Tech & internet

Le ver est dans Twitter

Temps de lecture : 2 min

Le site de micro-blogging Twitter a été attaqué à quatre reprises par un ver informatique le week-end dernier. Les administrateurs du site ont dû supprimer 10.000 messages pour endiguer la propagation du ver, un programme malveillant capable de se propager sur un réseau en se copiant lui-même sur un simple clic d'utilisateur.

Selon le blog de Twitter, qui explique le déroulement des attaques, la première salve a eu lieu le samedi à 2 heures du matin, et la dernière, dans la nuit de dimanche à lundi. Biz Stone, l'un des fondateurs du site communautaire, a assuré lundi que le ver n'avait causé aucun dégât: «Aucun mot de passe, numéro de téléphone ou autre information sensible n'ont été compromis lors de ces attaques», a-t-il précisé sur le blog du site.

Cnet.uk, spécialiste des nouvelles technologies, attribue à un jeune pirate new-yorkais de 17 ans au moins deux de ces attaques.

Le site de socialisation MySpace avait subi en 2005 une attaque comparable, avec les assauts du ver Samy, du nom de son jeune auteur, Samy Kamkar, condamné depuis.

(Photo: Flickr, playerx)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters