Culture

Les nouvelles figures de style des noms de groupes

Eva Sauphie, mis à jour le 27.03.2011 à 8 h 49

Répétitions, surréalisme, franglais... Les noms de baptême des groupes pop-rock sont devenus un inventaire de bizarreries en tout genre.

Une affiche du groupe Au Revoir Simone. roland via Flickr CC License by

Une affiche du groupe Au Revoir Simone. roland via Flickr CC License by

Qu'on se l'accorde, ce qui fait la renommée d'un groupe (outre son supposé talent), c'est aussi son image, laquelle est notamment véhiculée par un nom de scène. Des années 60 jusqu'à la fin des années 90, il n'y avait guère de place pour les pseudos de fillette parmi la scène rock anglo-saxonne et hexagonale. Anarchie, révolution et rock attitude étaient les seuls credos.

Il convenait d'insuffler une image de trublions et d'adopter un nom de scène faussement rebelle à l'exemple des Blousons Noirs ou de Black Rebel Motorcycle Club, percutant et incisif comme The Clash, gentiment provocateur —pensez Suicide, Sex Pistols et plus tard The Libertines—, ou encore à charge symbolique (Nirvana en tête). En somme, quelque chose de fort, capable d'être explicité en interview pour avoir l'air intelligent et manifester une aura d'artiste génial. Mais est-ce bien le cas de la nouvelle génération rock indé?

Au début des années 2000, on a vu arriver la tendance répétition à tout va avec Birdy Nam Nam, Gang Gang Dance, Hey Hey My My, Pony Pony Run Run, The Ting Tings et consorts. Depuis, on est entré dans l'ère de l'auto-dérision et de la culture LOL: plus c'est ringard et kitsch, mieux c'est! A l'exemple d'une musique qui se mâtine de sonorités typées 60s et 70s, les noms de groupes se veulent surannés, propulsant toute une imagerie absurde et bon enfant. D'où une nouvelle vague de noms complètement WTF qu'on imagine basés sur le principe du cadavre exquis ou relevant du simple fruit du hasard.

Pensez ce que vous êtes, à ce que vous portez, misez à fond sur le syndrome de Gilles de la Tourette et vous obtiendrez un nom d'artiste complètement tiré par les Cheveu. Vous avez suivi? Exploration en quatre actes.

Le pseudo ingooglisable

Du bon usage de la figure de substitution

Ils enthousiasment la critique musicale pour avoir livré un premier essai prometteur ou un deuxième album confirmant leur réputation, mais ils sont surtout la cible favorite des journalistes amateurs de gros titres aux jeux de mots tarabiscotés. Le point commun entre Cheveu, Tennis et The Shoes, si ce n'est une recherche avancée compliquée pour tomber sur leur MySpace? Maîtriser à la perfection l'art de la substitution.

Quand les uns se réifient, se prenant tour à tour pour une paire de chaussures ou un sport, les autres préfèrent la synecdoque et se réduisent à un simple poil crânien. Ainsi Cheveu,  trio parisien de lo-fi symphonique, comme il aime à définir sa musique, aurait-il opté pour ce nom en opposition au star-system. Un choix louable mais qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe.

Concurrent direct au groupe Housse de Racket, Tennis semble lui avoir une passion immodérée pour les activités sportives, à en croire l'un des extraits de son premier album (Cape Dory), intitulé Marathon. Sinon, aucune logique apparente entre leur twee-pop et un quelconque jeu de raquette. Et ce n'est pas avec le tandem français The Shoes qu'on trouvera meilleure explication.

Guillaume et Benjamin sont-ils de fins collectionneurs de chaussures et les équivalents masculins de Carrie Bradshaw? Rien n'est moins sûr. En 2008, après avoir posté quelques morceaux sur le net, ils se font repérer, et très vite il leur faut un visuel et un nom de groupe pour se lancer: le duo prend spontanément ses baskets en photo, sans savoir qu'avec un pseudo pareil il marcherait vers la gloire.

Le principe de la définition

Décris-toi et je te dirai qui tu es... ou pas

Bienvenue dans le délire complet, tant les noms de groupes à venir pratiquent tous avec maestria l'art du surréalisme. Le duo electro-rock I Am Un Chien puise ainsi directement son nom de scène dans les paroles «I am un chien andalousia», extraites de la chanson Debaser des Pixies, qui ne sont pas sans rappeler le titre du court-métrage de Luis Bunuel et Salvador Dali.

Autre adepte du blase frenglish, le groupe We Are Enfant Terrible. Une composition savamment orchestrée: «Enfantin avec le côté jeu vidéo, terrible pour le côté punk de notre musique, le mélange de français et d'anglais qui représente bien notre joyeux bordel organisé. [….] On aurait pu faire des grandes références du genre Jean Cocteau, mais ca n'aurait été que mensonges et balivernes, on ne sait pas lire!», ont expliqué la claviériste et chanteuse Clo et le batteur Cyril dans une interview accordée au site Notulus.

Mais la palme de l'illogisme revient au Corps Mince de Françoise aka LCMF, trio féminin originaire d'Helsinki que forment Emma et Mia Kemppainen et Malin Nyqvist, qui démonte dans une vidéo réalisée par l'équipe Le Cargo sa théorie onomastique: «Malin avait un chat qui s'appelait Françoise, mais il était anorexique, il est devenu de plus en plus petit et il est mort. On a gardé le nom de Françoise pour le groupe et on a choisi Le Corps mince de Françoise pour dire "Repose en paix!"».

Et l'une des trois Françoise d'ajouter: « En fait, c'est drôle parce que c'est un prénom féminin en France, non?». Bonne remarque mademoiselle! Il semblerait que les prénoms ayant connu leurs heures de gloire en France disons, dans les années 1932, bénéficient aujourd'hui d'un regain de popularité, comme en témoigne le sobriquet choisi par les Helvètes de Solange la Frange en référence à la grand-mère de la chanteuse Julie, et évidemment à leur coupe de cheveux —faisant ainsi brillamment de l'ombre à La Roux.

La théorie de la salutation

Ou de l'acclimatation culturelle pour un meilleur accueil en tournée

On ne pouvait pas trouver meilleure transition pour annoncer le projet à trois têtes d'Au Revoir Simone: eh oui, encore un prénom d'antan! Mais ce qui nous intéresse ici reste l'admirable capacité d'acculturation dont fait preuve le trio de synth-pop. Les demoiselles natives de Brooklyn sont pour ainsi dire quasi-certaines d'attirer la sympathie du public français à chacune de leurs escales en tournée hexagonale, maîtrisant (au moins) une formule de politesse dans la langue de Molière. D'ailleurs, elles jouaient à guichet fermé au Nouveau Casino l'été dernier.

Mais comment expliquer un patronyme pareil pour trois Américaines? En réalité, elle tireraient leur nom d’un personnage secondaire du film Pee-Wee Big Adventure de Tim Burton. D'accord, mais pour le «Au revoir», alors? Oui, parce que chez nous l'expression c'est «En voiture Simone»! D'autres sont un rien plus chaleureux et nous saluent avec entrain: c'est le cas de Bonjour Afrique, à ceci près que le duo ne fait pas de world music et n'a, à notre connaissance, jamais joué en dehors de notre sol.

La carte d'identité

Sexe, profession et situation familiale

Pourquoi faire compliqué quand on put faire simple? Telle semble être la maxime d'une petite brochette d'artistes: nul doute, La Femme appartient bel et bien au sexe féminin mais s'entoure néanmoins d'une bonne dose de testostérone sur scène. La Fiancée est quant à elle engagée depuis 2009 avec la folk music à la française, mais vient pour l'heure d'enfanter un troisième EP baptisé Trois. Tandis que Les Chanteuses, on ne pouvait pas faire plus limpide, elles chantent! Depuis peu certes, sans doute Victoria Olloqui et Priscilla de Laforcade ont-elles besoin de se réclamer de la profession... A vérifier après écoute de leur premier album, au titre tout aussi évident: Dernier album.

Eva Sauphie

Eva Sauphie
Eva Sauphie (1 article)
musiquerockpopnomsfolk
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte