Politique

Royal demande «pardon» pour le discours de Dakar de Sarkozy

Temps de lecture : 2 min

Ségolène Royal a désormais, elle aussi, son discours de Dakar. En réponse à celui très polémique prononcé par Nicolas Sarkozy dans la capitale sénégalaise, le 26 juillet 2007, l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle a demandé «pardon» pour le Chef de l'Etat devant plus de 500 personnes réunies au siège du PS sénégalais.

«Quelqu'un est venu ici vous dire que l'homme africain n'est pas encore entré dans l'Histoire.» Le président de la République avait en effet évoqué «le drame de l'Afrique (qui est) que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire» ou «le paysan africain qui (...) ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles».

«Pardon, pardon pour ces paroles humiliantes et qui n'auraient jamais dû être prononcées et - je vous le dis en confidence - qui n'engagent ni la France ni les Français», a lancé Ségolène Royal à ceux qu'elle a appelés en début de discours «mes frères et mes soeurs» en se présentant comme «une fille de l'Afrique».

Bernard Kouchner s'est étonné mardi matin sur RTL que Ségolène Royal «découvre ça aussi tard»... Sans être choqué, le ministre des Affaires étrangères a jugé cette sortie «extrêmement maladroite et très démagogique».

En savoir plus:

Newsletters

Contre le Covid, faut-il plus de mesures locales?

Contre le Covid, faut-il plus de mesures locales?

La région niçoise et Dunkerque sont désormais reconfinés le week-end.

Unir les droites pour 2022, mission impossible?

Unir les droites pour 2022, mission impossible?

Pour réaliser l'union des droites, il faudrait réunir trois conditions: un programme, un leader, un contexte favorable. Or, pour l'instant, aucune n'est remplie.

Au Printemps républicain, une vision bien particulière de la laïcité

Au Printemps républicain, une vision bien particulière de la laïcité

Le mouvement revendique une «laïcité de combat» et une lutte simultanée contre l'extrême droite identitaire et l'islamisme. Mais dans les faits, les militants semblent se fixer sur une communauté en particulier.

Newsletters