La Turquie, l'ingérence d'Obama et les Européennes

Slate.fr, mis à jour le 07.04.2009 à 14 h 16

Angela Merkel, présidente de l'Union européenne, «soutient fermement» la candidature du Mexique aux Etats-Unis. C'est le scénario imaginé par Jean Quatremer pour illustrer le «faux pas» de Barack Obama sur son soutien à l'adhésion de la Turquie à l'Union Européenne. Pour lui, «le président américain ne semble pas avoir compris que l'Union est bien autre chose qu'une simple zone de libre échange style ALENA» «et ses propos ne peuvent être perçus que comme une ingérence désagréable dans les affaires intérieures de l'Union.»

Sur la scène nationale, l'Elysée veut profiter de la déclaration d'Obama pour tourner à son avantage la question de la Turquie dans l'optique des élections Européennes, selon le Figaro. «La majorité veut faire la démonstration de son unité derrière le président Sarkozyet son non à Ankara», une question sur laquelle «l'UMP pense être en phase avec l'opinion.»

La majorité espère également que la question ravivera les divisions qui étaient apparues au PS lors du référendum de 2005 sur la constitution européenne. Mais jusqu'ici, les socialistes sont eux aussi unis dans leur critique de la position du président. Martine Aubry s'est dite «favorable à ce qu'on poursuive le chemin de l'entrée de la Turquie vers l'Europe, même s'il est loin d'être terminé».

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

(Photo: Drapeau Turc, Reuters)

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte