Monde

Tubes d'acier et bouts de ficelle contre armée high-tech

Sébastien Jaime, mis à jour le 08.07.2011 à 9 h 56

Les conflits de ce début de XXIe siècle sont souvent qualifiés de guerres asymétriques, les adversaires n’ayant pas le même niveau d’équipement: Afghanistan, Irak, Libye... Pour combattre une armée high-tech, le combattant en position de faiblesse surprend par son inventivité.

Un rebelle libyen se fait transporter vers la ligne de front à Wadi al Hamra REUTERS/Andrew Winning

Un rebelle libyen se fait transporter vers la ligne de front à Wadi al Hamra REUTERS/Andrew Winning

C'est le dernier conflit en Irak qui a popularisé le terme «guerre asymétrique»; mais le concept est probablement aussi ancien que celui de la guerre. Il ne faut pas l'assimiler au mythe de David contre Goliath, qui correspond plutôt à la guerre dissymétrique (seul l’ordre de grandeur est pris en compte). Dans ce cas, il est possible qu’une grande armée bien équipée puisse être vaincue par une autre plus petite, mais tout aussi bien équipée, ce n’est là qu’une question de stratégie.  

Dans la guerre asymétrique, les adversaires n’ont rien à voir l’un avec l’autre, que ce soit en termes de capacités matérielles, logistiques ou humaines. Comme dans l’exemple de l’Irak qui opposait l’armée américaine avec ses drones, ses missiles à guidage laser, ses images satellitaires, et de l’autre, les insurgés parfois liés al-Qaida en Irak avec ses bombes artisanales et les exécutions d’otages diffusées sur Internet.  

Comme toutes les guérillas à travers le monde, il faut profiter de sa parfaite connaissance du terrain, miser sur l'effet de surprise, comme a pu le faire la résistance française sous l’occupation nazi, et viser les faiblesses de l’ennemi.   

Face aux armées hautement technologiques, l’arme la plus efficace reste la peur. Le but étant d’atteindre à la fois le moral des troupes et celui du pays dont elles sont issues. Après avoir vendu le concept de la guerre technologique «propre» avec la guerre du golfe de 1991, difficile aujourd’hui de faire accepter aux opinions publiques occidentales la mort de soldats dans des conflits redevenus «sales».

Pour susciter cette peur, quoi de mieux que de surprendre et de tuer par l'innovation? Tour d'horizon des inventions les plus marquantes des MacGyver de combat.

Un jouet d'enfant devient un robot tueur

En Libye, la guerre asymétrique se décline sur deux niveaux: entre les forces de l'Otan et l'armée de Kadhafi d'une part, entre les rebelles du Conseil national de transition et les forces de Kadhafi d'autre part. Les rebelles libyens, mal armés au début du conflit, ont organisé en quelques semaines une usine d’armement artisanal, comme on peut le constater dans cette vidéo d’Al Jazeera:

En assemblant un axe pivotant récupéré sur un char, une mitrailleuse 12,7 mm, un guidon de vélo, le tout monté à l’arrière d’un pick-up, ils obtiennent une pièce d’artillerie mobile, version artisanal du RPG-7. Un chauffeur poids-lourd bricoleur, devenu chef-ingénieur en armement, fabrique des lance-roquettes permettant de lancer des ogives non-explosées de récupération. Des étudiants et de jeunes ingénieurs ont même conçu leur propre robot mitrailleur, une version maison du Swords américain, à partir du châssis d’un jouet pour enfant télécommandé.

Les engins explosifs improvisés

Reuters

Une équipe danoise de déminage près de la FOB de Shank dans la province de Logar en Afghanistan. REUTERS/Shamil

Wikimedia Commons

Un engin explosif improvisé composé de quatre obus et d'une mine anti-char, tous réliés afin d'exploser simultanément.L'IED a été découvert à Baghdad par le police irakienne en novembre 2005. U.S. Military via Wikimedia Commons

Les EEI, engins explosifs improvisés, connus sous l'appellation anglaise IED, sont à l'origine de la mort de la plupart des soldats de la coalition en Afghanistan et en Irak. Ces bombes artisanales souvent fabriquées à partir des munitions non explosées (roquettes, obus, mines, grenades…) sont ensuite placées discrètement au bord des routes ou enterrées comme dans cette vidéo où l’on voit l’engin exploser au passage d’un convoi américain en Irak:

La vidéo suivante montre l'explosion d'une voiture piégée au passage d'une patrouille américaine à Baghdad:

L'avion de tourisme devenu bombardier

Les Tigres tamouls, guerilla séparatiste du nord du Sri Lanka, étaient connus pour leur capacité à innover avec peu de moyens durant la violente lutte armée qu'ils ont menée contre le gouvernement central de Colombo entre 1976 et 2009. Ils ont été précurseurs dans la réalisation d'attentats-suicides dévastateurs et ont même développé une petite force navale avec des embarcations armées de mitrailleuses.

Les «Tigres des airs» sont apparus en 2007, lorsque un ou deux appareils ont bomdardé la base aérienne de Katanayake, située au nord de la capitale sri lankaise, faisant plusieurs morts. Alors que l'armée de l'air sri lankaise était équipée d'avions de combat Chengdu J-7, MiG-27 Flogger et KFIR, les rebelles tamouls ont modifié  de simples avions de tourisme Zlin-143 de fabrication tchèque afin de larguer des bombes:

Les roquettes faites maison

Les roquettes Qassam tirées sur Israël par le Hamas depuis la bande de Gaza sont fabriquées de manière artisanale. Simplement composées d'un tube d’acier mesurant en moyenne deux mètres de long rempli d’explosif, elle sont facilement et rapidement déployables, comme on le voit dans cette vidéo de propagande:

Ces missiles rudimentaires, d'une portée maximale de 10 kilomètres, n’atteignent que rarement leur cible et les dégâts causés sont généralement limités. Depuis 2000, un peu plus de 3.300 Qassam tout de même causé la mort de 22 personnes en Israël. 

ReutersUne roquette Qassam dont l'explosion a causé un début d'incendie au Kibutz Zikim en 2006. REUTERS/Yannis Behrakis

Exemple significatif de l’asymétrie des moyens employés de part et d’autre de la frontière, l’armée israélienne a développé une technologie anti-missile visant à se protéger spécifiquement des projectiles de type Qassam, le système Iron Dome:

 

Sébastien Jaime

Sébastien Jaime
Sébastien Jaime (2 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte