Politique

Durban II s'ouvre sur fond de défections

Temps de lecture : 2 min

La France quittera la conférence au premier dérapage antisémite.

La deuxième conférence de l'ONU sur le racisme s'ouvre ce lundi à Genève dans un climat alourdi par les craintes d'une répétition du fiasco de 2001 et les nombreuses défections.

Alors qu'Israël, le Canada, l'Italie et la Pologne avaient indiqué de longue date qu'ils ne participeraient pas à la conférence, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l'Allemagne, l'Australie et les Pays-Bas se sont ajoutés à la liste à la dernière minute. La France et la Grande-Bretagne ont en revanche confirmé leur présence.

La venue du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, qui a affirmé la veille que «l'idéologie et le régime sioniste sont les porte-drapeaux du racisme», fait craindre à beaucoup de nouvelles attaques antisémites comme cela avait été le cas en 2001.

«S'il était intelligent, il ne répèterait pas cela dans la salle. S'il répète cela dans la salle, tous les ambassadeurs européens présents se lèveront et sortiront», a averti Bernard Kouchner sur France Info. «La France ira à Genève pour être présente» à la conférence de l'ONU sur le racisme, «afin de défendre son point de vue concernant les droits de l'Homme».

Le président iranien doit prononcer un discours ce lundi après-midi au siège des Nations Unies à Genève.

Beaucoup de pays occidentaux butent également sur le projet de déclaration finale, s'inquiétant d'atteintes à la liberté d'expression. «Le document, entériné vendredi par le comité préparatoire de la conférence, ne fait pourtant plus mention d'Israël ni de la diffamation des religions, deux «lignes rouges» pour les Occidentaux, tandis que le paragraphe sur la mémoire de l'Holocauste était maintenu contre l'avis de l'Iran», explique Le Temps.

A lire également sur ce sujet sur Slate:

La liberté de conscience en danger par Bernard-Henry Lévy

Interdire toute critique des religions par Henri Tincq

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Reuters)

Newsletters

L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenue une star de Twitter

L'ambassadeur des États-Unis au Mexique est devenue une star de Twitter

La communication friendly de Christopher Landau révèle le rôle complexe des réseaux sociaux en diplomatie.

«Le Liban c'est la famille de la France»

«Le Liban c'est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s'est rendu à la capitale à la suite de l'explosion dramatique qui l'a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de Donald Trump?

Quatre ans après leur autocritique à l'issue de la victoire inattendue du président américain en 2016, il semblerait que les journalistes retombent dans le même travers.

Newsletters