Monde

Une activiste de la «Twitter Revolution» craint l'arrestation

Temps de lecture : 2 min

Natalia Morar, moldave de 25 ans, déjà bannie de Russie pour s'être opposée au Kremlin, dit craindre une arrestation après avoir organisé une manifestation qui a réuni 20 000 personnes et qui s'est soldée par l'attaque du Parlement.

Le rassemblement avait été organisé via Twitter. «Non seulement nous avons sous-estimé le pouvoir de Twitter et d'internet, mais nous avons également sous-estimé la rage des jeunes envers le gouvernement», témoigne la jeune fille.

Elle dit ne pas avoir dormi depuis deux jours et va d'appartement en appartement pour échapper à la police. «Ils surveillent mon appartement et celui de ma mère. Ils sont entrés chez moi sans mandat de recherche. Si ils me trouvent, ils m'arrêtent- et personne ne sait ce qui arrive alors. Je n'ai pas eu de conversation téléphonique et je ne suis pas allée sur internet depuis deux jours de peur d'être repérée.»

Elle a ajouté que c'est «ironique» de voir que les outils qui ont lancé la Révolution Twitter pourraient à présent la trahir.

Un nouveau comptage des bulletins de vote a été organisé en Moldavie le 15 avril. L'opposition parlait en effet de fraude après la victoire du Parti Communiste aux élections législatives.

En savoir plus:

Newsletters

San Francisco vote pour l'interdiction de fumer dans les appartements

San Francisco vote pour l'interdiction de fumer dans les appartements

Il sera néanmoins toujours autorisé d'y fumer du cannabis.

Le Covid-19 serait présent aux États-Unis depuis décembre 2019

Le Covid-19 serait présent aux États-Unis depuis décembre 2019

Des analyses de dons du sang laissent apparaître la présence d'anticorps au SARS-CoV-2 chez certains individus dès la fin de l'année dernière.

L'Espagne a sa loi «sécurité globale» depuis 2015 et voici comment ça se passe

L'Espagne a sa loi «sécurité globale» depuis 2015 et voici comment ça se passe

Alors qu'en France, l'Assemblée nationale vient de voter ce texte controversé, en Espagne, la «loi bâillon» est en vigueur depuis cinq ans. Organisations et journalistes dénoncent un texte qui donne plus de pouvoir aux forces de l'ordre et effraie les citoyens.

Newsletters