Monde

Libye: engager un mercenaire, combien ça coûte?

Slate.com, mis à jour le 25.02.2011 à 16 h 01

Entre 1.000 et 20.000 dollars par jour, peut-être…

A Shahat, dans l'est de la Libye Goran Tomasevic / Reuters

A Shahat, dans l'est de la Libye. REUTERS / Goran Tomasevic

Jurant de se «battre jusqu’à la dernière goutte de [son] sang», le dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, a recruté des mercenaires étrangers pour étouffer la révolte populaire en Libye. Pratiquement du jour au lendemain, des assassins francophones portant des chapeaux jaunes se déplaçaient dans les rues de Tripoli, la capitale. Installés à l’arrière de pick-ups, ils tirent sur les manifestants libyens non armés. De nos jours, quelle est la rémunération moyenne d’un mercenaire?

Il n’y a rien d’absolument sûr à ce sujet. Certains mercenaires affirment avoir perçu entre 1.000 et 20.000 dollars par jour  [entre 725 et 14.500 euros]. Bien qu’on puisse difficilement obtenir confirmation d’une somme exacte – ces types-là ne portent pas de carte syndicale –, l’expert en sécurité John Pike pense que Kadhafi a dû promettre au moins 1.000 dollars à chaque mercenaire pour mener cette opération. Avec une avance pour s’être engagé.

Des sociétés militaires privées américaines, comme Blackwater Worldwide  – qui s’appelle désormais Xe –, embauchent souvent d’anciens membres d’équipes SEAL  de l’US Navy ou des Rangers de l'armée des Etats-Unis  pour mener des interventions militaires privées. Pendant la guerre d’Irak, des agents de haut niveau de Blackwater pouvaient prétendre à une solde de plus de 200.000 dollars [environ 150.000 euros] par an. Les simples soldats sans grande expérience, d’ex-fantassins du Salvador, par exemple, gagneraient dix ou quinze fois moins.

Les mercenaires qui tirent sur les citoyens libyens sont sans doute d’anciens rebelles du Darfour, du Tchad ou du Niger, des régions où Kadhafi a soutenu les insurrections au fil des années. Vu le caractère organisé de leur arrivée, il est probable que le renseignement libyen ait supervisé leur recrutement et assuré leur transport jusque dans le pays. En général, ces mercenaires ont la vingtaine, aucun bagage secondaire et peu ou pas d’entraînement militaire. Ils sont parfois équipés d’un fusil d’assaut simple d’utilisation, de type kalachnikov. Si Kadhafi finit par être détrôné, tous les mercenaires ayant survécu seront vraisemblablement renvoyés par camion dans leur pays d’origine, où les perspectives d’emploi font cruellement défaut.

Le fait que Kadhafi recoure d’urgence à de nombreux «militaires» étrangers dit à quel point il s’est aliéné la société libyenne. On peut penser que les mercenaires étrangers, contrairement à l’armée régulière libyenne – dont de nombreux membres sont maintenant du côté des manifestants –, n’ont pas de scrupules à tuer des civils. Selon certaines rumeurs, certains seraient même venus d’aussi loin que l’Asie et l’Europe de l’Est, mettant facilement à profit leur savoir-faire acquis de l’époque soviétique.

Ce n’est pas si surréaliste après tout: une voluptueuse blonde est aux petits soins avec le colonel Kadhafi (il s’agit d’une infirmière ukrainienne); on le sait, le dictateur libyen a des contacts jusque dans les pays les plus éloignés du continent africain.

Stayton Bonner

Traduit par Micha Cziffra

L’explication remercie Fred Abrahams, conseiller spécial à l’ONG Human Rights Watch, et John Pike, expert de la sécurité nationale et fondateur du site Glo

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte