Économie

Hadopi revient le 29 avril

Temps de lecture : 2 min

Hadopi suite(s). Le retour à l'Assemblée de la loi «Création et Internet», rejetée jeudi 9 avril par les députés, par 21 voix contre 15, a été organisé pour le 29 avril.

Si Jean-François Copé, président du groupe UMP a insisté pour que ce retour ait lieu dès la fin des vacances parlementaires, le président de l'Assemblée «aurait préféré un délai plus long». «Il y a de la précipitation, ce n'est jamais très bon sur le plan politique et pour la qualité du travail, souligne-t-il. On a toujours intérêt à laisser passer du temps entre un événement et sa suite.»

Autre controverse en cours, celle qui concerne la pétition de la Sacem, brandie par la ministre de la Culture et quelques députés de la majorité pour montrer le soutien des artistes à Hadopi. La «Quadrature du Net» qui s'est mis en tête de vérifier les identités des 10.000 artistes signataires de cette pétition a découvert que la majorité d'entre eux était en réalité des artistes inconnus et pour la plupart des employés de maisons de disque. «On a fait ça de manière honnête», assure la Sacem. Le 29 avril, Christine Albanel osera-t-elle brandir la pétition pour faire voter son projet de loi?

Vous souhaitez proposer un autre lien que vous jugez plus pertinent ou complémentaire? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures

Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de tous les maux. Pourtant, selon différentes études, la progression de son usage soutiendrait l'emploi et la croissance.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Newsletters