Culture

Pardon

Marc Ménonville, mis à jour le 17.04.2009 à 11 h 31

Comment? Vous n'avez pas encore demandé pardon? Nous devrions renoncer à tenter de vous mettre à la page et au dernier cri. Hype et glam, quoi! Mais, bon prince en ces temps pascals, nous vous accordons pourtant notre pardon. Allez, et ne péchez plus. Dépêchez-vous, en clair, de solliciter qui vous voulez de vous pardonner ce que vous voulez. La tendance le requiert.

En manière d'introduction à nos divagations, allons-y d'un couplet à la manière du Théodore Botrel de la "Paimpolaise", sans queue ni tête, au vrai, mais surréaliste d'inspiration:

Pour paraître cool et à l'aise,

Pensez à demander pardon.

C'est plus doux que la crème anglaise,

Ça pique moins que le chardon.

Le XXIe siècle qui commence à peine change le pardon — le quémander et l'octroyer - en rite majeur des liturgies du Politique et du Social, de National et de l'International. Tous s'y appliquent dare-dare, dans l'espoir qu' il en restera toujours quelque chose en termes de statut. Car le pardon n'est pas l'apanage du commun. Implorer ou consentir le pardon urbi et orbi (en présence, s'entend, de la Presse congrûment convoquée), ça vous pose, et pas qu'un peu! Je demande pardon donc je suis, aurait théorisé René Descartes. Dans cet exercice, le pape s'est illustré à temps et à contretemps (le Saint Esprit prenait, lui aussi, ses RTT, croyons-nous). Le célèbre Douch n'a pas trouvé d'autre système de défense. On vient d'entendre la contrition de Bernard Madoff. On s'attend, d'un jour à l'autre, à voir l'inventeur des subprimes accomplir le rituel à son tour. Et Jérôme Kerviel, dit-on, prendra sa suite. Une fournée de banquiers et de chefs d'entreprise s'y sentiront eux aussi appelés, parions-le, dans les semaines à venir.

On s'en voudrait, tant qu'on y est, de ne pas noter l'inspiration pétainiste de la Jeanne d'Arc du Poitou-Charentes. À sa place, soit dit en passant, on se méfierait de cette appellation: elle évoque un Génie des Carpates qui a mal fini. On préfèrerait être surnommée Notre-Dame des boubous ou la Pétroleuse de Melle. Chacun, en bref, se souvient du discours du 24 avril 1941. "Je tiens, disait le Maréchal, toutes les promesses, même celle des autres". En proie à ses désirs d'avenir, la Pasionaria du chabichou entreprend aujourd'hui de demander pardon de toutes les fautes, même de celles des autres. Abyssal, non? Les Africains n'en revendiquaient pas autant, sans doute. A la différence des Antillais qui savent du même mouvement, il est vrai, exiger de la Métropole la repentance et la mise en œuvre sans délai du RSA.

Par fidélité aux principes de la Démocratie, on se doit pourtant de reconnaître à tous et toutes, y compris, par conséquent, à la Madone du Zénith, le droit de faire la tournée des outremers pour y moissonner les voix - laissez venir à moi les petits électeurs, auraient écrit les évangélistes - et provoquer des occasions de faire parler de soi à bon compte. Là encore, vu que le ridicule ne tue plus (que de morts, sinon, quelles hécatombes!), il devrait toujours en rester quelque chose. On existe comme l'on peut, quitte à s'exposer à la riposte existentielle: de quoi je me mêle?

Non pas que demander pardon relève par nature du registre du bouffon. Quel souffle et quelle grandeur quand Willy Brandt s'agenouille devant le monument du Ghetto de Varsovie! Quelle humilité quand Louis XIV, à l'heure de sa mort, bat sa coulpe pour son goût "de la guerre et des bâtiments"! Mais n'est pas chancelier ou roi qui veut. Tel ou telle qui se croit "en capacité", comme l'on jargonne rue de Solferino sur le modèle du "en situation" de Sartre, de demander pardon, sombre, à son insu, dans le grotesque.

À tant crier Noël qu'il vient, se moquaient nos ancêtres. À tant demander pardon qu'on naîtra bientôt pardonné d'avance. Pour ce que le pardon est le propre de l'Homme, sourira un Rabelais du futur.

Et si nous avons lassé ou irrité le lecteur, nous lui… présentons nos excuses!

Marc Menonville

Marc Ménonville
Marc Ménonville (25 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte