Monde

Pourquoi attaque-t-on la Libye et pas la Syrie?

Moisés Naím

Comment expliquer que les Etats-Unis et l’Europe bombardent littéralement Tripoli et se contentent de bombarder Damas… de réprimandes? Pourquoi tant d’acharnement à déboulonner le tyran libyen et tant de précautions vis-à-vis de son homologue syrien, tout aussi brutal?

Capture vidéo d'une manifestation, a priori à Homs le 6 mai 2011. REUTERS

Capture vidéo d'une manifestation, a priori à Homs le 6 mai 2011. REUTERS

Commençons par examiner la réponse la plus courante et pourtant erronée: «C’est une histoire de pétrole», aiment à répéter les gens. La Libye dispose d’une grande quantité de brut, contrairement à la Syrie. Selon cette logique, le véritable objectif de l’agression militaire contre la Libye serait à rechercher dans ses champs pétrolifères. Et si la Syrie échappe à une intervention militaire occidentale, c’est parce qu’elle n’a pas beaucoup de pétrole à vendre. 

Pas une histoire de pétrole

Cet argument ne tient pas la route. En effet, un Kadhafi au pouvoir était pour l’Occident une meilleure garantie d’accès au pétrole libyen que le chaos et l’incertitude qui règnent depuis l’opération militaire engagée contre la Libye. Sous Kadhafi, l’activité des compagnies pétrolières occidentales se portait très bien; la dernière chose dont elles avaient besoin était le changement.

Autre réaction répandue: on dénonce l’hypocrisie de Washington, qui nous a habitués au deux poids deux mesures et aux contradictions qui caractérisent ses relations internationales. Aussi juste soit cette observation, elle n’apporte pas grand-chose, car elle ne fait que pointer des incohérences sans en expliquer les causes.

Pourquoi El Assad agit-il en toute impunité?

Comment se fait-il que le boucher de Damas soit à l’abri des représailles exercées contre son jumeau libyen? Les motifs humanitaires qui justifient l’attaque contre le régime de Kadhafi (que j’ai soutenue) sont tout aussi recevables, sinon plus, dans le cas de la Syrie.

La brutalité génocidaire de la famille El Assad est à la mesure du courage suicidaire des Syriens. Depuis deux mois, ils font face aux tanks et aux balles sans autre arme que leur désir de changement. On les massacre, on les torture, on emprisonne leurs proches, et pourtant… les manifestants tiennent bon.

Même dans les villes où les très craints «chabihas» (les miliciens alaouites) ont réprimé la révolte populaire dans le sang, dont le gouvernement dit qu’elles ont «retrouvé le calme» et qu’elles sont «sous contrôle», la population continue de descendre dans la rue pour protester. A chaque fois, elle ne manque pas de se faire massacrer. Pendant ce temps, la réaction des Etats-Unis et de l’Europe est, pour le moins, anémique. Cinq éléments de réponse pour tenter de comprendre cette attitude.

1/ Une armée puissante

Tout d’abord, la Syrie est largement supérieure à la Libye sur le plan militaire: son armée a le plus gros effectif du Proche-Orient; les soldats sont bien équipés et entraînés. Le pays possède, par ailleurs, des armes chimiques et biologiques, sans compter que ses forces paramilitaires font partie des 13 plus importantes du monde. Ce qui n’est pas le cas des forces militaires libyennes, qui sont demeurées fragmentées et sous-équipées sous le règne de Kadhafi.

2/ Le gendarme du monde s’essouffle

Deuxième point: l’usure. La Libye a achevé d’épuiser le petit appétit guerrier qui restait aux Etats-Unis (s’agissant de guerres non motivées par des menaces évidentes pour leurs intérêts vitaux). Les dissidents syriens font les frais des longues et coûteuses guerres menées par les États-Unis en Afghanistan, en Irak et, aujourd’hui, en Libye. Dorénavant, toute intervention militaire de Washington, lorsque ses motivations sont indirectes, sera plus limitée et mûrement réfléchie. Tant il est vrai qu’en matière de guerre, l’Europe ne saurait exister sans le soutien des Etats-Unis. Quant aux valeureux dissidents syriens, ils sont livrés à leur propre sort.

3/ Le risque de déstabiliser la région

Troisième raison de ce choix de non-intervention en Syrie: les voisins. De part et d’autre de la Libye, se trouvent l’Egypte et la Tunisie –les joyaux du «printemps arabe». La Syrie, elle, jouxte le Liban, Israël, l’Irak, la Jordanie et la Turquie. Tout est dit.

4/ El Assad a de multiples soutiens

Quatrième élément de réponse: les alliés. Kadhafi n’a pas d’alliés. Ses propres fils voulaient l’évincer du pouvoir et, du reste, dans le cadre d’une décision sans précédent, la Ligue arabe s’est dite favorable à l’intervention militaire en Libye. Ce n’est pas le cas de Bachar el Assad, qui compte de puissants alliés au sein et en dehors de la région, à commencer par l’Iran (et, par voie de conséquence, le Hezbollah et le Hamas).

Il n’est même pas certain qu’Israël et Benyamin Nétanyahou préféreraient voir s’opérer une transition chaotique en Syrie plutôt que de laisser la famille El Assad aux rênes du pouvoir. Asma el Assad, l’épouse du dictateur syrien, avait reçu les honneurs du magazine Vogue à la faveur d’un portait avantageux: «La plus fraîche et magnétique des premières dames… chevelure et yeux bruns, cou élancé et d’une grâce énergisante.» Drôle de façon de bombarder...

5/ A qui s’adresser?

Cinquième argument: il n’y pas d’autres responsables politiques sérieux. Récemment, deux hauts fonctionnaires de la Maison Blanche ont déclaré que la timide réponse américaine face aux événements qui secouent la Syrie était en partie due à l’absence d’interlocuteur sérieux au sein de l’opposition. Washington ne sait pas à qui s’adresser. Un autre haut fonctionnaire américain, qui a tenu à rester anonyme, m’a expliqué avec conviction qu’en cas de renversement du régime syrien, le chaos et les massacres seraient bien pires que ce qu’ont connu les autres pays arabes où une transition démocratique est en marche.

C’est bien possible. En tout état de cause, les Syriens n’ont pas l’air d’être au courant de tout cela. Ils continuent à participer aux manifestations de rues –quoi qu’il leur en coûte.

Moíses Naím

Traduit par Micha Cziffra

Moisés Naím
Moisés Naím (203 articles)
Editorialiste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte