Economie

La campagne fait des euros

Gilles Bridier, mis à jour le 16.04.2011 à 8 h 56

Avec la prime de mille euros promise par Nicolas Sarkozy aux salariés des entreprises distribuant des dividendes, plus de doute: le président commence sa course pour 2012.

Des faux euros saisis en Espagne. REUTERS/Susana Vera

Des faux euros saisis en Espagne. REUTERS/Susana Vera

Les syndicats n’ont pas vu le coup venir, le Medef ne l’attendait pas de côté-là. En général, c’est plutôt le PCF ou la CGT qui réclament une prime de 1.000 euros. Mais cette fois, la demande est venue… du gouvernement. Et, en réalité, de l’Elysée. François Baroin, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement, a annoncé la mise en place d’un dispositif liant le versement des dividendes aux actionnaires à une prime exceptionnelle pour les salariés, de 1.000 euros au moins.

Une disposition qui rappelle les déclarations de Nicolas Sarkozy, en 2009 et encore en janvier 2010, à propos d’une nouvelle répartition des bénéfices des entreprises. Mais à en croire la diversité des réactions et l’absence de positionnement clair de la droite comme de la gauche, tout le monde est pris au dépourvu.

Des mesures électoralistes

Ces propos, au moment où tous les partis d’opposition ne parlent que de primaires et où les candidats à l’élection présidentielle se poussent dans les médias, ont une lourde connotation électoraliste.

Le président sortant veut rappeler à l’opinion qu’il sera aussi de la partie, que l’ex-candidat du pouvoir d’achat entre dans l’arène en promettant à un an des élections ce qu’il n’a pas fait durant les quatre premières années de son mandat.

La dernière déclaration de François Baroin n’est d’ailleurs pas la seule à s’inscrire dans ce registre destiné à se rapprocher des classes moyennes.

Le bouclier fiscal, mesure phare du premier mandat de Nicolas Sarkozy, va disparaître alors que le président en a défendu le principe dans la crise contre ses adversaires et certains de ses amis. 

Même l’ISF qui, dans une sorte de donnant-donnant, devait disparaître au cas où le bouclier fiscal serait remis en question, sera maintenu.

Après avoir défendu les détenteurs de capital afin qu’ils ne choisissent pas l’évasion fiscale mais investissent dans les entreprises de l’Hexagone, Nicolas Sarkozy opère une volte-face qui ne manquera pas d’animer les débats.

Quelle vision peut être à l’origine de ces revirements politiques? Nul doute que l’échec de la majorité aux dernières élections cantonales après celui des régionales, et la baisse de popularité du chef de l’Etat, ont pesé dans ce recadrage.

Mais les sondages ne définissent pas une vision. Et on n’élit pas un chef d’Etat pour sa capacité à s’adapter à la pression des urnes. Si l’objectif consiste à désorienter la gauche en la privant de repères pour mener ses attaques, la tactique peut porter ses fruits. Mais la majorité pourrait bien s’en trouver toute déboussolée également.

Après le débat sur la laïcité plutôt contre performant pour l’UMP, le sujet ressorti des tiroirs est plus proche de la vie quotidienne des Français, sur la base d’un nouveau partage des fruits de la croissance.

Le précédent de la règle des trois tiers

En fait, le sujet n’est pas nouveau. Mais le dossier semblait enterré. Nicolas Sarkozy gardait-il une poire pour la soif à un an de l’élection présidentielle?

En mai 2009, Jean-Philippe Cotis, directeur général de l’Insee, remettait au président de la République un rapport sur le «partage de la valeur ajoutée, partage des profits et écarts de rémunérations en France».

On y lit que «le salaire net de 2007 n’est supérieur que de 20% à celui de 1983, soit moins de 1% de croissance annuelle en termes réels». Moins que l’inflation, en tout état de cause. Et, dans la répartition du profit, on lit que 57% sont consacrés à l’investissement alors que 7% vont aux salariés (en plus de leurs salaires, sous forme de participation d’intéressement ou d’épargne salariale) et 36% aux détenteurs de capital.

Que de grain à moudre! Pour redresser la situation, Nicolas Sarkozy préconisait alors la règle des trois tiers: un pour l’Etat à travers les impôts, un pour les actionnaires et un pour les salariés.

Feu nourri de critiques sur la méthode

Très vite, de toute part, on tenta de colmater la brèche ouverte par le président de la République.

Le Conseil d’analyse économique, pourtant rattaché aux services de Matignon, publia un rapport sur le «partage des fruits de la croissance en France» [PDF] pour déconseiller toute modification des clés de partage de la valeur ajoutée.

On y apprend qu’une répartition des profits en trois tiers se traduirait par «un effondrement des marchés d’actions en France, une augmentation du chômage via un phénomène de substitution du capital au travail et par des délocalisations massives des usines et sièges sociaux».

Difficile d’être plus critique sur les hypothèses élyséennes. Et sans équivoque, ce rapport conclut que la répartition primaire actuelle de la valeur ajoutée en France ne justifie pas une intervention publique visant à modifier ce partage.

Autre réaction. Dans une note, Terra Nova, club de réflexion proche du Parti socialiste, ôtait également tout crédit à cette règle des trois tiers:

«Même en laissant de côté le caractère suranné d’une telle mesure dirigiste, elle n’en obéit pas moins à une logique erronée: la volonté de “tordre” la répartition de la valeur ajoutée, le financement du pouvoir d’achat des salariés par prélèvement sur les profits des entreprises.»

Mais il livrait aussi d’autres axes de travail pour un nouveau partage des fruits de la croissance:

«Il y a bien une baisse de la part de la rémunération de la très grande majorité des salariés, pour faire simple pour 80% des salariés de la classe moyenne. Mais cette part n’a pas été captée par les profits. Elle l’a été par d’autres salariés, pour les trois quarts par les plus hauts salaires, pour un quart par les bas salaires. Le “salarié moyen” se trouve à la fois distancé par les hauts salaires et rattrapé par les bas salaires, alimentant son sentiment de ne pas bénéficier équitablement des fruits de la croissance.»

Une cible: les classes moyennes

Ainsi Terra Nova exprimait-il le but poursuivi aujourd’hui par Nicolas Sarkozy: redevenir le président du pouvoir d’achat pour les classes moyennes dont les bulletins de vote ont tant fait défaut aux candidats du parti présidentiel aux dernières élections. Cette fois, pas avec une règle des trois tiers, mais en agitant une enveloppe de 1.000 euros. En communication, le coup peut faire mouche.

Dans la réalité, on imagine mal un dispositif traitant en même temps des PME et des grands groupes, amalgamant le secteur des services et l’industrie…

Le patronat, vent debout, met en garde contre les effets d’une telle mesure par rapport à la concurrence internationale, et souligne la possible désaffection des actionnaires qui craindraient de voir leurs dividendes ponctionnés.

Les syndicats soulignent qu’une telle mesure ne saurait remplacer des revalorisations salariales… mais celles-ci, dans le privé, ne se décrètent pas.

On pourrait plutôt imaginer une réactualisation des négociations salariales, sous la responsabilité des partenaires sociaux, mais l’effet médiatique serait anéanti.

Et dans le secteur public, faudrait-il imaginer une déclinaison de la mesure? Probablement pas. Grogne sociale garantie.

Le Centre d’analyse stratégique (CAS) préconise de promouvoir une plus grande «culture participative» dans les entreprises, en cherchant une meilleure complémentarité des dispositifs de participation. Il propose aussi d’améliorer l’efficacité de l’actionnariat salarié en assurant la représentation des actionnaires salariés.

Nicolas Sarkozy prend tout le monde à contre-pied. François Baroin assure que la mesure liant dividendes et primes aux salariés sera incluse dans un collectif budgétaire en juin. Le président est entré en campagne électorale.

Gilles Bridier

Retrouvez ceux qui feront 2012 sur Wikipol.

Gilles Bridier
Gilles Bridier (663 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte