Partager cet article

Quel complot pour DSK?

Reuters/Juan Carlos Ulate

Reuters/Juan Carlos Ulate

Les accusations d'agression sexuelle portées contre Dominique Strauss-Kahn devant la justice américaine sont sur le point de s'effondrer. De quoi relancer les théories du complot. Le choix ne manque pas.

Les accusations de crimes sexuels à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn sont sur le point de s'effondrer, affirme le New York Times, jeudi 30 juin. Citant deux enquêteurs non identifiés, le quotidien américain écrit que le bureau du procureur ne croit plus guère en la version de Nafissatou Diallo, la femme de chambre guinéenne de l'hôtel Sofitel, âgée de 32 ans. De quoi relancer les théories du complot, et le choix ne manque pas.

***

Dès le début de «l’affaire DSK», le mot «complot» a été prononcé. Un sondage CSA réalisé le 16 mai pour RMC, 20 minutes et BFM TV se fait l’écho de ces suspicions: 57% des 1.007 personnes interrogées jugent que Dominique Strauss-Kahn a été «victime d’un complot». Pour beaucoup, pas de doute: DSK serait innocent ou aurait été piégé et manipulé, car les faits reprochés semblent «invraisemblables». Reste à savoir quel complot? Qui donc a bien voulu piéger DSK? Car il n’y a pas une mais plusieurs théories qui circulent...

…au gré des facettes du personnage: le socialiste, le patron du FMI, le «juif» ou encore le «riche». En voici quelques-unes. A la fin de chacune des théories, vous pourrez voter: est-ce crédible?

  • oui, c'est votre marchand de journaux (1) qui vous l'a dit
  • non, c'est totalement impossible, vous avez fumé quoi?
  • 50-50, votre marchand de journaux avait fumé quand il vous a dit que c'était vrai
  • impossible, mais vous y croyez quand même, tellement c'est beau.

Le socialiste

Théorie A: l’UMP souhaitait se débarrasser de DSK avant la présidentielle

Pourquoi: Pour faire tomber DSK, alors considéré comme le candidat socialiste le plus probable contre l’UMP, et permettre à Nicolas Sarkozy de succéder à lui-même.  

La preuve (1): La rapidité avec laquelle Jonathan Pinet, militant UMP, a twitté l’information environ un quart d’heure après l’arrestation, avant même la presse américaine.

La preuve (2): Christine Lagarde, actuelle ministre UMP, a été immédiatement propulsée sur le devant de la scène comme candidate à la succession de DSK au FMI.


 

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site Le point



Variante: un plan machiavélique de Nicolas Sarkozy

Selon le sondage RMC, 20 minutes et BFM TV, 29% des Français pensent que «le principal bénéficiaire» de l’affaire DSK n’est autre que le président de la République. 

Pourquoi: A un an de la présidentielle, Dominique Strauss-Kahn était le chouchou des sondages. Menacé, Nicolas Sarkozy a voulu s’en défaire avant 2012.   

La preuve (1): S’adressant aux journalistes à l’Elysée, Nicolas Sarkozy aurait dit «Si DSK revient, des affaires sortiront (...) Dès qu'il partira en campagne, il se prendra des Exocet», selon Le Canard Enchaîné du 2 février.



Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran de la page facebook «Dénonçons le complot DSK»


La preuve (2): Le chef de l’Etat a le même nom de famille que Piroska Nagy, l’économiste hongroise avec laquelle DSK avait eu des relations adultères: il s’appelle Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa . Comme elle, il est d’origine hongroise. 

La preuve (3): La grossesse de Carla Bruni-Sarkozy a été confirmée le 17 mai, soit deux jours après l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Une manière de mettre l’accent sur la stabilité affective du Président alors que son principal opposant est accusé d’agression sexuelle.


Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran de la page facebook Pour tous ceux qui pensent que l’affaire DSK est un complot 

La preuve (4): L’hôtel Sofitel appartient à une «chaîne française» qui fait partie du groupe Accor, dont l'actionnaire de référence est le fonds Colony Capital. Son représentant en Europe est Sébastien Bazin, un proche de Nicolas Sarkozy.

Après la libération de DSK sur parole, le député PS François Loncle a parlé de «connexions» entre le groupe Accor et certaines «officines françaises». Il a ajouté qu'il voudrait savoir la réponse aux questions suivantes: «A qui les gens de l'hôtel Sofitel ont-ils téléphoné à Paris? Au patron des Renseignements généraux (DCRI)? Qu'est-ce qu'ils ont dit? A quelle heure ont-ils téléphoné cette fameuse nuit du 14 mai?»

Des «accusations odieuses» pour le ministre de l'Intérieur Claude Guéant qui dit avoir été prévenu par le coordonateur national du renseignement Ange Mancini dans la nuit du 14 au 15 mai.

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site de Libération

La preuve (5): Le Monde révèle que des proches du Président auraient fait «fuiter» auprès du quotidien l’existence d’une note rédigée peu avant la présidentielle de 2007 par un policier: «Quelques lignes signalant la présence de M. Strauss-Kahn, surpris en fâcheuse posture dans une voiture, à l'ouest de Paris, dans un haut lieu des rencontres tarifées, à l'occasion d'un banal contrôle.» L’article ajoute: «C'est un fait: M. Sarkozy, depuis 2002, connaît certains aspects de la vie privée des personnalités susceptibles de présenter un jour un danger électoral.»

La preuve (6): Le chef de la police new-yorkaise serait un ami de Sarkozy selon le journaliste américain Leonard Levitt. Celui-ci explique qu’en 2006, Raymond Kelly, alors vice-président d’Interpol en France, aurait reçu la Légion d’Honneur du ministre de l’Intérieur... Nicolas Sarkozy.

La vice-présidente PS du conseil régional d'Ile de France Michèle Sabban s'est d'ailleurs interrogée après la libération de DSK: «Quel rapport y a-t-il entre les accusations qui ont été portées contre Dominique Strauss-Kahn et puis le fait que le président de la République ait décoré voici cinq ans le patron de la police de New York de la Légion d'Honneur?» Elle parle d'un «attentat politique» contre le champion de la gauche.

La preuve (7): Les liens entre le  procureur de New York en charge de l’affaire DSK et la famille Sarkozy. Le père de Cyrus Vance Jr aurait travaillé avec Frank George Wisner qui a épousé Christine de Ganay, la seconde femme du père de Nicolas Sarkozy, Pal. 



Un complot interne, venant du sein même du PS

Pourquoi: Les sondages donnaient DSK gagnant à la primaire socialiste. Les Français n’aiment pas les politiques qui se «mettent au-dessus du droit»: effet positif immédiat pour les candidatures de gens normaux (on cite souvent François Hollande). 

La preuve (1): Les socialistes seraient les premiers bénéficiaire «car on ne voit et on n’entend qu’eux dans les médias depuis une semaine», explique un internaute sur le site internet agoravox.  

La preuve (2): le numéro de la suite (28-06) correspond à la date d’ouverture du dépôt des candidatures à la primaire socialiste. 

La preuve (3): Son train de vie ne représentait pas les valeurs que la gauche veut incarner (affaire de la Porsche, etc).


Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.  Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site lepoint.fr



Le patron du FMI

Un complot international qui se décline en plusieurs possibilités et qui a été relayé par de nombreuses personnalités

«Je suis convaincue d'un complot international. C'est le FMI qu'on a voulu décapiter et pas tant le candidat à la primaire socialiste [...] C'est l'homme le plus puissant après Obama [...] c'est une nouvelle forme d'attentat politique», déclarait Michèle Sabban, vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, ajoutant: «Tout le monde sait que sa fragilité, c’est la séduction, les femmes. Ils l’ont pris par cela.»

Pour Gilles Savary, il s’agirait d’«une mercenaire [qui] aurait tenté de le faire tomber dans un piège».

Théorie A: un complot orchestré par les Etats-Unis

 

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.   Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site Le Point

Pourquoi: la majeure partie des ressources du FMI étaient consacrées à l’Europe (dont la Grèce), au détriment d’autres zones dans le monde (et donc au détriment d'alliés américains).

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.    Capture d’écran du site Planète Révélations

La preuve (1): trop puissant, il était considéré comme l'un des « maîtres » du monde économique et financier


Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.     Capture d’écran de la page facebook DSK a-t-il été piégé?

La preuve (2): les Etats-Unis sont attachés à leur indépendance monétaire contre laquelle DSK et le FMI faisaient pression. 

La preuve (3): «Pour financer ses guerres en Irak et en Afghanistan, Barack Obama aurait besoin de creuser la dette. DSK aurait été un obstacle sur sa route...», retrouve-t-on dans un article du site L’internaute.

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.      Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site Le Point

La preuve (4): les questions sont nombreuses, selon lepost.fr: «Pourquoi cela arrive-t-il à New York? Pourquoi Obama n’a-t-il encore fait aucune déclaration sur l’affaire DSK alors que le FMI, l’une des institutions les plus prestigieuses des États-Unis, qui pèse sur le monde entier, vient d’être décapitée brutalement pour une affaire aussi sordide?»



Variante: les États-Unis veulent cacher la disparition de leurs réserves d’or 

Pourquoi: Parce que DSK en savait trop. Un rapport du service de sécurité fédéral russe (FSB) préparé pour le Premier ministre Vladimir Poutine affirmerait que l’ancien directeur du FMI avait découvert la disparition des réserves d’or des États-Unis. «Contacté» par la CIA le 14 mai, DSK aurait obtenu la preuve de l’absence d’or américain, censé être gardé à Fort Knox. Il tente de partir immédiatement pour Paris, mais est rattrappé et inculpé de crime sexuel.

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran du site terrepromise.net

La preuve (1): Les États-Unis auraient commencé à retarder la livraison de 191,3 tonnes d’or attendues par le FMI. Cet or devait être vendu pour ce qu’on appelle «les droits de tirage spéciaux», une alternative aux monnaies de réserve.

La preuve (2): DSK n’a pas pris son téléphone portable pour ne pas pouvoir être tracé jusqu’à l’aéroport de New York. Une fois dans l’avion, il a commis une «erreur» en demandant au Sofitel de lui faire parvenir son portable.  

La preuve (3): L’homme d’affaires Mahmoud Abdel Salam Omar a été inculpé d’aggression sexuelle sur une femme de chambre d’un hôtel de luxe new-yorkais le 30 mai dernier. Il serait un «ami intime» de DSK, qui lui aurait demandé de récupérer les éléments de preuve fournis par la CIA.   

La preuve (4): Le républicain Ron Paul demande un audit des réserves d’or américaines depuis 2010. Il soutient qu’il est «possible» que les coffres de Fort Knox soient vides.



La piste russe

Pourquoi: Pour remplacer DSK au sein du FMI. Las que l’organe soit dirigé par des Européens, les Russes auraient décidé de discréditer un des économistes les plus respectés du vieux continent... et proposer un nouveau directeur à sa place. Les «alliés français» de Poutine, eux, voudraient empêcher sa candidature en 2012.  

La preuve (1): Le premier candidat officiellement déclaré a été le président de la banque centrale kazakhe, Grigori Martchenko, pour représenter la Russie et les Etats de la Communauté des Etats indépendants. Lors de sa nomination à la tête du FMI, DSK était déjà en compétition avec un candidat présenté par la Russie, le président de la banque centrale tchèque Joseph Tososvky, nous explique-t-on sur leblogfinance. CQFD. 

La preuve (2): Le député PS Claude Bartolone interviewé sur BFMTV: «Il [DSK] m'a dit: attention, il faut être très vigilant, on peut être sur écoute téléphonique, je sens bien qu'actuellement les Russes et notamment [Vladimir] Poutine [Premier ministre russe], sont les alliés de la France pour essayer de me virer du FMI avant que je ne puisse être en situation d'annoncer [ma candidature].»



Une machination des cerveaux de Wall Street

Pourquoi: Parce que Strauss-Kahn menaçait le système financier actuel. L’ancien patron du FMI avait beau être libéral, il s’était opposé à l’orthodoxie économique selon laquelle tout pays dans la difficulté devait réduire ses dépenses publiques et ses impôts, et privatiser au maximum (le «consensus de Washington»).  

La preuve (1): Sur Global Research, site réputé pour les théories du complot qui y fleurissent, on peut lire: «Un porte-parole grec a dit à Reuters que l’arrestation pourrait causer des délais dans les discussions relatives à un prêt du FMI et de l’Union européenne pour la Grèce, que Strauss-Kahn supervisait de près: des réunions clé pourraient être annulées.» 

La preuve (2): Comme avec Eliot Spitzer, ancien gouverneur démocrate de New York destitué après la révélation publique de son goût pour les call girls (DSK aurait d’ailleurs fait appel aux services de la même mère maquerelle qui se dit prête à témoigner). Les «gangsters de la finance» auraient pris les deux hommes au piège, après les avoir fait suivre, en profitant de leur talon d’Achille: leur goût pour les parties fines.  

La preuve(3): Sur le blog Impactglassman, on peut lire: «Strauss-Kahn était le premier directeur du FMI qui, de ma vie, ait désavoué l’approche traditionnelle du FMI qui consistait à imposer aux pauvres et aux classes moyennes le coût de sauver Wall Street et les banques occidentales.»  

La preuve (4): Sofitel est une marque de la société Accor cotée au CAC 40.



Le «juif»:

Une organisation antisémite à l’origine de tout

Pourquoi: Parce que Dominique Strauss-Kahn est juif. En 1991, il a même dit dans une interview avec la revue Passages: «Dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, au travers de l'ensemble de mes actions, j'essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d'Israël.» La guerre est déclarée avec les antisionistes. 

La preuve: Dans un commentaire posté sur Slate.fr mais non publié, un internaute développe: la plaignante «pourrait être membre ou sympathisante, ou en contact direct avec des membres ou des sympathisants de la puissante organisation antisémite Afro-américaine Nation of Islam dirigée par Louis Farrakhan. Nation of Islam peut très bien savoir que Dominique Strauss-Kahn est un habitué de cet hôtel. Décidée à faire tomber le juif le plus puissant et le plus emblématique de la communauté internationale, [...] elle instrumentalise cette femme et peut-être d’autres employés du Sofitel. Peut-être en contrepartie d’argent ou d’accès à des services très chers aux Etats-Unis (éducation, santé…)».



DSK prenait trop de place, le FN n’en a fait qu’une bouchée

Pourquoi: Il était déclaré vainqueur face à Marine Le Pen à l'élection présidentielle. La sortie de DSK pourrait permettre à la la patronne du FN d’affronter Nicolas Sarkozy au second tour. Mettant la gauche hors jeu, elle récupèrerait l’électorat populaire. Le Front national n’aurait pas non plus à faire campagne contre un socialiste juif, alors même que Marine Le Pen tente de calmer les accusations d’antisémitisme faites à son parti.

La preuve (1): La première réaction de Marine Le Pen au sujet de l’arrestation de DSK a été «DSK, tout le monde savait». Pourtant, pour ses amis, cette affaire «ne ressemble pas» à l’homme qu’ils connaissent.

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand.  Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site Le Point

La preuve (2): Les commentaires sur les sites d’extrême droite après la mise en cause de DSK: le site altermedia prétend que des militants FN auraient prié Jeanne d’Arc pour «porter un coup à un des princes des enfers» le jour de l’arrestation de DSK. Fdesouche a été un des premiers sites à relayer l’info de l’arrestation dudit «prince des enfers», le site est même tombé pendant quelques heures à cause d’un trop grand nombre de fréquentations.



Le «riche»

La plaignante a elle-même tout organisé

 

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site l’Express.fr

Pourquoi: La femme qui accuse DSK aurait organisé le coup toute seule pour lui soutirer de l’argent, en lui faisant du chantage. 

La preuve (1): Elle élevait toute seule sa fille de 15 ans dans le Bronx. 

La preuve (2): Etant donnée la corpulence et l’âge de DSK, elle aurait très bien pu partir en courant. 

La preuve (3): Elle prétend ne pas avoir su qui était le client de la suite 2806. Or, un tableau récapitulatif des «VIP» de l’hôtel était affiché dans l’office où passent tous les employés.



La théorie de l’imposture

Pourquoi: Pour piéger DSK, quelqu’un se serait fait passer pour lui. Cette théorie pourrait servir tous ses potentiels ennemis, sans faire de la plaignante une complice.  

La preuve (1): Un commentaire non publié sur Slate.fr explique: «Les faits se seraient déroulés peu après que DSK quitte la chambre. Le serveur rentre dans la chambre avec l'imposteur, qui se met en place dans la salle de bains, aidé par l'absence de caméra à l'étage [...] Le serveur sert d'éclaireur et se poste à l'entrée en attendant l'arrivée de la future victime. Après l'entrée de la victime, le serveur se retire et laisse agir son complice. La femme choquée quitte la chambre et donne l'alerte. L'imposteur laisse des preuves matérielles fabriquées de toute pièce dans la suite et prend la fuite, probablement en regagnant une chambre de l'hôtel.» 

La preuve (2): Le même commentaire estime que «l'imposteur aurait très bien pu porter un masque en latex aux traits de DSK, ce qui expliquerait la réussite du “line-up” et l'identification présumée du coupable par la victime. De façon très surprenante, les actes sexuels rapportés font état de “positions” visant à écarter tout face-à-face entre la victime de l'agresseur, comme pour éviter tout contact visuel».



Les bonus

Pour agir sur l’actualité


Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site lepoint.fr

La Fédération Française de Football, pour se faire oublier: DSK incarcéré, fini l’affaire des quotas! «aujourd’hui, c’est lui [DSK] qui blanchit [Laurent] Blanc», remarque Christine Angot dans une tribune publiée dans Libération.



Il a tout préparé lui-même car il ne veut pas se présenter à la présidentielle

Cliquez sur l'image pour la voir en plus grand. Capture d’écran d’un commentaire publié sur le site lepoint.fr

Daphnée Denis et Fanny Arlandis

(1) Slate.fr n'a rien contre les marchands de journaux, bien évidemment... Retourner à l'article

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte