Les papas, pas mieux qu'avant

Slate.fr, mis à jour le 08.04.2009 à 12 h 37

La participation paternelle est une fable

 

Les femmes ont beau travailler plus qu'avant au bureau, elles n'en font pas moins à la maison: c'est le constat d'une étude publiée par l'Institut National des Etudes Démographiques (INED) sur le partage des tâches domestiques, publiée dans le dernier numéro de Politiques sociales et familiales, la revue de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). L'enquête permet d'évaluer la participation des parents à cinq moments de la vie de leur progéniture, considérés comme cruciaux: l'habillage, les accompagnements à la crèche ou à l'école, les devoirs, le coucher, ainsi que les jeux et loisirs.

Quelques constats: les pères s'investissent beaucoup moins que les mères dans les tâches familiales. «S'occuper des enfants reste une prérogative féminine», constate l'INED.

La répartition des tâches est bien distincte: l'habillage et les devoirs appartiennent au domaine des femmes; seuls les loisirs et le coucher sont un peu plus mixtes.

La répartition des tâches évolue avec les catégories sociales. Plus les parents sont diplômés, plus la présence du père auprès des enfants est valorisée.

On note par ailleurs une spécificité chez les pères, par rapport aux mères: ils privilégient les garçons, et s'éloignent de leurs enfants quand ceux-ci grandissent.

crédit: Flickr, KellyB

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte