Monde

Thaïlande, le chef des «chemises jaunes» blessé par balles

Temps de lecture : 2 min

La voiture de Sondhi Limthongkul, leader de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD), a été la cible vendredi 17 avril d'une attaque dans une station service de Bangkok. Deux hommes armés ont tiré dans les pneus de la voiture du chef des «chemises jaunes» avant de cribler le véhicule de balles. Le chauffeur de la voiture et un garde du corps ont également été blessés. Sondhi Limthongkul a subi trois heures d'opération, mais ses jours ne sont plus en danger.

Les «chemises jaunes» rassemblent des manifestants royalistes hostiles à l'ex-premier ministre en exil Thaksin Shinawatra. Le PAD avait, lors de vastes manifestations, déstabilisé Thaksin avant son renversement par des généraux royalistes en 2006. Les membres de ce mouvement avaient également occupé les deux aéroports de Bangkok fin 2008 alors que des lieutenants de M. Thaksin étaient revenus au pouvoir à la faveur d'élections. Le gouvernement pro-Thaksin avait fini par tomber.

Sondhi Limthongkul a fondé le PAD en 2005 après s'être brouillé avec Thaksin, avec lequel il avait été associé.

Cette attaque intervient quelque jours après la répression par les forces de sécurité du mouvement de protestation des «chemises rouges», fidèles à M. Thaksin. Les violences en début de semaine dans la capitale thaïlandaise ont fait au moins deux morts et 123 blessés.

A lire sur le sujet sur Slate.fr: Le reflux de la marée rouge

Newsletters

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d'officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

Newsletters