Monde

Thaïlande, le chef des «chemises jaunes» blessé par balles

Temps de lecture : 2 min

La voiture de Sondhi Limthongkul, leader de l'Alliance du peuple pour la démocratie (PAD), a été la cible vendredi 17 avril d'une attaque dans une station service de Bangkok. Deux hommes armés ont tiré dans les pneus de la voiture du chef des «chemises jaunes» avant de cribler le véhicule de balles. Le chauffeur de la voiture et un garde du corps ont également été blessés. Sondhi Limthongkul a subi trois heures d'opération, mais ses jours ne sont plus en danger.

Les «chemises jaunes» rassemblent des manifestants royalistes hostiles à l'ex-premier ministre en exil Thaksin Shinawatra. Le PAD avait, lors de vastes manifestations, déstabilisé Thaksin avant son renversement par des généraux royalistes en 2006. Les membres de ce mouvement avaient également occupé les deux aéroports de Bangkok fin 2008 alors que des lieutenants de M. Thaksin étaient revenus au pouvoir à la faveur d'élections. Le gouvernement pro-Thaksin avait fini par tomber.

Sondhi Limthongkul a fondé le PAD en 2005 après s'être brouillé avec Thaksin, avec lequel il avait été associé.

Cette attaque intervient quelque jours après la répression par les forces de sécurité du mouvement de protestation des «chemises rouges», fidèles à M. Thaksin. Les violences en début de semaine dans la capitale thaïlandaise ont fait au moins deux morts et 123 blessés.

A lire sur le sujet sur Slate.fr: Le reflux de la marée rouge

Newsletters

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Faute d'alcool, sept Russes boivent du gel hydroalcoolique et meurent

Deux autres fêtards sont dans le coma.

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

La presse étrangère donne un écho inédit aux voix minoritaires de France

Les médias internationaux ont eu la bonne idée de tendre l'oreille. Et tout à coup, le mythe d'un doux universalisme français s'est effondré.

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Le bilan économique de Donald Trump n'est peut-être pas celui que vous croyez

Sur aucun point on ne peut dire que, après ses quatre ans de mandat, l'Amérique est réellement «great again».

Newsletters