Life

Escapades gourmandes le temps d'un week-end

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 05.06.2011 à 9 h 26

Envie de dépaysement le temps d’un week-end ou de courtes vacances? Voici quelques idées.

Le Château de Noirieux.

Le Château de Noirieux.

La Chapelle Saint-Martin près de Limoges

Ce Relais & Châteaux doit son enseigne à une minuscule chapelle du XIIIe siècle au toit pentu, ouverte une fois par an pour la messe du premier dimanche de juillet. Forte affluence. Dans le superbe parc voisin de 30 hectares, beaux arbres, pelouse à l’anglaise, tennis et piscine turquoise, voici une belle maison blanche du début du XXe siècle qui fut la propriété d’un porcelainier, transformée en demeure hôtelière en 1970 par les parents de Gilles Dudognon, chef patron, étoilé Michelin jusqu’en 2005, formé par Jean-Marie Amat à Bordeaux et Philippe da Silva au Chiberta de Paris: un passionné de la bonne chère.

Niché au bord d’un étang, l’endroit ne manque pas de charme; le silence, la paix, la sérénité du site sont les atouts majeurs de ce lieu rare, sur la route de Toulouse et de l’Espagne –une destination de vacances idéale, à l’écart du stress urbain.

Poêlée de cèpes de la Chapelle Saint-Martin

Côté gourmandises, le fringant Dudognon défend la cuisine bourgeoise, «l’âme de nos provinces, la passion des terroirs entre restaurant et hôtel particulier, simplement». À privilégier: le classique pâté en croûte de veau au foie de canard, le carré d’agneau du Limousin roulé à l’olive-amande, les cuisses de grenouilles au beurre salé, émulsion cresson et chips à l’ail, la lotte du Sud-Est, artichauts, mousseline de fenouil à l’anis et bouillon safrané, le rare chou farci de pigeon grillé minute et foie gras au snack, de beaux plats soignés aux garnitures de saison.

Au rayon des gâteries, la raviole d’ananas exotique, la tarte Tatin, le baba aux pommes d’ici, la madeleine de notre enfance au lait de poule. Tous ces plats figurent aux menus à 35 euros, 55, 79 et 90 euros. À commander: le poulet fermier de Madame Picat aux morilles, le homard bleu à l’embeurrée de truffes et le filet de bœuf en croûte sauce Périgueux. Oui, une vraie maison de bouche dans la verdure.

  • 33 rue Saint-Martin-du-Fault, 87510 Nieul, à quelques minutes de Limoges.
    Tél. : 05 55 75 80 17. Chambres à partir de 95 euros. Terrasse sur le parc. Visites recommandées du porcelainier Bernardaud et du chausseur Weston.

Le Château de Noirieux près d’Angers

Situé dans le Val-de-Loire, ce domaine de huit hectares de forêts abrite un château de pierres blanches rénové au début des années 1990 par son propriétaire, Raymond Balsen, ingénieur BTP, un homme de goût et de culture. En lisière du superbe parc et de la rivière en contrebas, le restaurant éclairé par la lumière ligérienne est tenu par Gérard Côme, un chef étoilé, amoureux des beaux produits, légumes, fruits des vergers et la noble viande du Maine Anjou.

Des côtes bretonnes arrivent les joyaux sauvages tel le bar de la Turballe mouillé d’une crème homardine au Xérès et ses ravioles d’asperges et fèves (46 euros), le turbot à la plancha aux artichauts poivrades et pommes fumées (58 euros). À ne pas manquer: l’araignée de mer traitée en lasagne à la truffe en soupe mousseuse d’écrevisses (48 euros), admirable assiette qui vaut à elle seule le voyage à Noirieux. À quand la deuxième étoile?

Lasagnes d'araignée de mer du Château de Noirieux

Depuis peu, Gérard Côme, secondé en salle par la douce Anja, son épouse, a créé un agréable bistrot installé sur la véranda en surplomb du parc, sous le ciel angevin. En saison, la carte, d’un rapport prix plaisir exemplaire –28 ou 34 euros– réunit des assiettes goûteuses et originales. Les coups de cœur du chef, ce printemps, étaient: le carpaccio de poulpe à l’artichaut, le tartare de bar au fenouil mariné, crème de moutarde, et la poêlée de foie de canard aux pommes et groseilles (supplément de 7 euros).

Pour la deuxième assiette, vous avez le choix entre les filets de sole limande à la dieppoise, riz basmati, le gigot d’agneau de lait et les belles de Fontenay confites, le demi magret de canard à l’ail et au persil, pommes frites au romarin: des plats rustiques-nobles auxquels on ne résiste pas.

On termine par la véritable crème caramel au lait de ferme ou le soufflé chaud à la vanille (supplément de 5 euros). Crémant de Loire à 26 euros la bouteille.

Voilà un Relais & Châteaux comme on les aime, l’accueil charmant, le confort d’une demeure bien tenue, la nature à vos pieds, et la bonne chère aux trois repas –remarquable petit déjeuner en terrasse. Une excellente adresse pour gastronomades.

  • 26 route du Moulin 49125 Briollay.
    Tél.: 02 41 42 50 05. Chambres à partir de 175 euros. Piscine. Transport assuré depuis la gare d’Angers.

Dolce Chantilly

En plein cœur de la forêt de Chantilly, ce grand hôtel de dimensions imposantes (200 chambres), idéal pour les congrès et séminaires –à 45 minutes de Paris et 25 minutes de Roissy Charles de Gaulle– est accessible pour le week-end aux amoureux de la nature, des golfeurs, des cavaliers, des joueurs de polo, et des gourmets. Grâce à l’immense parc truffé d’étangs où barbotent des carpes «nettoyeuses», l’eau est limpide. Dans ce cadre champêtre, le corps se ressource et l’esprit se libère du stress et des tracas urbains –deux piscines dont l’une couverte, sauna, hammam et terrain de beach volley.

En cuisine, Alain Montigny, 39 ans, ancien de la brigade de Christian Constant du Crillon aux côtés d’Éric Fréchon du Bristol et de Yves Camdeborde du Comptoir près de l’Odéon, a obtenu une étoile en 2008 après avoir décroché le titre envié de Meilleur Ouvrier de France. Voilà un chef intraitable sur la qualité des produits –seulement neuf plats signatures pour le printemps et l’été enrichis, embellis par le travail ciselé sur les accompagnements.

La chair du tourteau est parfumée au Jerez, agrémentée d’une bavaroise au fenouil et de petits pois mentholés (44 euros), les langoustines bretonnes de beau calibre sont rôties à plat et escortées d’un croustillant de mayonnaise au curry (48 euros), le homard bleu est braisé au champagne, accompagné d’un sablé au gingembre et de carotte à l’orange (50 euros). Un authentique style culinaire.

Côté viandes, la rare géline de Touraine est traitée au lard et gnocchi en saison, le bœuf normand est taillé en aiguillettes avec un croustillant de pommes gaufrettes et d’oignons à la truffe noire (42 euros). L’agneau de l’Aveyron est rôti au piment d’Espelette, agrémenté d’un samossa d’épaule à la coriandre et de merguez en feuilleté (45 euros).

On le voit, un vrai travail ciselé dans l’assiette, une volonté constante de forger des goûts et de dénicher des saveurs vraies et complexes. Oui, un cuisinier très doué, inventif, aux présentations d’esthète qui séduit à chaque assiette. Attention à l’attente, cinquante minutes pour le premier plat, l’exquis foie gras d’oie confit, et à la générosité des portions: un cuisinier digne de ce nom doit combler les mangeurs. Desserts classiques de Pascal Paulon dont le chocolat de Guanaja et le praliné noisette (20 euros). Des tarifs sérieux.

Carte des vins riche en champagnes, Roederer à la flûte à 13 euros, Pommard Rugiens à 18 euros. Vaste bar aux larges fauteuils et un pianiste savonnant  des airs connus. Hélas, pas de déjeuner le dimanche au Carmontelle. Aller à l’Étoile en terrasse, face à la piscine.

  • Route d’Apremont, Vineuil Saint-Firmin 60500 Chantilly.
    Tél.: 03 44 58 47 77. Menu à 70 euros, menu dégustation mets et vins à 120 euros, 48 euros en semaine. Chambres à partir de 75 euros par personne avec petit déjeuner buffet. Réceptions, noces et banquets.

 

Nicolas de Rabaudy

PS: Alain Ducasse a mis sur pied un grand dîner de solidarité pour venir en aide aux sinistrés du Japon, le 14 juin, dans les salons du quai d’Orsay à Paris. Les chefs du collège culinaire français, Yannick Alleno, Paul Bocuse, Guy Savoy, Alain Dutournier, Michel Guérard, Gérald Passédat, et trois Japonais dont le Parisien Tateru Yoshino seront aux fourneaux afin de régaler 300 convives dont Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et Madame Harumi Osawa, présidente du French Food Culture Center. Prix du dîner de gala: 1.000 euros par personne.

Demande de renseignements et inscription par mail: [email protected]

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (464 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte