Culture

Mort de J. G. Ballard

Temps de lecture : 2 min

Il était un des écrivains anglais les plus originaux du demi-siècle dit le Guardian

Je suis «complètement ordinaire», disait-il. Pourtant, pour le Guardian, J.G.Ballard a été «un des écrivains anglais les plus originaux du demi-siècle dernier». L'auteur de science-fiction, décédé le 19 avril, est né en 1930 à Shanghai. Très marqué par son expérience de la guerre en Chine — en 1941, après Pearl Harbor, il est interné avec sa famille dans un camp de prisonniers, il confiait en 2005 à Libération: «Mon expérience de la guerre à Shanghai et les années que j’ai passées dans les camps japonais ont été déterminantes. Ce que j’y ai vu a été comme une sorte de révélation de la manière dont l’être humain peut se comporter.»

De cette expérience, il écrira «L'Empire du Soleil», publié en 1984 et adapté par Steven Spielberg en 1987, son roman le plus connu. Grand nom de la SF, notamment dans le registre du roman catastrophe, il a publié au total 19 romans et de nombreux recueils de nouvelles.

Ses derniers romans publiés sont Kingdom Come en 2006 et Millenium People en 2003. Le recueil complet de ses nouvelles (photo), publié en 2001, reste comme l'un de ses meilleurs livres selon le Guardian

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Slate.fr

Newsletters

«Sibyl», un film qui montre enfin les femmes dans toute leur complexité

«Sibyl», un film qui montre enfin les femmes dans toute leur complexité

Dans son nouveau long-métrage, Justine Triet crée un des plus beaux et complexes personnages féminins du cinéma. Une révélation du Festival de Cannes.

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

C'est Erasmus qui m'a donné envie de voter aux élections européennes

Le documentaire «Les enfants d'Erasmus» disponible sur le site d'Arte m'a convaincue de voter, ne serait-ce que pour élargir ce programme d'études aux populations moins aisées.

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

L’humour très noir de «It Must Be Heaven» et les derniers feux du 72e Festival

Le film d’Elia Suleiman conclut en beauté une sélection globalement de très bon niveau. L’occasion de revenir aussi sur quelques outsiders marquants, sans oublier les inquiétudes à propos d’un système français menacé de fragilisation.

Newsletters