France

La droite la plus vieille du monde

Jacques Attali, mis à jour le 12.05.2011 à 19 h 14

Vous avez dit assistanat? Les propos de Laurent Wauquiez sur le RSA sont choquants, mais ils montrent combien il est urgent de repenser notre façon de répondre au chômage et à la pauvreté. Par Jacques Attali

Une «poorhouse», maison de pauvres de Stockholm / Wikimedia Commons

Une «poorhouse», maison de pauvres de Stockholm / Wikimedia Commons

Les propos de Laurent Wauquiez contre le RSA appellent trois commentaires.

1 • Sur la personne de Laurent Wauquiez

Il est, pour moi, a priori, un homme honorable, issu de la droite républicaine, ayant fait des études décentes, capable donc de comprendre le sens des mots qu’il emploie.

Et pourtant, il vient de franchir, pour la deuxième fois en trois mois, la ligne jaune: après avoir eu des propos à connotation évidemment antisémite (involontaire, sembla-t-il alors aux esprits les plus  indulgents) à propos de Dominique Strauss-Kahn, voilà qu’il récidive en traitant cette fois la pauvreté et l’assistanat de «cancer de la société».

Épouvantable. Et cette fois, il ne saurait prétendre, comme dans le cas précédent, à une mauvaise interprétation de ses propos; il s’agit clairement d’une assimilation de tout soutien aux plus faibles à une maladie mortelle pouvant détruire la société.

Dans les deux cas, il ne regagnerait mon estime, si tant est qu’elle lui importe, qu’en s’excusant de ces écarts de langage. S’il ne le fait pas, c’est qu’il les assume. Et il serait alors passé, pour moi, de l’autre côté du miroir.

2 • Sur la critique de l’assistanat

La droite a toujours eu du mal à accepter, par nature, qu’on prenne aux plus riches pour le bénéfice des plus démunis; et en particulier elle a longtemps dénoncé tous les soutiens aux chômeurs, aux pauvres, aux malades, aux handicapés; c'est-à-dire à tous ceux que les puissants rêvent depuis toujours de contraindre au travail pour le salaire le plus bas possible.

On trouve d’ailleurs des propos  identiques à ceux Laurent Wauquiez dans la bouche des dirigeants britanniques de la fin du XVIIIe siècle, quand apparut la première loi d’assistance aux plus pauvres (dite la loi de Speenhamland); jusqu’à ce qu’ils réussissent, avec la loi de 1834, avec les mêmes arguments que Laurent Wauquiez, à renvoyer les pauvres au travail forcé dans les effroyables workhouses que Karl Marx, et bien d’autres, dénoncèrent ensuite.   

3 • Sur la réponse à la pauvreté et au chômage

Il est triste de voir, une fois de plus, les démocrates, de gauche comme de droite, se contenter de s’indigner de cette remise en cause des acquis les plus fondamentaux de la République.

En acceptant de débattre de la question de savoir si les allocations à ceux qui sont privés de travail sont suffisantes ou excessives, ils font ainsi le jeu de la droite extrême; car celle-ci convaincra toujours les contribuables qu’ils paient trop d’impôts pour rémunérer ceux qu’elle dénonce comme des paresseux.  

Les démocrates devraient plutôt s’indigner de l’échec de nos sociétés, qui fabrique la pauvreté et le chômage et crée le besoin de telles allocations. Et ils devraient en priorité s’intéresser aux vrais moyens d’y échapper.

Le RSA n’est pas la solution à la pauvreté; il correspond à une conception aussi archaïque que celle de ceux qui s’y opposent: à la droite cynique du XIXe siècle qui refuse toute assistance, le RSA oppose la droite caritative et hypocritement charitable du même XIXe siècle. La réponse du XXe siècle était déjà autre: donner du travail à tous, par l’action de l’Etat.

Devant le désir croissant de savoir, de dignité et de liberté, la réponse du XXIe siècle est d’aider les gens à se former pour évoluer dans leurs vies professionnelles, pour trouver un travail valorisant (la flexisécurité et le contrat d’évolution) ou pour créer une entreprise (la microfinance et le coaching).  

Toutes les expériences démontrent que faire confiance, et croire en la potentialité de chacun est la meilleure façon de se passer de l’assistanat.

Si on voulait bien déplacer le débat sur ces vrais terrains, on se rendrait compte que là est le véritable échec de la  classe politique française: la droite en est restée à une vision compassionnelle de la pauvreté  et n’a pas généralisé le contrat de transition professionnelle, qui constituait l’amorce d’une flexisécurité à la française (et que nous avions appelé «contrat d’évolution» dans le rapport de la commission que j’ai présidé).

Et la gauche ne parle même pas de flexisécurité et de création de microentreprise dans son programme. (Pire même: les rares qui en parlent, dans les syndicats ouvriers, la nomme «sécurité sociale professionnelle», comme si le chômage était, pour eux aussi, une maladie).

Il est urgent, pour la classe politique, de comprendre le siècle qui commence, d’en évaluer les aspirations et les outils  nouveaux, pour ne pas entraîner le pays dans des chemins sans issue. Pour ouvrir à un monde qui peut encore être un lieu d’épanouissement.  

Jacques Attali

Jacques Attali
Jacques Attali (175 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte