royal lui a lancé cette petite pique le 3 juillet en reprenant sans le dire explicitement un de ses tweets.



4. Arnaud Montebourg

Twitter: @montebourg
Nombre de followers: 14.815*
Premier tweet: «Bonsoir, mon premier twitter à Jarnac! Notre invité, Edwy Plenel est allé sur la tombe de Francois Mitterrand : que se sont ils dits ?», 27 août 2009.

Arnaud Montebourg est un candidat "normal" sur Twitter. Rien de très saillant, tout est fait de manière professionnelle sans faire de vagues, loin du lyrisme tribunicien du président du Conseil général de Saône-et-Loire. Du coup, on s'ennuie ferme, ce qui est contre-productif sur Twitter.

Heureusement, il y a sa photo de profil pour s'amuser un peu...

Seule innovation de Montebourg, l'inscription à ses meetings en retweetant (RT) ses messages. Pour les non-initiés au jargon des réseaux, IRL veut dire In real life (dans la vraie vie).

Le tweet politique

Son plus grand succès (en fait, son seul succès) reste ce tweet réagissant au remaniement ministériel de février dernier. Bien senti, puisque Michèle Alliot-Marie avait dû quitter le gouvernement suite à sa gestion calamiteuse de la révolution tunisienne.

Le tweet-clash

Trop mou dans ses tweets, Montebourg n'est pas prêt d'aller au conflit. Mais la députée Sandrine Mazetier, qui soutient depuis Aubry, est là pour lui rappeler que, fut un temps, il défendait le non-cumul des mandats, et qu'il serait le bienvenu pour voter à l'Assemblée nationale. Son altesse lui répond quelques heures plus tard. 

5. François Hollande

Twitter: @fhollande
Nombre de followers: 15.697*
Premier tweet: «sera sur Canal Plus dimanche à 12 h 40 dans l'émission Dimanche +», 9 septembre 2009.

Le compte Twitter de François Hollande est une morne plaine, géré avec autant de maestria que le parti socialiste pendant ses 11 ans de règne. Laissé à la responsabilité de son équipe de campagne, son compte n'est qu'un agenda, qui annonce les articles publiés sur son site de campagne, ses passages dans les médias ou ses meetings. 

Le plus chiraquien des socialistes gère son Twitter en père peinard, la plupart des tweets sont postés "via web", c'est à dire depuis Internet et non depuis un iPad ou un Blackberry comme le font Ségolène Royal et Manuel Valls. Hollande, le président "normal" disposant d'une connexion Internet "normale".

Le tweet politique

Rompant avec la monotonie de son Twitter, François Hollande a retrouvé son talent pour les bons mots à l'occasion du Tour de France. Étonnante saillie à la Ségolène Royal, alors qu'il reste en tête des sondages.


Le tweet-clash

Déjà au-dessus des débats socialistes, François Hollande n'a pas daigné s'intéresser à l'attaque de Manuel Valls (voir plus haut), mais n'a pas rechigné à répondre à la provocation de Dominique de Villepin. Clash entre gentlemen.

6. Jean-Michel Baylet

Twitter: @jmbaylet
Nombre de followers: 247*
Premier tweet: «Le Président du #PRG arrive sur le réseau Twitter.», 21 juin 2011.

L'intrus de la primaire est aussi l'intrus de ce classement. Le président des radicaux de gauche fait pâle figure avec ses 247* followers qu'ils abreuvent de tweets passionnants sur ses passages télés.

Le tweet politique

Difficile de trouver un tweet pertinent dans la timeline de Jean-Michel Baylet. À la limite celui-là, renvoyant à un article sur le site du PRG.

Le tweet-clash

Néant, évidemment. Parmi les candidats à la primaire, seul Manuel Valls est abonné à ses tweets.

Vincent Glad

*Nombre de followers au 18 juillet, 1h44.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte