La Jeanne d'Arc de Dakar en commentaires

Slate.fr, mis à jour le 09.04.2009 à 9 h 36

Ségolène Royal dans les rues de Thiaroye en 2006 REUTERS/Finbarr O'Reilly

Ségolène Royal dans les rues de Thiaroye en 2006 REUTERS/Finbarr O'Reilly

L'article «La Jeanne d'Arc de Dakar» sur le pardon de Ségolène Royal demandé au nom de la France, pour le discours prononcé à Dakar par Nicolas Sarkozy en juillet 2007, est l'occasion pour les internautes de Slate de revenir sur la «démagogie» de l'ex-candidate à la présidence, et de la vilipender.

Vous considérez en très grande majorité que l'attitude de Ségolène Royal est «pathétique», que pour exister, elle est «obligée de faire de la provocation»; son attitude est taxée de «déplorable»; «Que tout cela est petit, tout petit !» s'exclame Corto74.

D'abord Ségolène Royal en femme politique aux racines africaines, ça ne vous paraît pas crédible. «Vous n'êtes pas une fille d'Afrique et le boubou bleu que vous revêtez est juste une mascarade»; «Ségolène jouant l'africaine, elle y est née et alors, elle n'y a pour ainsi dire jamais vécu.» «Vos deux premières années dakaroises ne vous donnent pas le droit de ridiculiser ce pays digne et respectable qu'est le Sénégal». Et puis pas crédible non plus, selon Corto, l'empathie pour l'Afrique de cette héritière de François Mitterrand.

Quelle légitimité?

Son statut de personnalité de l'opposition ne lui confèrent pas, à vos yeux, la légitimité nécessaire à un tel discours. «Mais Chère Ségolène, vous ne représentez pas les français, vous n'avez donc pas à demander pardon en mon nom ni au nom de ceux que vous ne représentez pas.» OuafOuaf reproche à Royal de décrédibiliser la politique extérieure de la France, à l'étranger, on ne peut prononcer un discours allant à l'encontre du président de la République; l'internaute ajoute: «Le chemin est très long jusqu'en 2012».

Vers 2012

Car vous voyez dans le discours de Royal une stratégie politicienne; ce discours «lassant» révèle «l'ambition démesurée de l'auteur». «Quel intérêt, en les sortant de leur contexte, 2 ans après, de revenir sur le discours, tronqué, de Nicolas? Se faire mousser, faire parler d'elle, passer pour une sainte?» César regrette, lui, que «pour exister elle soit obligée de faire de la provocation».

Les défenseurs de Ségolène Royal

Deux internautes prennent la défense de Ségolène Royal. ThG estime qu'elle tape «là où ça fait mal, dans le ventre mou et nauséabond du discours suffisant, méprisant et néo-colonialiste de Dakar, avec les Ray-bans noires des sbires de la Françafrique souriant cyniquement derrière l'estrade. Oui, il fallait une réponse adéquate et tant pis pour le style toujours aussi catho de la madone, l'important c'est que certains mots soient prononcés, sur place, face aux peuples d'Afrique et à ses élites.» Quétinois exprime, lui, sa «reconnaissance»

Avis d'un Sénégalais

Mais Pierre Malet a beau expliquer dans son article que les Sénégalais voient le discours de Ségolène Royal comme «généreux et solidaire», Acqualo, seul internaute à préciser être Sénégalais, ne le voit pas de cet œil optimiste: «Quelle démagogie au ras du sol!!! Mais pour qui prend-on les Africains et les Sénégalais en particulier? Loin de moi de défendre le régime de Monsieur Wade (...) Mais de là, quand on est un personnage politique français, à rencontrer l'opposition sénégalaise et à dénigrer, sous prétexte de respecter le peuple de ce pays, les instances de sa propre nation... Non, Madame Royal, vous n'êtes pas une fille d'Afrique. Qui voulez-vous, qui croyez-vous leurrer en attisant les haines chez nous et chez vous? Votre pardon tout politique, nous n'en avons pas besoin.»

(Photo : Ségolène Royal dans les rues de Thiaroye à Dakar, le 27 septembre 2006 REUTERS/Finbarr O'Reilly)
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte