Life

Je suis ami Facebook avec ma bagnole

Hugues Serraf, mis à jour le 31.05.2011 à 20 h 43

Votre propre auto débarque sur Facebook et Twitter: il faut bien qu’elle se rappelle à votre bon souvenir, maintenant que vous lui préférez votre PC.

I love my car / Kirstea via FlickrCC License by

I love my car / Kirstea via FlickrCC License by

» Vroum! Retrouvez toutes les chroniques auto d'Hugues Serraf

Dans une étude décrivant l’univers automobile à l’horizon 2025, le cabinet Roland Berger s’inquiète d’une vraie forme de «démotorisation des esprits», au sens du remplacement progressif de l’automobile par les réseaux de communication comme «vecteur de mobilité» chez les jeunes.

«Les valeurs évoluent, estiment les prospectivistes. Au Japon, des sondages menés auprès de lycéens établissent que l’automobile n’arrive plus qu’au 17e rang de leurs centres d’intérêt, les ordinateurs prenant la première place au côté des lecteurs MP3, consoles de jeu et autres téléphones portables. Chez les diplômés entre 20 et 30 ans, la voiture est encore en position numéro 10, mais également derrière le PC. Elle ne se maintient devant l’ordinateur que chez les 40/50 ans, mais à un modeste 7e rang.»

Le plus significatif, c’est que même un marché émergent comme la Chine, où la voiture est toujours perçue comme un élément de modernité, semble affecté par ce phénomène:

«Dans ce pays, les ventes ont jusqu’à présent été portées par la jeune génération, la contribution des moins de 39 ans à la croissance des immatriculations étant passée de 40% à 60% entre 2000 et 2010. Désormais, elle régresse.»

Ces tendances ne peuvent s’apprécier qu’à long terme mais, déjà, on constate que l’explosion de la demande ayant permis à l’Empire du milieu de devenir le premier marché automobile au monde devant les Etats-Unis et l’Europe marque le pas.

Enfin, disons que les ventes continuent de progresser spectaculairement d’un point de vue occidental (+6% entre janvier et avril 2010), mais moins vite que quand ça allait plus vite…

Toyota, un constructeur qui a de la suite dans les idées, tente d’ailleurs d’aller dans le sens du vent en lançant «Toyota Friend» début 2012 ―une espèce de réseau social hybride de Twitter et de Facebook censé faire dialoguer les voitures et leurs propriétaire sur le Web.

Hum, un type qui devient pote avec sa Prius sur Internet, ça donne un sens très 2.0 au terme «autisme» mais peut-être faut-il se défaire de ces préjugés archaïques à l’heure de l’e-G8.

«Dis donc, t’as pensé à mon contrôle technique?»

Les contours précis du service sont encore flous (Toyota ne veut pas que les petits copains en sachent trop tout de suite, même s’il veut que ses clients en apprennent le maximum le plus tôt possible) mais, en gros, une fois abonné aux tweets de votre titine, vous vous mettez à recevoir des messages du genre: «Dis donc, t’as pensé à mon contrôle technique? La date limite avant le PV est largement dépassée?», «Ah, il faudra peut-être refaire le plein parce que je suis sur la réserve, là», «Mon pneu avant gauche est un poil sous-gonflé, rien de grave, mais si on pouvait passer par la station service, ça serait cool…».

Car Akio Toyoda, le boss de la firme japonaise, l’affirme:

«Les réseaux sociaux transforment les interactions humaines et les modes de communication: l’automobile a besoin d’évoluer en phase avec cette transformation

Du coup, avec «Toyota Friend», vous serez également en mesure de répondre sur le même mode à votre voiture: «Ecoute, ça fait deux mois qu’on roule sans contrôle technique à jour, on peut bien attendre encore un peu…», «Bah, je verrai si on ne peut pas siphonner un litre ou deux dans le réservoir de la Peugeot garée derrière toi», «Ah, tu me gonfles, avec tes pneus!»…

Il est d’ailleurs déjà prévu de pouvoir rendre publics ces échanges sur le vrai Twitter et le vrai Facebook, histoire de permettre à vos amis en chair et en os (enfin, si vous en avez) de les suivre et de les commenter.

L’étape suivante est peut-être de laisser les autos vivre leur vie virtuelle indépendamment de leurs propriétaires en se faisant de nouveaux amis, mais c’est juste une intuition personnelle.

Le hic, et je suis certain qu’un visionnaire comme Akio Toyoda y a déjà pensé, c’est qu’on n’aura bientôt plus besoin d’une vraie voiture pour discuter avec elle sur le Net si l’on ne va jamais nulle part et que tout se passe sur l’écran.

Des Nintendogs aux Nintencars, il n’y a guère qu’un tour de roues…

Hugues Serraf

Hugues Serraf
Hugues Serraf (165 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte