Monde

Berlusconi: le chant du cygne milanais

Margherita Nasi, mis à jour le 26.05.2011 à 15 h 03

L'échec de Silvio Berlusconi à Milan lors du premier tour des élections municipales est un signal fort. L'ère Berlusconi court-elle à sa fin? Quelques éléments d'analyse avant le deuxième tour.

Mr President, I suppose, snazzo via Flickr

Mr President, I suppose, snazzo via Flickr

Il terremoto (tremblement de terre), un choc, une brèche à confirmer?... Les titres de la presse italienne sont à la mesure de «lo schiaffo» (la gifle), enregistré par Berlusconi et ses alliés dans certaines villes  du Nord du pays, leur camp de base, lors du premier tour des municipales, le 15 et 16 mai. La Ligue du Nord perd plus de 3 points à Turin, 5 dans la province de Trévise, et 6 dans la province de Pavie. Le PDL perd encore plus: 12 points à Ravenne, 10 à Rimini, 15 à Trieste, 10 à Bologne....

Mais le résultat le plus frappant est sans doute à Milan, ville symbole à plus d’un titre. «Fief politique» de Silvio Berlusconi, comme le rappelle Philippe Foro, auteur de L'Italie de Mussolini et Berlusconi: «Berlusconi est né à Milan, il est l’élu de Milan depuis 1994, et la droite domine dans la capitale économique depuis une vingtaine d’années.» Le président du Conseil avait fait du scrutin milanais un référendum sur sa personne, en appelant les citoyens à le désigner dans le cadre du vote préférentiel.

Les municipales sont également un symbole important pour le Cavaliere, puisque ce sont elles qui avaient motivé son entrée en politique, en 1993, après la victoire de la gauche. Silvio Berlusconi refusait alors la victoire annoncée des «communistes» aux législatives à venir et, l’année suivante, il était pour la première fois élu président du Conseil. Dix-sept ans plus tard, la droite est en ballottage défavorable, une première.

Certes, Giuliano Pisapia, le candidat de la gauche, va devoir attendre les résultats du deuxième tour, les 29 et le 30 mai, avant de crier victoire face à sa rivale du Peuple de la Liberté, Letizia Moratti, mais il n’en reste pas moins que ces élections sont une douche froide pour Silvio Berlusconi. Contrairement à ses habitudes, ce grand communiquant s’est d’ailleurs enfermé dans un éloquent silence les jours suivants ces résultats. Il a de quoi être sonné: son fief lui a préféré un ancien communiste. Signe annonciateur de la fin de son ère?

«C’est un signe évident de la débâcle du personnage de Silvio Berlusconi, observe Vincenzo Susca, maître de conférences en sociologie de l’imaginaire à l’Université Paul-Valéry (Montpellier III) et auteur de A l’Ombre de Berlusconi.  Il y a quelque chose de l’ordre du consommé, de l’obsolète, de la vedette embuée.» Mais si médias et commentateurs s’accordent sur l’importance de ces résultats, cela ne les empêche pas de rester très prudents sur l’analyse de l’échec milanais. Car il ne sonne pas pour autant la fin de Silvio Berlusconi.

Le président du Conseil a de fortes chances de rester en place jusqu’aux prochaines élections en 2013, «sauf si le deuxième tour se solde par un échec et la Ligue se révolte. Mais honnêtement, je ne vois pas quel serait l’intérêt de la Ligue du Nord. Je crois que Berlusconi a encore deux ans devant lui», précise Marc Lazar, professeur des universités à Sciences Po, qui déclare:

«Tout n’est pas en train de changer en Italie. Le gouvernement reste en place, la Ligue affirme ne pas vouloir de nouveau gouvernement, le centre gauche est loin d’avoir résolu tous ses problèmes et a essuyé un revers à Naples.»

Une ritournelle tentante

Si la prudence est de mise, c’est peut-être aussi que la fin de l’ère Berlusconi est une ritournelle pour l’instant jamais vérifiée. «Je suis prudent parce que depuis la première édition de mon livre, en février 2010, j’attends toujours la fin du berlusconisme! explique Antonio Gibelli, professeur d’histoire contemporaine à l’Università di Genova et auteur de Berlusconi ou la démocratie autoritaire. Trop de fois j’ai pensé que nous étions proches de sa fin et j’ai dû constater qu’il a des capacités de rebond considérables.»

«En 1996 Romano Prodi est élu, et on pense qu’il va marginaliser Silvio Berlusconi, rappelle l’historien Philippe Foro. Or en 1998 Prodi est renversé par sa propre majorité. Même scénario en 2008. On a souvent évoqué la fin de Berlusconi en sous-estimant la capacité de la gauche italienne à se suicider.»

Voire en tombant dans une vision manichéenne d’une personnalité plus complexe que ce qu’on a tendance à croire. «Je me demande aussi si, comme Berlusconi est impopulaire dans les médias étrangers, on ne prend pas leurs rêves de fin pour des réalités», continue Philippe Foro. Si l’image du président du Conseil est dégradée, surtout hors des frontières italiennes, les aspects sociaux du berlusconisme qui ont fait sa force, sont passés sous silence, rappelle Foro:

«Pendant longtemps la société italienne s’est structurée autour de quatre grandes bases: la famille, les syndicats, les partis politiques, l’Eglise. Dans les années 1980 et 1990, ces grandes institutions entrent en crise: le monde politique s’effondre à la suite de l’opération judiciaire Mani Pulite, les syndicats perdent leur prise sur la société, et la réussite individuelle devient une valeur toujours plus importante. Berlusconi a su combler ces vides, il représente cette nouvelle Italie qui s’est développée dans les années 1990.»

A Milan, la défaite de la droite n’est pas à mettre sur le seul compte de l’implication de Berlusconi. Au contraire, c’est le manque de leadership de Letizia Moratti et sa contestation par une partie des troupes léguistes qui expliquent pourquoi Berlusconi a engagé sa propre personne dans ce vote et volé au secours de la droite locale. Mais, mais, mais… l’érosion semble réelle. «L’âge du capitaine, les révélations sur sa vie privée, la concentration de son activité pour se bâtir des lois personnelles... sans parler de sa stratégie de communication et de son hégémonie culturelle qui commencent à se défaire.» Autant de signes évidents d’une usure pour Marc Lazar.

La fin du berlusconisme

Silvio Berlusconi, qui s’approche des 75 ans, vieillit. Physiquement, mais aussi et surtout symboliquement.  «Son style, qui pendant un certain moment semblait rencontrer le goût des Italiens, n’est plus que manifestation de vulgarité, il s’est banalisé, explique Antonio Gibelli en évoquant le cas éclatant des blagues berlusconiennes. Au début elles rompaient avec un langage vieux, des vieilles conventions. Aujourd’hui il se répète, c’est un disque cassé. Le mythe berlusconien a accompli sa parabole et est aujourd’hui en déclin.»

Les multiples scandales sexuels auront largement contribué à ternir son image. Et à ronger son électorat. «Un électorat qui certes voyait en Berlusconi le symbole d’une réussite économique mais qui n’en reste pas moins un électorat de bourgeoisie moyenne attaché aux valeurs morales», précise Philippe Foro.

Enfin, la réussite économique elle aussi est remise en question. Milan est en ce sens d’autant plus symbolique: capitale économique du pays, elle est mécontente de la détérioration de la situation économique.

«Un certain nombre de groupes de pression ont protesté, notamment la Confindustria qui a condamné l’immobilisme du gouvernement Berlusconi, et cela a un effet à Milan», précise Marc Lazar.

Si Berlusconi pouvait combler un vide, il semble aujourd’hui rester en place plus par manque d’alternative que par la proposition d’un programme et d’un style convaincants. En ce sens, le taux d’abstention lors des municipales est révélateur: la sanction de son gouvernement est due bien plus aux abstentionnistes qu’à un transfert de voix du centre droit vers le centre-gauche.

Si Berlusconi a des chances de rester encore deux années à la tête du gouvernement, le berlusconisme semble lui courir à son terme.

«Tout ce qu’il a construit comme ensemble de valeurs contradictoires cristallisées autour de sa personne fonctionne moins, estime Marc Lazar. Actuellement le parti qui l’emporte de ce point de vue là est la Ligue, focalisée autour des questions d’immigration, d’ordre, de critique de l’Europe. Dans le combat pour l’hégémonie culturelle, c’est la Ligue qui l’emporte aujourd’hui. La grande responsabilité du Parti démocrate, c’est de ne pas proposer une alternative.»

Et après?

Voilà pourquoi il est si difficile d’imaginer ce que sera l’Italie post-Berlusconi.

«Quand la scène politique a été autant monopolisée par un seul personnage, sa sortie de scène ne peut pas être un événement normal mais tend à avoir des conséquences traumatiques, à changer complètement la scène politique», constate l’historien Antonio Gibelli.

On peut, certes, évoquer différents scénarios: un retour du centre-gauche avec Pier Luigi Bersani; une reconstitution d’un vrai centre autour de Gianfranco Fini ou Pier Ferdinando Casini; un nouveau succès du PDL encore dirigé par Berlusconi, ou alors par quelqu’un comme Giulio Tremonti, l’actuel ministre de l’Economie et des Finances...

Mais aucun n’est vraiment convaincant: la gauche semble encore trop faible, et Bersani trop peu charismatique; le terzo polo a subi un échec cuisant au cours des municipales; quant à une éventuelle succession de Silvio Berlusconi, on a du mal à imaginer un berlusconisme sans Berlusconi, surtout avec quelqu’un qui, comme Tremonti, est aux antipodes du spectacle berlusconien.

Margherita Nasi

Margherita Nasi
Margherita Nasi (42 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte