Monde

Séisme au Japon: ce qu'il y a dans les vapeurs radioactives

Slate.com, mis à jour le 14.03.2011 à 19 h 14

[L'EXPLICATION] Qu'y a-t-il dans les vapeurs radioactives qui s'échappent de la centrale nucléaire japonaise endommagée, et en quoi sont-elles dangereuses?

Vers la centrale de Daini, le 13 mars. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

Vers la centrale de Daini, le 13 mars. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici

Samedi, les officiels japonais ont évacué les habitants à 20 km à la ronde d'une centrale nucléaire endommagée, après l'explosion du toit d'un des bâtiments du site. Si le risque d'une fusion totale du réacteur semble assez faible, des matériaux radioactifs ont été détectés s'échappant dans l'atmosphère, avec les vapeurs de la centrale. Qu'y a-t-il exactement dans ces vapeurs?

Toutes sortes de particules radioactives, dont quelques-unes peuvent être mortelles dans des grandes quantités. Ces matériaux sont appelés des «radioisotopes» – ce sont les versions d'un élément qui, à cause d'un nombre anormal de neutrons, se désintègrent fréquemment et libèrent des radiations. Ils sont générés par le résultat de la fission nucléaire, quand un atome d'uranium se divise en éléments plus légers et produit de l'énergie.

Parmi les composants les plus communs de la vapeur d'eau qui s'échappe du réacteur japonais, on compte l'iode-131, le césium-137, le xénon-133, le xénon-135, et le krypton-85. (Les éléments possèdent souvent plusieurs variétés d'isotopes, dont certaines sont plus stables que les autres. Le nombre qui suit le nom de l'élément identifie l'isotope spécifique.)

Parmi ces derniers, le plus inquiétant est l'iode-131, qui peut-être absorbé par la thyroïde par voie aérienne et causer des cancers de la thyroïde et des leucémies. Les gaz comme le krypton-85 et le xénon-133 n’interagissent pas avec les os ou les tissus, mais vu qu'ils sont extrêmement instables, ils peuvent se désintégrer et émettre des rayonnements qu'on sait dangereux pour d'autres éléments corporels.

Mais le corps est soumis quotidiennement à une certaine quantité de radiations et les tolère, que ce soit celles des rayons cosmiques ou de la télévision, et ce n'est que dans des grandes quantités que les sous-produits d'une centrale nucléaire deviennent dangereux. Si les niveaux de radiation sont montés jusqu'à 1.000 fois la normale dans une salle de contrôle d'un des réacteurs, les officiels japonais insistent sur le fait que les niveaux d'exposition, à l'extérieur de la centrale, ne sont pas très risqués.

Quoi qu'il en soit, on a conseillé aux habitants des environs de boire de l'eau en bouteille, de rester chez eux, et de porter des masques de protection. Par mesure de précaution contre l'iodine-131, les officiels ont aussi annoncé des plans de distribution de pilules de iodure de potassium, qui saturent la thyroïde d'une forme d'iode stable, avant que l'isotope le plus dangereux soit absorbé. Mais cela ne fonctionne que si elles sont avalées de manière préventive.

L’Explication remercie le Dr. Dave Lochbaum, Directeur du Projet de Sécurité Nucléaire, et Neil Sheehan de la Commission américaine de régulation nucléaire.

Katy Waldman

Traduit par Peggy Sastre

Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr.


Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte