Monde

Une activiste de la «Twitter Revolution» craint l'arrestation

Temps de lecture : 2 min

Natalia Morar, moldave de 25 ans, déjà bannie de Russie pour s'être opposée au Kremlin, dit craindre une arrestation après avoir organisé une manifestation qui a réuni 20 000 personnes et qui s'est soldée par l'attaque du Parlement.

Le rassemblement avait été organisé via Twitter. «Non seulement nous avons sous-estimé le pouvoir de Twitter et d'internet, mais nous avons également sous-estimé la rage des jeunes envers le gouvernement», témoigne la jeune fille.

Elle dit ne pas avoir dormi depuis deux jours et va d'appartement en appartement pour échapper à la police. «Ils surveillent mon appartement et celui de ma mère. Ils sont entrés chez moi sans mandat de recherche. Si ils me trouvent, ils m'arrêtent- et personne ne sait ce qui arrive alors. Je n'ai pas eu de conversation téléphonique et je ne suis pas allée sur internet depuis deux jours de peur d'être repérée.»

Elle a ajouté que c'est «ironique» de voir que les outils qui ont lancé la Révolution Twitter pourraient à présent la trahir.

Un nouveau comptage des bulletins de vote a été organisé en Moldavie le 15 avril. L'opposition parlait en effet de fraude après la victoire du Parti Communiste aux élections législatives.

En savoir plus:

Newsletters

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d’officiers biélorusses

Des hackers révèlent les données personnelles d'un millier d’officiers biélorusses

Les militant·es anti-Lukashenko estiment que les forces de l'ordre ne doivent plus être anonymes.

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

Ces personnes blanches qui se prétendent noires (ou la tentation d'être l'opprimé)

L'histoire d'une professeure américaine blanche qui a fait semblant d'être noire pendant des années révèle les écueils d'un certain identitarisme.

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

Un prof américain suspendu à cause d'un mot chinois ressemblant à «nègre»

L'université de Californie du Sud a suspendu un professeur de management qui a prononcé un mot en chinois - «ne-ga» - jugé trop proche du mot nègre en anglais.

Newsletters