Monde

5500 prisonniers volontaires

Temps de lecture : 2 min

Ils protestent contre le "délit de solidarité"

5.500 personnes devraient se constituer prisonnières partout en France mercredi pour avoir aidé des sans-papiers. Une initiative lancée pour protester contre le «délit de solidarité» d'aide aux sans-papiers, rapporte Libération. Mardi, Eric Besson, ministre de l'Immigration, a répondu qu'ils ne pourraient être poursuivis pour ce délit puisqu'il «n'existe pas».

L'article L622-1 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile punit de 5 ans d'emprisonnement et d'une amende de 30.000 euros «toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l'entrée, la circulation ou le séjour irréguliers d'un étranger en France». Mais cet article, modéré par l'article L622-4 ne concerne pas «des personnes qui ont aidé un membre de leur famille ou des personnes qui ont aidé quelqu'un en situation de détresse», et s'adresse donc aux personnes qui participent au travail des passeurs, argue Eric Besson.

Par ailleurs, un collectif d'associations dont Emmaüs, le Secours Catholique et France Terre d'Asile appelle à des rassemblements pour protester contre ce même «délit de solidarité».

Dans sa lettre de mission à Eric Besson, Nicolas Sarkozy a demandé pour 2009 27.000 reconduites à la frontière et 5.000 interpellation pour «des faits d'aide illicite à l'entrée et au séjour d'immigrés en situation irrégulière».

Sur Slate.fr retrouvez l'explication Aider les sans-papiers est risqué.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

En savoir plus:

Newsletters

Le braconnage peut modifier l’ADN des animaux

Le braconnage peut modifier l’ADN des animaux

Les éléphants sans défenses sont plus nombreux là où ils sont chassés.

Une bactérie mortelle détectée dans des spray d'huiles essentielles

Une bactérie mortelle détectée dans des spray d'huiles essentielles

Walmart a immédiatement rappelé toutes les bouteilles vendues.

«La première fois, j'étais terrifiée»: des vétérinaires stérilisent les hippopotames de Pablo Escobar

«La première fois, j'étais terrifiée»: des vétérinaires stérilisent les hippopotames de Pablo Escobar

En Colombie, 80 hippopotames vivent en liberté depuis la mort du baron de la drogue.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio