Culture

Du porn ou des jeux

Brian Palmer, mis à jour le 03.07.2011 à 18 h 07

La Cour suprême des États-Unis estime que les enfants peuvent être exposés à la violence des jeux vidéo. De la violence ou de la pornographie, quel est le plus dangereux pour les enfants?

Video Game Violence (55 / 365) Somegeekintn via Flickr CC  License by

Video Game Violence (55 / 365) Somegeekintn via Flickr CC License by

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici

Le lundi 27 juin, la Cour suprême américaine a aboli une loi californienne interdisant la vente de jeux vidéo violents aux enfants. En écrivant pour la majorité, le juge Scalia a souligné que contrairement aux contenus sexuels, qui peuvent, eux, être réglementés, la violence fait partie des divertissements enfantins depuis des siècles. Histoire mise à part, du sexe ou de la violence, savons-nous quelles images sont les plus susceptibles de nuire aux enfants?

La réponse est non. En revanche, il est certain que les études sur la violence sont quasiment toutes mieux construites et contrôlées que celles portant sur la pornographie. Les chercheurs ont maintes fois montré (PDF) lors d’expériences en aveugle que les enfants sont plus agressifs quelques instants après avoir joué à des jeux vidéo violents, et les études à long terme suggèrent que leurs effets pourraient être durables chez ceux qui jouent régulièrement. En ce qui concerne la pornographie, des recherches montrent qu’un visionnage accru d’images sexuellement explicites débouche sur des expériences sexuelles plus précoces, un plus grand nombre de grossesses adolescentes et une vision négative de la perception des rôles sexuels.

Mais ces études sont problématiques. La plupart sont réduites à des questionnaires—car les comités éthiques des universités ne laisseraient pas des chercheurs exposer des mineurs à du matériel à caractère sexuel (alors que la violence ne leur pose pas de problème). Et on ne sait pas avec certitude si visionner de la pornographie a des conséquences négatives, ou si les enfants exposés à la pornographie ont des problèmes sous-jacents qui à la fois provoquent ces conséquences et les poussent à rechercher des images porno (les recherches à long terme sur le jeu ont le même défaut, mais elles sont au moins associées à des preuves à court terme indiquant l’existence de relations de cause à effet).

Les recherches sur le sexe réservent aussi quelques surprises. Malgré la rareté des préservatifs dans le monde de la pornographie, les chercheurs n’ont pas réussi à prouver que les jeunes consommateurs de porno étaient moins enclins à utiliser une contraception ou plus susceptibles de contracter une maladie sexuellement transmissible que leurs pairs qui n’ont jamais regardé un film cochon.

La plupart des études les plus reconnues sur les jeux vidéo violents sont par nature expérimentales. Les chercheurs divisent les participants en deux groupes—l’un d’entre eux joue à un jeu violent, l’autre à quelque chose de plus neutre. À la fin de la session, les sujets doivent infliger une forme de punition à une autre personne, qu’ils ne voient pas, comme dans la tristement célèbre expérience de l’électrochoc de Stanley Milgram. Les enfants doivent par exemple déterminer le volume d’un son désagréable que la victime sera forcée d’entendre. Une version plus moderne demande aux participants de mettre autant de sauce piquante qu’ils le veulent dans un plat destiné à une victime qui déteste la cuisine épicée. Quasiment toutes les études à grande échelle montrent que les enfants qui viennent juste de terminer un jeu d’extermination opteront pour la punition la plus brutale.

Les scientifiques se sont aussi mis à mesurer le flux sanguin dans le cerveau des sujets soit pendant, soit immédiatement après une session de jeux vidéo violents. Les conclusions laissent penser que ces jeux affaiblissent la partie du cerveau chargée du contrôle des impulsions.

Le plus souvent, les méthodes des études mesurant les conséquences de l’exposition aux médias sexuels sont des sondages à grande échelle. Les enquêteurs demandent à des centaines ou à des milliers de jeunes s’ils vont sur des sites pornographiques ou regardent des films X, et si c’est le cas, à quelle fréquence, puis les interrogent sur leur comportement sexuel. Certains chercheurs restent relativement softs et se contentent de s’enquérir du nombre de partenaires sexuels que le jeune a déjà eus et quand c’est une fille, si elle a déjà été enceinte. D’autres sont bien plus crus, posent des questions sur des pratiques sexuelles particulières et demandent si les sujets aiment prendre de la drogue avant de s’envoyer en l’air.

Une autre étude courante interroge des enfants sur les expositions accidentelles ou non voulues, c’est-à-dire, en général, sur les cas où ils tombent fortuitement sur un site pornographique. Étant donné qu’il s’agit d’une expérience ponctuelle, les chercheurs n’essaient pas de la corréler avec l’attitude générale des participants vis-à-vis du sexe. Ils sondent plutôt les enfants pour connaître leurs réactions face aux images. Ceux-ci rapportent parfois une gêne ou une peur d’Internet (PDF), mais la plupart ne font état d’aucune réaction négative.

L’Explication remercie Craig A. Anderson de l’Iowa State University, Jane Brown de l’University of North Carolina, Patricia Greenfield de l’UCLA et Daniel Linz de l’UCSB.

Brian Palmer

Traduit par Bérengère Viennot

Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Brian Palmer
Brian Palmer (157 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte