Economie

De l’influence politique des agences de notation

Gilles Bridier, mis à jour le 22.04.2011 à 7 h 59

Les agences de notation financière ne font pas de politique, mais les politiques subissent leur influence. Assimilées à la finance internationale, elles servent de repoussoir aux partis qui, dans l’Union européenne, prônent un retour aux nationalismes étroits.

Alphabets / kvanhorn via Flickr CC license by

Alphabets / kvanhorn via Flickr CC license by

La confiscation d’une partie du pouvoir du politique par la finance n’est jamais plus évidente que lorsque les agences de notation financière dégradent la qualité de la dette d’un Etat. Dans le cas des Etats-Unis, le seul signal d’une possible future dégradation par une seule agence, Standard & Poor’s, a suffi pour faire décrocher toutes les places boursières.

Et le président des Etats-Unis est monté au créneau pour renouveler sa volonté de réduire le déficit budgétaire, se sentant obligé de réagir au simple avertissement d’une agence de notation.

C’est dire l’ascendant mondialement acquis par les trois agences (Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch), toutes de culture anglo-saxonne.

La spirale interdite

On n’en finirait pas de souligner l’absurdité d’un système qui les conforte dans une position de juge, alors qu’elles n’ont pas su empêcher la dernière crise économique mondiale.

Le plus absurde étant qu’elles sanctionnent aujourd’hui des Etats qui, pour éviter un blocage de l’économie et enrayer la crise, ont créé de la dette publique en rachetant la dette privée des institutions financières. Celles-là même que les agences de notation étaient censées surveiller, sans succès.

Mais les opérateurs de marchés continuant de faire confiance à ces agences, les gouvernements se trouvent contraints de prendre leur notation en compte. Car ce sont elles qui évaluent le niveau de risque des investisseurs lorsqu’ils souscrivent aux emprunts émis par les Etats. Or, les taux des emprunts en dépendent.

Par exemple, début avril avant de réclamer l’aide de l’Union européenne et du FMI, le Portugal mal noté devait concéder des taux sur les marchés trois fois plus élevés que pour la France.

Si la note baisse, les taux montent, le service de la dette s’alourdit, le risque de défaillance s’accroît, impliquant une nouvelle dégradation, et ainsi de suite.

Pour ne pas être entraînés dans cette spirale, les Etats sont obligés de mettre en place des politiques budgétaires qui leur permettent de réduire leur déficit, en augmentant les impôts ou en diminuant les dépenses. C’est alors que, par agences interposées, les marchés dictent leurs conditions aux politiques.

On chercherait en vain une légitimité à ces agences. Mais c’est un fait: elles existent et jouissent d’une influence énorme auprès des investisseurs financiers du monde entier. Ce qui ne se décrète pas. Et qui fonde, malgré les critiques, leur efficacité.

S&P dans le débat américain

Dans le cas des Etats-Unis, la note attribuée par S&P reste la plus élevée possible, soit triple A.

L’agence, en l’occurrence, a juste émis une perspective négative, compte tenu du niveau élevé de l’endettement américain (15.000 milliards de dollars fin 2011, contre 10.000 milliards en 2008).

Elle s’invite malgré tout dans le débat entre les démocrates et les républicains sur la politique économique du pays. Pour réduire le déficit budgétaire de 4.000 milliards de dollars en 12 ans, Barak Obama envisage des coupes dans les dépenses de l’Etat ainsi qu’une augmentation des impôts, mais ne renonce pas à son programme de couverture sociale (Medicare et Medicaid).

Face à lui les républicains, qui souhaitent au contraire obliger l’Etat à baisser les impôts et à réduire drastiquement toutes les dépenses publiques, réclament une remise en question de ce programme.

Que l’opposition républicaine, majoritaire au Congrès et soutenue par les radicaux anti-démocrates du Tea Party, se montre inflexible, et la Maison-Blanche devra revoir sa copie sous la pression des marchés.

Langage codé

Pour Carole Sirou, présidente de Standard & Poor’s France et responsable de la zone francophone, l’objectif de S&P ne consiste pas à placer une épée de Damoclès au-dessus de chaque Etat.

«Un ratio est une chose, son appréciation qualitative en est une autre. Les investisseurs ont parfois trop tendance à ne regarder que la note sans l’analyser.»

En fait, les décisions des agences de notation sont annoncées longtemps à l’avance pour qui veut se donner la peine de décrypter le langage codé des agences.

S’agissant des Etats-Unis, Jean-Michel Six, chef économiste Europe de l’agence, déclarait en 2010 à l’occasion d’une rencontre avec l’Association des journalistes économiques et financiers:

«Aucune note 3A n’est éternelle.»

Et il n’excluait pas une dégradation des Etats-Unis par Standard & Poor’s.

Même chose en Europe, où quatre pays –la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Irlande– ont récemment vu leur note abaissée. Mais pour Carole Sirou, la dégradation doit être nuancée:

«Nous n’avons jamais noté triple A l’ensemble des pays de la zone euro. Dès 2005, nous avions signalé des risques sur les finances publiques sur la Grèce et l’Irlande, et le risque irlandais lié aux banques a été identifié dès janvier 2009.»

On relèvera aussi que ce ne sont pas les agences de notation qui créent la dette publique. Et que, agences où pas, les Etats ne peuvent accumuler de la dette sans chercher à contenir leurs déficits. S&P, Moody’s ou Fitch défendent exclusivement les intérêts des investisseurs en créant des niveaux d’alerte sur la solvabilité des pays.

Les conséquences sur le niveau de vie des populations ne les concernent pas. Mais leur mode opératoire amplifie les effets de la spéculation et devient un facteur d’aggravation des crises. A ce titre, les politiques, eux, ne peuvent les ignorer.

L’Europe prise en tenaille

En France, l’Autorité des marchés financiers soulignait elle-même, l’an dernier dans un rapport, le caractère néfaste de la notation de la dette souveraine des Etats et critiquait le calendrier des annonces.

D’une certaine façon, la France s’est sentie visée lorsque, en 2010 pour éloigner le spectre d’une dégradation, Nicolas Sarkozy mit en œuvre dans la précipitation une réforme des retraites qui ne figurait pas à son programme.

Les conséquences de la pression financière se lisent dans les résultats des élections. Parce qu’ils jugent les politiques d’austérité trop rudes et en font porter la responsabilité à la finance internationale, les électeurs en Europe redeviennent sensibles aux propositions les plus nationalistes qui promettent un retour à meilleure fortune par un repliement sur soi.

C’est le cas en Irlande et en Grèce par refus des sacrifices imposés. Au Portugal, le projet de plan d’austérité a déclenché une crise politique.

Plus grave: dans les pays qui ne sont pas dans le collimateur des agences mais qui sont sollicités pour que s’exerce la solidarité européenne, le même réflexe de repli peut être observé, en Allemagne ou en Finlande, avec là-aussi une montée des europhobes. Une véritable tenaille!

En France, cette pression de la finance internationale est invoquée par le Front national pour sortir de l’euro, alors que tout abandon se traduirait par une fragilisation de la monnaie aux conséquences incalculables.

Le résultat est là: les agences de notation ne sont pas à l’origine de la résurgence des nationalismes étroits, mais elles sont assimilées à la finance internationale qui, elle, est un repoussoir pour certains partis. Elles ne font pas de politique, certes. Mais elles ne sont pas sans influence.

Gilles Bridier

Gilles Bridier
Gilles Bridier (663 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte